Réformes au sein des organes de contrôle : L’ex-Auditeur général libéré de...

Réformes au sein des organes de contrôle : L’ex-Auditeur général libéré de ses fonctions

1
PARTAGER

Les travailleurs de l’ex-Bureau de l’auditeur général (Bag) sont fixés depuis jeudi 16 juin sur le sort de cette institution dont la suppression a été prononcée, il y a quelques semaines par le Conseil des ministres. Au cours d’un bref échange qu’ils ont eu avec le ministre d’Etat, secrétaire général à la présidence de la République, ils en savent désormais un peu plus sur ce qu’adviendra d’eux et de leurs fonctions.

Les deux dernières mutations enregistrées par l’ex-Inspection générale de l’Etat (Ige) transformée, il y a dix mois, en Bureau de l’auditeur général (Bag) avant l’abrogation du décret instituant ledit bureau par le Conseil des ministres en avril dernier, constituent deux faits majeurs vécus avec « désarroi et soulagement » par les personnes qui y officient. En leur nom, la voix partagée entre l’incertitude et la crainte, Jonathan Tawéma a exprimé au ministre d’Etat, secrétaire général à la présidence de la République, les raisons de la peur qui s’est emparée d’eux depuis quelques semaines.

Et si désarroi il y a, soutient le porte-parole de circonstance des travailleurs de l’ex-Bag, c’est parce qu’il subsiste à l’abrogation du décret instituant cette structure, des interrogations sur le devenir des travailleurs, le sort de l’actif et du passif du Bureau… « Des cœurs ont saigné, mais nous avons pardonné », poursuit-il, évoquant en sus le « soulagement face à l’oppression ». Jonathan Tawéma n’en dira pas plus, mais conçoit la présence du ministre d’Etat Pascal Irénée Koupaki et du conseiller spécial du président de la République, Johannes Dagnon, comme un autre soulagement pour ses collègues et lui. Il martèle alors, en terme de suggestion, la nécessité d’asseoir un contrôle de proximité pour la promotion de la bonne gouvernance, tel que souhaité par le chef de l’Etat dans son projet de société et promet à cet effet, la disponibilité des personnes ressources affectées à cette mission au sein de l’ex-Bag.

Bilan

Pour l’ancien Auditeur général, Michel Dognon, le déplacement effectué par le ministre d’Etat et sa suite devrait permettre, au regard de la situation actuelle de la structure de faire son bilan et d’ébaucher ses perspectives. En lieu et place, il a préféré rappeler la vision qui a motivé la création de l’ex-Bag et les activités menées depuis l’annonce de sa suppression.
Relativement au premier point, Michel Dognon estime que l’Etat ne peut plus continuer à découvrir les manquements dans la gestion des fonds publics et se contenter de sanctionner. Il faut passer à la détection des risques liés à cette gestion et les prévenir, propose-t-il, indiquant que c’est dans cette vision qu’il y a dix mois, l’ex-Ige est devenue Bag.
Pour ce qui est du travail abattu sous sa conduite, il s’est appuyé sur un plan d’actions mis en place avec le concours de plusieurs institutions internationales et en lien avec l’affaire Ppea II, note-t-il. Au total, une quarantaine de rapports ont été ainsi lancés, se satisfait Michel Dognon. Seulement, précise-t-il, depuis l’annonce de la suppression de son Bureau, toutes les missions en cours ont été suspendues et le processus de recrutement d’auditeurs déjà lancé et presque finalisé a connu une pause. Par ailleurs, des rapports d’étape ont été produits pour les missions en cours et les rapports des missions terminées rédigés, a-t-il indiqué au ministre d’Etat. « Nous sommes fiers de tout ce travail que nous avons abattu en dix mois », se réjouit Michel Dognon qui, au sujet de la situation de la trésorerie, précise qu’à cette date, l’ex-Bag reste devoir 235 650 000 F CFA représentant diverses indemnités, primes et frais de mission et 108 252 165 F CFA aux prestataires au titre de l’année 2016. La somme de plus de 1 059 000 000F CFA mise à sa disposition au titre du budget hors salaire de l’année en cours et dont la moitié a été déjà virée sur son compte au trésor n’a pas été encore touchée, rassure-t-il.

Les assurances du ministre d’Etat

Le déplacement du ministre d’Etat, secrétaire général à la présidence de la République, avait d’abord pour objectif de procéder à une passation de charge dont l’objectif sans doute, est de libérer l’ex-auditeur. «Nous sommes arrivés au bon moment », répond Pascal Irénée Koupaki par rapport au sentiment de « désarroi » évoqué par le porte-parole des travailleurs. Il dit reconnaître la qualité du personnel de même que sa compétence et le bilan fait pas l’ex-Auditeur général en constitue à ses yeux l’illustration. «Le patrimoine physique ou réel étant déjà pris en charge par ailleurs, si je suis venu avec le conseiller spécial du chef de l’Etat, c’est pour prendre possession du patrimoine intellectuel », a apaisé le ministre d’Etat. Rappelant la vision du chef de l’Etat, il souligne qu’il y a un besoin de contrôle de l’utilisation des biens publics et un besoin de gouvernance de qualité et qu’un bureau de cette nature ne peut être un instrument politique, mais une structure indépendante avec des obligations d’éthique de la part des auditeurs.
C’est fort de cette vision, que le dernier Conseil des ministres a décidé de la création d’un Bureau d’analyse et d’investigation (Bai) qui n’est pas une réponse à la disparition du Bureau de l’auditeur général, clarifie le ministre d’Etat. Au sein du nouveau Bureau, travailleront des Hommes d’une probité irréprochable, « exemplaires dans le passé, au présent et dans l’avenir… pour appuyer la crédibilité du nouvel instrument », exige-t-il.
Pascal Irénée Koupaki n’est pas reparti des lieux, sans assurer le personnel à divers niveaux, qu’il continuera à servir l’Etat.

Josué F. MEHOUENOU

aCotonou

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

1 COMMENTAIRE

  1. je remercie le ministre d’état pour sa claivoyance et invite le gouvernement à réellement publier les audits et passer à la répression

LAISSER UN COMMENTAIRE