Iran: une Irano-britannique, accusée de “sédition”, condamnée à 5 ans de prison

Iran: une Irano-britannique, accusée de “sédition”, condamnée à 5 ans de prison

0
PARTAGER


Londres (AFP)-L’Irano-britannique Nazanin Zaghari-Ratcliffe, accusée d’avoir participé au “mouvement de sédition” de 2009 après l’élection controversée de l’ex-président conservateur Mahmoud Ahmadinejad selon un responsable judiciaire iranien, a été condamnée à cinq ans de prison en Iran, a annoncé vendredi son mari Richard Ratcliffe.

Emprisonnée en Iran depuis le 3 avril, la jeune femme, employée de la fondation Thomson Reuters, “a été condamnée à cinq ans de prison. Les charges justifiant cette peine demeurent secrètes”, a déclaré son mari et le père de sa fille de deux ans, dans un communiqué.

Richard Ratcliffe avait expliqué à l’AFP en juin que son épouse, âgée de 37 ans et détentrice de la double nationalité irano-britannique qui n’est pas reconnue en Iran, avait été arrêtée le 3 avril à l’aéroport de Téhéran alors qu’elle s’apprêtait à rentrer au Royaume-Uni avec sa fille, alors âgée de 22 mois, après une visite à sa famille en Iran.

“Ils ont d’abord parlé d’un problème de passeport, demandant à ma femme de confier notre fille à ses parents avant de les suivre”, avait-il raconté.

L’enfant, qui est née au Royaume-Uni et n’a qu’un passeport britannique, se l’est vu retirer par les autorités iraniennes, ce qui l’empêche de quitter le pays, avait précisé Richard Ratcliffe.

Fin juin, les Gardiens de la révolution avaient accusé son épouse d’avoir cherché à “renverser en douceur le régime” et d’avoir mené “ses activités criminelles sous la direction de médias et de services de renseignement de gouvernements étrangers”.

“En 2014-2015, les services de renseignement des Gardiens de la révolution (armée d’élite) de la province de Kerman (sud-est) ont identifié un des groupes qui avait créé des sites internet et menaient des activités de propagande contre la sécurité du pays”, avait affirmé le chef de l’autorité judiciaire locale, Yadollah Movahedi, cité par le site Mizanonline, lié au pouvoir judiciaire.

“Certains membres du groupe étaient à l’étranger, notamment Nazanin Zaghari, qui a été arrêtée à l’aéroport de Téhéran et transférée à Kerman”, avait-il ajouté, précisant que d’autres membres de ces groupes avaient également été condamnés à de la prison.

Mme Zaghari-Ratcliffe est employée depuis quatre ans par la Fondation Thomson Reuters comme coordinatrice de projets, chargée des bourses et de formations, notamment de journalisme. La Fondation a affirmé qu’elle n’avait aucune activité en Iran.


Afrique360

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE