Rapport biannuel du Fmi sur les perspectives économiques régionales: De grandes difficultés...

Rapport biannuel du Fmi sur les perspectives économiques régionales: De grandes difficultés économiques en Afrique subsaharienne

1
PARTAGER

Le rapport biannuel du Fonds monétaire international (Fmi) sur les perspectives économiques régionales a été lancé, vendredi 6 mai dernier, à l’Ecole nationale d’économie appliquée et de management (Eneam), à Cotonou. C’était en présence des fonctionnaires au plus haut niveau du département Afrique du Fonds, des chercheurs ainsi que des étudiants des universités publiques du Bénin.

Après une longue période de croissance, l’Afrique subsaharienne connait des difficultés économiques, indique le nouveau rapport biannuel du Fonds monétaire international (Fmi). Et pour cause, les multiples chocs qui frappent la région, ne sont pas de nature à faciliter l’accroissement du taux de croissance. Le rapport présenté par le directeur adjoint du département Afrique du Fmi, Roger Nord, montre que la croissance économique baisse à 3,5% en 2015, son plus bas niveau depuis 15 ans. En 2016, elle devrait ralentir encore et s’établir à 3 %, c’est-à-dire nettement en recul par rapport aux 6% enregistrés en moyenne au cours de la décennie écoulée, et à peine plus que la croissance démographique.

La chute des cours des produits de base en a été à l’origine. Ainsi, les pays exportateurs du pétrole comme le Nigeria, l’Angola et autres se sont heurtés à de grandes difficultés économiques en raison de la chute du cours du pétrole qui reste leur principale ressource d’exportation.

Perspectives

La chute des cours a aussi pénalisé les pays exportateurs de produits de base non énergétiques, tels que l’Afrique du Sud, le Ghana et la Zambie.
Par ailleurs, des pays comme l’Ethiopie, le Malawi et le Zimbabwe ont connu une rude sécheresse qui constitue un frein à la production agricole. Même si de nombreux pays ont été frappés par les chocs extérieurs, leurs impacts sur l’économie, varie d’un pays à l’autre. La Côte d’Ivoire, le Sénégal, le Kenya, pays importateurs du pétrole et d’autres pays à faible revenu s’en sortent mieux. Ils ont connu une croissance de 5% ou plus. Les perspectives immédiates d’un grand nombre de pays d’Afrique subsaharienne restent difficiles certes, mais les perspectives de croissance à moyen terme de la région demeurent favorables. Autrement dit, beaucoup de pays d’Afrique subsaharienne disposent de potentialités énormes pour faire accroître leurs économies.
Face aux difficultés économiques particulières, le Fmi suggère une meilleure mobilisation des recettes internes et une augmentation de la compétitivité des économies. Il va falloir que ces pays varient leurs sources de revenus en comptant moins sur les ressources naturelles. Il faudra également investir dans les infrastructures, la santé, l’éducation, l’agriculture et l’énergie.
L’événement qui a connu la présence des professeurs de différentes universités, des étudiants et du ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, ne s’est pas seulement limité au lancement du rapport.
A la fin de sa présentation, il y a eu une discussion. Elle a permis aux participants de mieux cerner les perspectives économiques régionales qu’offre ce rapport du Fmi ?

Claudel HOUNTON (Stag)

aCotonou

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE