Produits pétroliers au Bénin : Pourquoi la pénurie du « Kpayo »

Produits pétroliers au Bénin : Pourquoi la pénurie du « Kpayo »

1
PARTAGER

(Les explications du ministre nigérian du pétrole)

 Convoqué mardi, devant le comité sénatorial des hydrocarbures, Ibe Kachikwu, le ministre nigérian en charge du pétrole (photo) a présenté ses excuses aux Nigérians sur la rareté persistante du produit à travers tout le pays. Ce dernier en a profité pour rassurer ses compatriotes qu’il mettra fin à cette situation d’ici la deuxième semaine du mois d’avril 2016. « Nous travaillons dur et nous mettrons fin aux files d’attente devant les stations-services la deuxième semaine d’avril au plus tard », a-t-il déclaré.

S’exprimant sur les stratégies qu’il déploiera pour aboutir à cette fin, il explique : « le pipeline qui quitte la réserve d’Escravos pour la raffinerie de Warri a déjà été mobilisé après six ans d’inactivité, pour pomper 90% de carburant vers des dépôts, qui n’ont pas été utilisés pendant plusieurs années ».

Face aux critiques sans cesse croissantes sur le caractère compromettant de l’omniprésence de la NNPC dans le segment aval du pétrole, le ministre a dit aux sénateurs que la NNPC qu’il dirige également travaille sur un plan visant à fournir 47% des produits pétroliers sur le marché, tandis que les commerçants indépendants fourniront le reste. Le plan sera effectif d’ici à 2019 ou 2020 selon ses précisions.

Kachikwu a enfin attribué la crise dans le secteur du pétrole et la persistance de la pénurie de carburant aux nombreux problèmes dont il a hérité de ses prédécesseurs. En effet, après plusieurs scandales de détournement, de corruption et de clientélisme dans le secteur sous le régime Jonathan, la NNPC est toujours en train de faire le ménage dans le secteur pétrolier au Nigéria. Elle doit payer des dettes de plus de 4 milliards $ et travaille actuellement à segmenter la compagnie en plusieurs branches afin de la rendre plus transparente selon les responsables.

Il a également présenté ses excuses aux Nigérians pour le tollé général qu’ont créés ses propos de la semaine dernière selon lesquels il ne possède pas une baguette magique pour mettre fin à la crise actuelle. « Je partage la douleur des Nigérians qui souffrent tous les jours pour avoir le moindre petit litre d’essence. Mes propos, dans la presse ont été mal compris et donc mal interprétés.  Je me rends compte qu’ils ont heurté la sensibilité de certaines personnes et pour cela je suis désolé », a expliqué le responsable.

Source : agenceecofin

Matin Libre

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

1 COMMENTAIRE

  1. Pourquoi le Bénin ne peut il pas réfléchir une autre forme de politique autre que celle à qui on a eu droit jusque là

LAISSER UN COMMENTAIRE