« La fin de Daech est proche » selon un haut responsable...

« La fin de Daech est proche » selon un haut responsable israélien

0
PARTAGER

C’est un des responsables militaires les plus importants de l’Etat hébreu qui s’exprime, sous couvert d’anonymat, à un journaliste d’Haaretz. « La défaite de l’Etat islamique en Syrie n’est qu’une question de temps ». Dix jours après la chute de Palmyre, reconquise par les forces du régime soutenues par leurs alliés russes, hezbollahi et iraniens, Israël serait aujourd’hui assez optimiste sur l’évolution de la situation à sa frontière nord-est. Fragilisé, Daech pourrait être amené à continuer à perdre du terrain.

Selon un rapport de l’institut spécialisé IHS, le groupe djihadiste a perdu 22%de son emprise territorial en Syrie et en Irak entre le 1e janvier 2015 et le 14 mars 2016. La perte de la cité antique, le 27 mars, accroît encore cette statistique. La conjugaison de frappes des alliés du régime et des puissances occidentales et turques resserre l’étau sur les troupes d’Abou Bakr Al Baghdadi, le chef de l’EI.

Manoeuvres russes

Jérusalem demeure sceptique sur la volonté de la Russie de se retirer totalement de Syrie, en dépit des annonces réalisées le mois dernier. Le 14 mars, Vladimir Poutine avait déclaré avoir ordonné le début du retrait de « la majeure partie » des troupes russes du pays, considérant que « les objectifs fixés au ministère de la défense [avaient] été atteints ». Dans les faits, les forces russes n’ont pas déserté les terres syriennes. Les bombardements continuent contre les organisations djihadistes – l’Etat islamique et le Front Al Nosra – non concernées par le cessez-le-feu décrété le 27 février, mais aussi contre les groupes ayant fait ponctuellement alliance avec l’appendice d’Al Qaïda en Syrie.

Les analystes israéliens estiment que la manœuvre de Poutine vise à renforcer sa position dans les négociations en cours tout en ne cédant rien de substantiel sur le champ militaire.

« L’establishment militaire israélien pense que si les discussions progressent et que le processus diplomatique peut aboutir, Poutine pourrait finalement accepter de sacrifier Assad, aussi longtemps que le régime lui-même restera en place afin que la Russie puisse assurer son contrôle sur le port de Tartous sur la côté méditerranéenne » écrit le quotidien israélien.

 

source

africa24.info

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE