Observatoire de l’emploi et de la formation: Produire des informations pour aider...

Observatoire de l’emploi et de la formation: Produire des informations pour aider à la prise de décision

0
PARTAGER

Le directeur de cabinet du ministre de l’Emploi des Jeunes, des Petites et moyennes Entreprises, Irénée Akakpo et la conseillère spéciale à l’emploi du chef de l’Etat, Nadine DakoTamadaho ont procédé, mardi 29 mars à Cotonou au lancement officiel de l’Observatoire de l’emploi et de la formation. C’était en présence du directeur dudit observatoire, Maurice Comlan Gbèmènou et des jeunes diplômés invités pour la circonstance.

Produire et diffuser des informations sur le marché de l’emploi et de la formation afin d’aider à la prise de décision. Telle est la mission dévolue à l’Observatoire de l’emploi et de la formation (OEF) et exposée au public mardi par Larios Houngninnou, assistant du directeur de l’Observatoire. Selon lui, l’OEF est chargé de collecter, traiter, analyser et diffuser des informations dans le champ de la relation formation/emploi. Il lui revient également, expose-t-il, de formuler des avis et des propositions destinés à éclairer les choix des décideurs en matière d’emploi et de formation sur la base des études sur l’emploi et la formation ainsi que les facteurs qui les influencent aussi bien dans le secteur formel qu’informel.

Ces précisions ont été confirmées par les explications de l’une des communications développées par Eusèbe Agoua, conseiller technique à l’emploi du ministre de l’Emploi des Jeunes, des Petites et moyennes Entreprises. Une communication qui se résume en «d’où nous venons, où nous allons et comment y parvenir ? ». Pour lui, on a besoin d’un certain nombre d’informations pour analyser le marché du travail, des indicateurs pour permettre de prendre des décisions afin de réduire le chômage. Ce qui nécessite selon Eusèbe Agoua un partenariat avec les structures qui produisent et utilisent l’information et les statistiques.
Le directeur général de l’OEF, Maurice Comlan Gbèmènou, pour sa part, a reconnu la pertinence dudit partenariat et souligné les tâches que la structure qu’il dirige a déjà accomplies dans ce sens.
Irénée Akakpo, directeur de cabinet du ministre en charge de l’Emploi a estimé que la cérémonie en cours est l’aboutissement d’un long processus, résultat de la mise en œuvre d’une recommandation de la déclaration d’Abidjan issue de la VIe conférence des ministres en charge de l’Emploi et de la Formation professionnelle de l’Uemoa du 3 juillet 2015. En application desdites recommandations, le Conseil des ministres du Bénin a adopté le 7 octobre 2015, un décret qui a érigé l’OEF en organisme autonome doté de la personnalité morale et jouissant d’une autonomie financière. Cette cérémonie marque donc relève Irénée Akakpo, la fin du processus de dynamisation de l’OEF.
Sur la base des statistiques recueillies, le directeur de cabinet estime que le taux de chômage est paradoxalement très faible, mais cache un taux très élevé de sous-emploi. En 2011, rappelle-t-il, une politique nationale de l’emploi a été adoptée et beaucoup d’efforts ont été déployés pour mettre en place des projets et programmes au profit des jeunes.

Garder espoir

Par ailleurs, deux préalables sont incontournables sur la politique de l’emploi : l’accès à l’information et l’accès aux données statistiques sur le marché de l’emploi et de la formation. C’est ce que l’OEF s’emploiera à faire au niveau de tous les acteurs, gouvernants et partenaires au développement, étudiants et cabinets de recrutement.
Le directeur de cabinet demande aux jeunes de garder l’espoir, car celui qui a perdu l’espoir selon lui, a tout perdu. C’est pourquoi, Irénée Akakpo plaide alors pour que l’OEF collecte, analyse et rende disponibles les informations fiables sur le marché du travail.
Pour Nadine DakoTamadaho, conseillère spéciale à l’emploi du chef de l’Etat, la question de l’emploi des jeunes et de la lutte contre le chômage est très préoccupante et se pose avec acuité. C’est ce qui justifie la prise de mesures dans le sens de l’amélioration de la situation de l’emploi des jeunes et de la lutte contre le chômage. Elle a dressé la liste des différents projets créés.
La conseillère spéciale rappellera à l’OEF de produire et diffuser des informations réelles sur l’emploi et la formation. Il lui incombe également de produire des bilans périodiques, de faire la promotion de l’emploi relativement aux projets et programmes. Pour elle, un tableau de bord périodique des statistiques et indicateurs sur l’emploi et la formation doit être disponible chaque année afin d’aider les gouvernants à la prise de décisions.
L’accord Bénin-OIT par la mise en œuvre d’un système fonctionnel d’information sur l’emploi et la formation professionnelle ainsi que les multiples différents programmes concoctés en faveur des jeunes devraient valoriser tous les efforts qui favorisent l’insertion des jeunes, a insisté Nadine Dako Tamadaho.
La cérémonie a pris fin par un exposé du directeur général sur les défis et perspectives de l’OEF?

Didier Pascal DOGUE

aCotonou

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE