Des ONG demandent à l’ONU de “retirer son soutien” à la commission...

Des ONG demandent à l’ONU de “retirer son soutien” à la commission électorale en RDC

0
PARTAGER

Une coalition d’ONG congolaises a appelé la Mission de l’ONU en République démocratique du Congo à “retirer son soutien” à la commission chargée d’organiser l’élection présidentielle dont la tenue avant la fin de l’année est devenue improbable.

“La Monusco doit retirer son soutien à la Céni”, écrit cette coalition de 33 organisations de promotion et de défense des droits de l’Homme dans le document daté du dimanche.

Pour ces organisations, la “démarche actuelle” de la Céni “viole de manière flagrante la Résolution 2277 du Conseil de sécurité des Nations unies”.

Cette résolution adoptée le 30 mars invite la Céni à “publier un calendrier complet révisé couvrant la totalité du cycle électoral” et exige le respect des délais fixés dans la Constitution congolaise pour l’organisation des élections en RDC.

L’article 73 de la Constitution stipule que “le scrutin pour l’élection du président de la République est convoqué par la Commission électorale nationale indépendante, quatre-vingt dix jours avant l’expiration du mandat du président en exercice”, soit le 19 septembre.

Toutefois, la Céni a commencé à enregistrer les électeurs le 31 juillet, dans une province du nord-ouest de la RDC. Ces opérations devront s’étendre dans les 25 autres provinces du pays et doivent durer 11 mois.

Lors d’une conférence de presse la semaine dernière en marge de sa visite en Ouganda, le président congolais Joseph Kabila a indiqué que la Céni publiera le calendrier électoral à l’issue de ces opérations d’enrôlement d’électeurs, soit pas avant juin 2017.

En réaction, la coalition de 33 organisations s’est dit “profondément préoccupée par cette déclaration qui traduit la volonté de violer l’article 73 de la Constitution”.

Toutes les tentatives de l’AFP pour faire réagir la Monusco sont restées sans suite.

En RDC, le climat politique se crispe chaque jour davantage, à mesure qu’approche la fin du mandat de M. Kabila fixé au 20 décembre et à qui la Constitution interdit de se représenter.

M. Kabila est au pouvoir depuis 2001. L’opposition soupçonne le chef de l’État de manoeuvrer pour demeurer en fonction quitte à reporter la présidentielle.

Une décision de la Cour constitutionnelle prise en mai autorise M. Kabila à rester à la tête du pays si ce scrutin n’était pas organisé dans les temps, une éventualité fort probable.

Avec AFP


africa24.info

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE