La Vespa, un mythe italien qui assume allègrement ses 70 ans

La Vespa, un mythe italien qui assume allègrement ses 70 ans

0
PARTAGER

Aussi emblématique de l’Italie que le Colysée, les pâtes ou la tour de Pise, la Vespa vrombit dans les rues de la Péninsule depuis 1946. Créée par Enrico Piaggio alors que le pays émerge à bout de souffle de la Seconde Guerre mondiale, la Vespa deviendra l’incarnation de la liberté et de l’ingéniosité à l’italienne.

En déposant son brevet d’invention d’un scooter, le 23 avril 1946 à Florence, Enrico Piaggio  cherche à « se refaire ». Il ne connaît pas grand-chose aux deux-roues, lui, sa spécialité c’est l’aéronautique.  Mais les bombardements de la guerre ont laissé son entreprise en ruines et il s’agit maintenant de se relancer avec une bonne idée.

Un deux-roues révolutionnaire

Dans cette Italie où tout est à recommencer, il planche avec un de ses ingénieurs pour mettre au point un moyen de transport à la fois pratique et économique. Un premier modèle sort de l’usine, mais Enrico Piaggio n’est qu’à moitié convaincu ; cela ressemble trop à une moto.

Il veut quelque chose de révolutionnaire qui soit en accord avec le changement de mode de vie qu’il pressent en Italie. Ce sera le modèle MP6. L’engin ne ressemble à rien de ce qui roule : ni moto, ni voiture, c’est une Vespa. Sa ligne si caractéristique avec un tablier avant se prolongeant en large plancher qui permet au conducteur de poser les pieds et le protège le conducteur de la poussière, de la boue, de la pluie, le distingue au premier coup d’œil des autres.

Facile à conduire et pratique

Et surtout, la Vespa dont le bruit du moteur de 98 cm3 évoque le bourdonnement de la guêpe (vespa, en italien) est très facile à conduire. Ses petites roues font qu’on peut aisément en embarquer une troisième de secours dans l’aile arrière. Un détail qui compte à une époque où il n’était pas rare de crever, tant les routes étaient traîtreusement parsemées de clous des sabots des chevaux.

Piaggio a vu juste. Dès sa sortie en 1946, la Vespa rencontre le succès avec près de 2 500 exemplaires vendus. En 1948, on passe à 20 000, puis 60 000 en 1950 et 171 200 en 1953. Une réussite légendaire qui part à la conquête du monde avec, en 1953, dix mille points de vente et des unités de fabrication sur les cinq continents.

La taille fine et l’arrière rebondi du scooter, comme une guêpe, sont devenus un phénomène de mode dans toute la péninsule. Si au début on achetait une Vespa parce qu’on n’avait pas les moyens de se payer une voiture, très vite le petit scooter séduit parce qu’il est chic.

Chic, le cinéma en mode Vespa

Le cinéma lui apporte ensuite cette touche glamour devenue inaltérable. Audrey Hepburn et Gregory Peck, sur leur Vespa dans Vacances romaines , incarneraient-ils aussi bien l’euphorie à bord d’une voiture ? Dans la Dolce Vita, l’armada de paparazzi en Vespa qui poursuit une star évoque immanquablement le harcèlement d’un essaim de guêpes… Autant d’images qui consolident le mythe dans l’imaginaire populaire.

Après un passage à vide dans les années 1980-1990, la Vespa est redevenue plus que jamais à la mode. Les encombrements de la circulation lui confèrent plus que jamais un avantage en ville. Même si les tarifs de la Vespa sont supérieurs à ses concurrents, son design, son image de légende sur deux-roues font que la marque a retrouvé en 2015 son niveau de 1953 avec 170 000 ventes.

Des clubs pour les passionnés

Aujourd’hui, la bonne vieille « guêpe » septuagénaire est déclinée en plus de 40 modèles fabriqués en Italie près de Pise, au Vietnam et en Inde. Vendue dans 114 pays, les passionnés de la marque ont même créé partout des Vespa Clubs», plus d’une quarantaine seulement en France.

Comme tout objet devenu légendaire, la Vespa figure en effigie de nombreux produits dérivés. T-shirts, porte-clés, pichet, réveils, montres, casques et… boules de Noël, tout est bon pour que les fervents puissent afficher leur culte.

Pour célébrer comme il se doit ce 70e anniversaire, des centaines d’inconditionnels de la Vespa sont attendus cette fin de semaine à Pontedera, près de Pise. Là où est sorti le premier exemplaire d’un petit deux-roues qui a conquis le monde en vrombissant.

RFI

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE