Secteur des produits congelés : Le Gipc veut marcher contre Ajavon

Secteur des produits congelés : Le Gipc veut marcher contre Ajavon

0
PARTAGER

Le Groupement des importateurs des produits congelés (Gipc) passe à la vitesse supérieure dans la guéguerre qui l’oppose au roi du poulet Sébastien Ajavon. Face au refus de ce dernier d’une diminution des frais douaniers et après leur rencontre avec le président Talon, les importateurs de produits congelés ont décidé de battre le macadam jeudi prochain. Une marche de protestation contre Sébastien Ajavon partira de l’Etoile rouge pour échouer au ministère de l’économie et des finances. C’est la première d’une série d’actions qui ont but d’amener le gouvernement à leur restituer les pertes subies en 2015 et à procéder à la réduction des frais douaniers. En effet, ces mesures qui devront permettre la redynamisation du secteur des produits congelés, telle que souhaitée par le Gipc, se trouvent confrontées à l’opposition de Sébastien Ajavon. Le prétexte évoqué par le magnat de la volaille est qu’il dispose encore d’un stock important de produits qui ont été dédouanés sur la base des anciens tarifs. Pour lui donc, il ne saurait avoir diminution tant qu’il n’aura pas épuisé tout son stock ou à condition que l’Etat consente à le dédommager. Lassés d’attendre que le gouvernement réagisse, les importateurs ont décidé de protester contre ce qu’ils appellent le diktat d’un seul opérateur économique sur toute une corporation. Une dernière réunion du Gipc  est prévue ce mardi pour valider la date de la marche et s’entendre sur l’itinéraire. Au cas où le gouvernement de la Rupture continuerait à faire la sourde oreille, d’autres actions d’envergure sont prévues pour amener Patrice Talon à œuvrer dans le sens de l’intérêt collectif au lieu de continuer à protéger les intérêts  d’un allié politique. Voilà une pression supplémentaire qui risque de mettre à mal les rapports déjà mal en point entre Patrice Talon et Sébastien Ajavon.

M.M


Matin Libre

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE