Suspension provisoire de l’exploitation forestière au Bénin : Jacques Dansou appelle le...

Suspension provisoire de l’exploitation forestière au Bénin : Jacques Dansou appelle le Pdt Talon au secours, pour le dénouement de la crise

0
PARTAGER

Face à la grande galère à laquelle les exploitants forestiers ont été contraints depuis plusieurs mois, Jacques Dansou, le Pdg de la société « Dankoss » a rompu le silence. Menacé par le poids des retombées de cette crise qui ne fait que durer, il appelle le Président Talon au secours, pour que la solution idoine soit la bienvenue dans le rang des exploitants forestiers, les jours à venir.
 
Les exploitants forestiers ne savent plus à quel saint se vouer. Toutes leurs activités sont bloquées et, de jour en jour, la galère dicte sa loi, surtout dans le rang de leurs nombreux employés. A travers un entretien à nous accorder, Jacques Dansou, le Pdg de la société d’exploitation forestière « Dankoss » a exposé combien cette décision de l’Office nationale du bois (Onab) ronge les entreprises d’exploitation forestière du Bénin. « Nous avons débloqué des dizaines de millions de F cfa pour effectuer des commandes de bois, mais ces commandes sont restées bloquées dans les forêts jusqu’à l’heure où nous sommes », a-t-il fait comprendre. Exploitant forestier de grand renommé, ce digne fils du Bénin assure des centaines d’emplois directs et plus de 500 emplois indirects. A son actif, il possède déjà cinq (05) différents domaines sur le territoire national. Aujourd’hui, face au poids de la masse salariale de ces centaines d’employés, il avoue ne plus pouvoir être en mesure de tenir le coup, si la situation à l’Onab va demeurer sans solution. Ne souhaitant pas voir aucun de ses employés licencié, il appelle donc au secours, le Président de la République, Patrice Talon, afin que, vivement, dans les jours à venir, la crise soit dénouée. Dans nos prochaines parutions, nous reviendrons sur les différents détails et causes de cette crise à l’Onab.

Loth HOUSSOU

Matin Libre

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE