Présentant son budget à l’Assemblée nationale: Koupaki interpellé sur son rôle au...

Présentant son budget à l’Assemblée nationale: Koupaki interpellé sur son rôle au Palais

0
PARTAGER

Plusieurs membres du gouvernement dont le ministre d’Etat, Pascal Irénée Koupaki et son collègue des sports Oswald Homéky, sont passés, hier lundi 14 novembre, devant la Commission budgétaire de l’Assemblée nationale pour dévoiler aux députés les grandes lignes de leurs budgets. Face au ministre Pascal Koupaki, les députés ont voulu en savoir plus sur ses atributions à la Présidence de la République.

Le ministre d’Etat, secrétaire général de la présidence, Pascal Irénée Koupaki, et son collègue des Sports Oswald Homéky, ont présenté hier lundi 14 novembre leurs budgets respectifs. Mais apparemment les députés ne se sont pas intéressés au contenu du budget du ministre d’Etat qui est de l’ordre de 3 milliards de Fcfa. Ils se sont préoccupés d’autres questions liées aux attributions de Pascal Koupaki. A cet effet, il lui a été demandé le rôle que joue le secrétariat général de la présidence de la République. Le ministre d’Etat explique que le portefeuille dont il a la charge comprend, en plus du secrétariat général du gouvernement, deux bureaux ; l’un s’occupe de l’analyse des politiques d’actions du gouvernement et l’autre comprend les organismes rattachés au secrétariat général de la présidence de la République. En relation avec le secrétariat général du gouvernement, le secrétariat général de la présidence de la République, officie aussi en tant que conseiller technique et stratégique du président de la République. A ce titre, il avoue s’occuper des questions techniques, stratégiques, de gouvernance et des réformes. Il s’occupe de l’activité présidentielle et des actions du gouvernement. Le rôle du secrétariat dont il a la charge a été fixé par décret, s’est défendu le ministre d’Etat. Son budget si modeste, un peu moins de trois milliards, lui permet de rationnaliser les ressources financières au niveau du cabinet du secrétariat de la présidence, du secrétariat du gouvernement de l’ensemble des services et autres organismes rattachés à son portefeuille. Il y a les projets phares, contenus dans le programme d’actions du gouvernement qui sont supervisés par le chef de l’Etat, à travers une cellule d’analyse et de suivi, et les projets prioritaires qui sont supervisés par les ministères, centralisés par le ministère du Plan et du développement. Les réformes entamées par le gouvernement, a fait passer de 430 directions à 280, dans le souci de rationaliser les dépenses.

Martin Aïhonnou (Coll)

aCotonou

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE