La France sous tension à trois jours de l’Euro-2016

La France sous tension à trois jours de l’Euro-2016

0
PARTAGER

Les fans de foot arriveront-ils à se déplacer sans encombre pendant l’Euro-2016 de football ? A trois jours du coup d’envoi, l’issue d’une grève des cheminots restait incertaine mardi en France, où le climat est déjà alourdi par des craintes d’attentats.

«Durant l’Euro-2016, les stades, les fan zones, les lieux où sont retransmis les matches et les transports publics représenteront de potentielles cibles pour des attaques terroristes», a écrit mardi sur son site le ministère britannique des Affaires étrangères.

Après un avertissement similaire des Etats-Unis, cette mise en garde illustre un climat anxiogène, qui trouve son origine dans les attentats jihadistes ayant frappé la France en janvier et novembre 2015 (147 morts).

Entre le duel d’ouverture France-Roumanie vendredi et la finale le 10 juillet, les autorités françaises attendent plus de 8 millions de fans de foot, dont deux millions d’étrangers.

Leurs déplacements entre les dix villes-hôtes risquent d’être compliqués par une grève illimitée à la Société nationale des chemins de fer (SNCF), entrée mardi dans sa deuxième semaine.

Le conflit porte sur l’organisation du temps de travail. De longues heures de négociations ont permis la présentation mardi à l’aube d’un projet d’accord, qui attend désormais la signature des syndicats.

«Il y a un moment où il faut savoir arrêter une grève», a lancé mardi le président François Hollande aux cheminots, reprenant, tronquée, une formule célèbre en France, utilisée en 1936 par un dirigeant emblématique du Parti communiste.

«Quand on a obtenu satisfaction», a rétorqué le syndicat contestataire CGT, citant la fin de la phrase de Maurice Thorez. La CGT, premier syndicat à la SNCF, a conditionné sa signature à l’avis des cheminots réunis en assemblée générale dans plusieurs villes du pays.

La grève a été reconduite pour mercredi lors de ces réunions, ont assuré deux autres syndicats minoritaires sans plus de précision.

Toujours dans le secteur des transports, des négociations se poursuivent chez Air France pour tenter d’éviter une grève de trois jours des pilotes sur des revendications salariales à partir de samedi.

Des mouvements contre un projet de réforme du droit du travail, qui suscite une large contestation depuis plus de trois mois, perdurent aussi dans les secteurs du pétrole, les ports et docks, le ramassage des déchets ou l’énergie.

Malgré l’impopularité record du gouvernement, une majorité de Français (54%) désapprouvent désormais les grèves et manifestations, selon un sondage publié dimanche.

La pression pour lever le pied sur le front social est d’autant plus forte que l’annonce lundi de l’arrestation en Ukraine de Grégoire Moutaux, un Français de 25 ans accusé d’avoir fomenté des attaques, a ravivé les craintes d’attentats.

Interpellé le 21 mai à la frontière polonaise en possession d’un arsenal de guerre, il prévoyait de s’en prendre notamment à une mosquée, une synagogue et des centres des impôts en France pendant la compétition, d’après les services secrets ukrainiens (SUB).

Une enquête a été ouverte dans l’Hexagone mais les magistrats antiterroristes n’ont pas été saisis à ce stade.

L’état d’urgence en vigueur depuis novembre été prolongé jusqu’à fin juillet et 90 000 policiers, gendarmes et agents de sécurité privés seront mobilisés pour sécuriser les stades et les fans zones, un «effort sans précédent», selon le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve.

Les forces de sécurité se préparent également au défi plus classique du hooliganisme, avec plusieurs matches faisant l’objet d’une surveillance renforcée, notamment les duels Allemagne-Pologne ou Angleterre-Russie.

«On a pris un certain nombre de mesures préventives dès à présent, avec près de 3.000 personnes qui ne seront pas autorisées à rentrer sur le territoire national au niveau des points frontières», a détaillé le commissaire Antoine Boutonnet qui coordonne la lutte contre le hooliganisme.

Seul motif de réconfort: après la météo catastrophique des derniers jours, qui a entraîné des inondations faisant 4 morts et 24 blessés dans le pays, un franc soleil brillait sur une grande partie du pays.

Les équipes qui ont pris leur quartiers pour l’Euro, comme les Anglais, ont donc pu s’entraîner sous un ciel clément. Les Allemands sont arrivés à leur en France où les attendaient un bus siglé «Wir Meistern das !» («Nous le ferons!»)

Source : TVA Nouvelles

africa24.info

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE