Suppression des subventions de l’Etat dans la filière coton : Le gouvernement...

Suppression des subventions de l’Etat dans la filière coton : Le gouvernement fait une économie de plus de 40 milliards

0
PARTAGER

Aucune subvention pour la production de l’or blanc cette année ! La nouvelle est tombée hier à l’issue de la séance ordinaire du conseil des ministres. Le vent de la rupture a fait le ménage dans la filière coton et permet désormais au gouvernement d’économiser 40,320 milliards au trésor public. En effet, après avoir convaincu les égreneurs de prendre en charge les fonctions critiques qui étaient payées par le régime défunt, le gouvernement Talon a fait des gains pour soulager les caisses de l’Etat.
Ainsi, contrairement au régime défunt qui a fixé à 260F/kg le coton graine alors que sur le marché international, il est vendu à 205F/Kg (ce qui fait que le gouvernement devrait subventionner le gap aux égreneurs soit 55 000 F /Tonne X 350 000 tonnes. Cela donne environ 19,250 milliards), le gouvernement Talon a choisi la voie royale de la raison. Par ailleurs, attendu sur sa gestion des intrants, le gouvernement a tranché. A l’opposé de ce qui se faisait sous le gouvernement défunt où le coût de revient de l’engrais est estimé pour les fournisseurs à 371f/Kg alors que l’Etat, pour aider les producteurs l’avait fixé à 240F/kg (ce qui fait un gap de 131F/Kg alors que à l’Hectare ils auront besoin de 200kg/Ha. Cela donne 131x 200Kg/Ha X 350 000 : 9,170 Milliards), les nouveaux dirigeants ont choisi de donner plein pouvoir aux privés.
En définitive, l’Etat se consacrera à son rôle régalien, notamment la réhabilitation des pistes pour faciliter la commercialisation du coton graine et la recherche dans la filière coton… Toujours est-il qu’au titre de la campagne cotonnière 2016-2017, les subventions ne pèseront pas sur les finances publiques. Pour rappel, cette option avait fait perdre au titre de la campagne 2014-2015, 63 milliards à l’Etat et 38 milliards pour la campagne 2015- 2016. Evidemment, avec la Rupture, c’est le glas du gaspillage qui est sonné. D’ailleurs, avec la fin des subventions astronomiques dans la filière coton, il a déjà sonné. Et, il sonnera davantage pour une gestion rationnelle de l’argent du contribuable. Enfin !
Angelo DOSSOUMOU

aCotonou

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE