JO-2016/Lutte: le dernier combat de la Sénégalaise Isabelle Sambou

JO-2016/Lutte: le dernier combat de la Sénégalaise Isabelle Sambou

0
PARTAGER


Thiès (Sénégal) (AFP)-Le gymnase mal éclairé retentit du bruit mat des corps sur les tapis d’entraînement. La lutteuse sénégalaise Isabelle Sambou s’y prépare pour les jeux Olympiques de Rio (5-21 août), rêvant de médaille pour son pays où la lutte traditionnelle et ses champions masculins écrasent la concurrence.

Entre une séance technique au Centre international de lutte olympique de Thiès, à 70 km au nord-est de Dakar, et une autre plus physique, Sambou (35 ans), neuf fois championne d’Afrique de lutte féminine dans la catégorie moins de 48 kg, se repose dans sa petite chambre en compagnie d’Evelyne, sa soeur cadette, elle aussi lutteuse.

Les deux soeurs suivent sur leur téléviseur cathodique un combat masculin de lutte sénégalaise, dont les champions, dans sa version avec frappe, sont des idoles dans le pays.

« Petite, je faisais de la lutte avec frappe dans le sable. Un jour, mes frères m’ont vue et m’ont dit : +Tu es forte, tu devrais faire de la lutte olympique+ », raconte la jeune femme, originaire de Casamance, dans le sud du Sénégal. Elle commence par refuser, puis finit par s’essayer à cette variante de son sport, impliquant tout le corps pour faire tomber l’adversaire.

Avec son 1,52 m, elle se lance en 1999, à l’âge de 19 ans, et participe dès 2001 à sa première grande compétition. Cinq ans plus tard, elle devient championne d’Afrique pour la première fois.

« La lutte traditionnelle, c’est dans les villes et les villages, alors qu’avec la lutte olympique, tu défends les couleurs de ton pays dans le monde », estime la lutteuse, les yeux brillants.

Aux Jeux de Londres en 2012, elle a ainsi obtenu la cinquième place, soit la meilleure performance africaine de tous les temps, hommes et femmes confondus.

« On passe de la lutte traditionnelle à la lutte olympique pour une seule raison : se qualifier pour les Jeux. C’est pourquoi, ici, on met tout en place pour développer les structures et la préparation », explique Vincent Aka-Akesse, olympien à trois reprises en équipe de France et directeur du développement de la lutte en Afrique.

– ‘Marche à franchir’ –

Depuis sa qualification en avril pour les Jeux de Rio, qui seront ses derniers, la préparation de la lutteuse s’est intensifiée. Accompagnée de lutteurs et d’entraîneurs internationaux, elle enchaîne trois séances par jour pour réaliser son rêve.

Course à pied dès 07h00 du matin, entraînement technique en début d’après-midi, suivi de combats face aux meilleurs lutteuses et lutteurs du continent : le programme est exigeant. Les entraîneurs aussi.

« Pour obtenir une médaille, il ne manque pas grand-chose. Il y a une toute petite marche à franchir. C’est la raison pour laquelle on a fait venir des entraîneurs d’Europe de l’Est. Ils ont une culture de la lutte et savent préparer ces grandes compétitions », ajoute Vincent Aka-Akesse.

Un entraîneur et un préparateur physique bulgares sont aux côtés de Sambou et des deux autres athlètes qualifiés pour Rio. Le premier, Nikolay Minchev, 36 ans de carrière, dont cinq à Thiès, participe aussi à ses tout derniers Jeux.

« Isabelle est l’athlète la plus expérimentée du circuit. Elle a de très bons appuis, est très offensive et défend très bien. Tout est réuni pour qu’elle obtienne une médaille, peut-être en or, cet été », assure-t-il, tee-shirt aux couleurs de son pays sur le dos.

Le second, Nick Stanchev, plus jeune, est arrivé mi-mai avec mannequins en mousse, cordes et poids de musculation. Un matériel de professionnel afin de préparer les meilleurs lutteurs du continent africain dans les mêmes conditions que leurs concurrents de pays plus développés.

– Ambassadrice de l’Afrique –

« Nous connaissons déjà ses adversaires, on a le temps de travailler stratégiquement sur chacune d’entre elles. Je leur répète toujours : vous vous entraînez pour battre les Russes, les Américaines, donc il faut voir ce qu’elles font, comment elles se préparent. C’est pour ça qu’on met les moyens », détaille Vincent Aka-Akesse.

« Les talents comme Isabelle sont présents en Afrique. Maintenant, il faut mettre en place une structure et un parcours d’excellence pour qu’ils puissent rivaliser avec les meilleurs », développe l’ancien lutteur.

Sa cinquième place à Londres a permis à la Sénégalaise de changer de dimension. En 2013, la Fédération internationale de lutte l’a nommée ambassadrice du Super 8, campagne qui promeut la participation féminine dans la lutte, puis en 2015, meilleure lutteuse africaine de la décennie.

Mais au Sénégal, être une femme dans ce sport essentiellement masculin est très mal perçu. « J’ai tout entendu : +Tu vas devenir un homme, tu ne trouveras pas de mari+ », se souvient la lutteuse, qui souhaite fonder une famille après cet ultime défi.

A la fin de l’entraînement, les athlètes se saluent. Haletante, Isabelle Sambou se met à l’écart pour récupérer près de la fenêtre. Sur les murs qui entourent le centre, plusieurs dessins grandeur nature symbolisent les différents sports olympiques. Le tout dernier représente la championne, remportant un combat face à une lutteuse bissau-guinéenne.

JO-2016/Lutte: le dernier combat de la Sénégalaise Isabelle SambouJeux de Rio : la lutte


Afrique360

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE