Cameroun : Les droits de l’homme sont bafoués, selon Amnesty International

Cameroun : Les droits de l’homme sont bafoués, selon Amnesty International

0
PARTAGER

« Bonne cause, mauvais moyens : atteintes aux droits humains et à la justice dans le cadre de la lutte contre Boko Haram au Cameroun ». C’est ainsi qu’est intitulé le nouveau rapport de Amnesty International qui dénonce une violation grave des droits de l’homme au Cameroun.

Les chiffres sont alarmants. Plus de 1 000 personnes sont détenues dans des conditions épouvantables, et plusieurs dizaines d’entre elles meurent des suites de maladie, de malnutrition ou de torture. Une centaine d’autres de personnes, dont des femmes, ont été condamnées à mort par des tribunaux militaires.

A en croire à l’ONG, ces maltraitances dont sont victimes les populations résultent de la lutte contre Boko Haram. « En cherchant à protéger la population de la violence de Boko Haram, le Cameroun vise le bon objectif, mais en arrêtant arbitrairement des gens, en les torturant et en les soumettant à des disparitions forcées, il n’emploie pas les bons moyens pour parvenir à l’objectif visé, a déclaré Alioune Tine, directeur du bureau régional d’Amnesty International pour l’Afrique centrale et de l’Ouest.

Dans ce rapport dont nous avons reçu copie, Amnesty International a dit recueillir des informations sur 29 personnes qui ont été torturées par des membres des forces de sécurité entre novembre 2014 et octobre 2015. Six sont mortes par la suite.

Les actes de torture ont été infligés pour la plupart alors que les victimes étaient détenues au secret dans des lieux de détention illégaux, en particulier des bases militaires gérées par le BIR à Salak, non loin de Maroua, et à Mora, avant d’être transférées dans des prisons officielles.


Afrique360

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE