Suspension des délégués des marchés de la SOGEMA: la décision de Gansè...

Suspension des délégués des marchés de la SOGEMA: la décision de Gansè saluée par plusieurs associations

0
PARTAGER
La Société de gestion des marchés autonomes (SOGEMA) est en pleine reformes depuis l’avènement d’Armand Gansè à sa tête. Comme tout processus de changement, ces réformes salutaires se heurtent malheureusement à la résistance des rongeurs qui appauvrissent les usagers des marchés sous tutelle. C’est le cas de la décision de suspension des délégués des marchés qui fait nourrir une cabale comme le directeur général de la SOGEMA.
« Pour nécessité de service, les délégués des marchés Dantokpa, Gbogbanou, Ganhi, Missèbo-PK3 précédemment installés par les notes de service ci-après : N°331/02 /15 /MDGLAAT/SOGEMA-DG/DGA /DET /CJC/CRPC, N°1487/10 /15 /MDGLAAT/SOGEMA-DG/DGA /DET /CJC/CRPC, N°915/06 /16/MDGL/SOGEMA-DG/DGA /DET /CJC/CRPC, perdent leur qualité de délégué. En conséquence, les concernés sont invités à rendre leur badge à la direction générale de la SOGEMA au plus tard le mercredi 31 août 2016… » C’est un morceau de la note de service N°1500/08 /16 /MDGL/SOGEMA-DG/DGA /DET /CJC/CRPC en date du 29 août 2016 prise par Armand Gansè pour mettre fin au règne des réseaux mafieux dans les marchés sous sa tutelle.  Cette décision est  salué par plusieurs associations qui exercent dans les marchés et connaissent le caractère nuisible de ces délégués. A titre illustratif, par correspondance signé de Bruno Kpadonou en date du 02 septembre 2016, les travailleurs de la SOGEMA réunis au sein du SYNTRAPCO-SOGEMA ont félicité le directeur général pour la décision prise. Plus, l’Association des usagers des marchés pour des actions citoyennes (AUMAC) n’a pas caché sa satisfaction quant à la décision prise. Par un courrier en date du 5 septembre dernier, le président Marcellin Salako et ses membres encouragent Armand Gansè pour le retrait des badges  de ces réseaux qui « rançonnaient les paisibles usagers, créant ainsi la confusion dans la gestion des marchés… »
En fait, contrairement aux dispositions de la charte des délégués, la politique, le copinage et la corruption ont permis l’avènement de ces délégués qui au lieu d’être l’interface à la SOGEMA et les usagers se transforment en véritables bourreaux de ces derniers. Pour preuve, au lieu d’être élu, ils sont désignés sur des critères fallacieux. On en a nommé et on en complète selon les humeurs des directeurs généraux précédents. En témoigne les notes de services ci hauts cités où des compléments ont été faits anarchiquement et même le 09 juin 2016, la veille du départ de l’ancien directeur Evariste Adda.
Au regard de cet état de chose, des pressions viennent de toute part (politiques et autorités administratives) pour essayer de faire ralentir Armand Gansè dans son élan. Mais niet ! Ce dernier insiste que la SOGEMA est une mine d’or que les réseaux mafieux coulent. Et pour ce faire, il entend maintenir le cap.
Amèdé MAHOUTONKPE 


pressej.info

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE