Moudjaïadou Soumanou : ’’ la réhabilitation de l’AIC est une décision salutaire...

Moudjaïadou Soumanou : ’’ la réhabilitation de l’AIC est une décision salutaire pour l’économie et pour les finances publiques "

0
PARTAGER

Pas de langue de bois sur le plateau de Sikka TV ce lundi 9 mai 2016 pour apprécier la réhabilitation de l’Association Interprofessionnelle de Coton (AIC). Selon l’ancien Directeur Général de la SODECO, Moudjaïdou SOUMANOU, les décisions prises par le gouvernement sont salutaires non seulement pour l’économie du pays mais également pour les finances publiques. « Si ceux qui ont été lésés voulaient porter plainte contre l’Etat béninois, c’est l’argent du contribuable qui servira à les dédommager», a-t-il éclairé.

« Depuis 2012, a-t-il regretté, on a accusé l’AIC de fraude et de vol. Malheureusement, pendant quatre ans, on n’a pas pu faire une enquête pour dire combien l’AIC a volé et comment les vols ont été opérés. » Avec force conviction, le technicien dans son franc parler a montré et démontré qu’il s’agit d’un pure montage. D’autant plus que les usines ont été réquisitionnées à tort et dans des conditions anormales. « L’Etat de façon unilatérale a fixé le montant de la réquisition sans tenir compte des charges d’exploitation des usines alors que l’Etat a accès au bilan des usines et peut déterminer les coûts et donc fixer le montant juste des réquisitions.»

Pourquoi une focalisation du gouvernement sur le coton ? N’est-ce pas à Patrice TALON que profite ce retour de l’AIC? A ces questions, l’ancien Ministre du commerce a déploré l’abêtissement sans borne des esprits embrumés. Il a alors tenu à mettre les points sur les « i ». D’abord, il est revenu sur les deux principaux mobiles avancés pour suspendre l’accord cadre. 1- Les égreneurs volaient le coton des producteurs ; 2- L’AIC à travers la CSPR aurait détourné la subvention sur les engrais. Il a également rappelé le communiqué du gouvernement relayé en boucle sur Golfe TV et qui dénonçait les supposées tares de l’AIC.

Chose curieuse, selon lui, une semaine après ce communiqué pétaradant, « le gouvernement a mis en place une équipe dite de spécialistes composée de quatre personnes ». Un émissaire du Comité inter-Etat de lutte contre la sécheresse au Sahel. « Un néophyte par rapport à la filière coton », a-t-il commenté. Il ya également un envoyé de la BOAD et de l’UEMOA qui, selon Moudjaïdou SOUMANOU ne connaissent rien de la filière coton. Sans oublier un expert d’une compagnie française. « Ces messieurs, à part le Français, découvraient pour la première fois, l’usine d’égrenage à SODECO. Alors, comment voulez-vous que ceux-là puisse faire l’audit approprié pour le gouvernement afin d’apprécier s’il y a réellement vol ou non de coton? »

Appréciant la teneur du rapport de cette commission, Moudjaïdou SOUMANOU a souligné que le conditionnel reste prédominant. Les membres de cette commission, selon lui, ont même suggéré au gouvernement un audit plus approfondi. Ce qui n’a pas été fait avant la prise de la décision. Le ridicule, a-t-insisté, cette commission a abouti aux mêmes conclusions que celles contenues dans le communiqué du gouvernement diffusé, quelques jours plus tôt dans les médias. « C’est un gouvernement qui a fonctionné la tête en bas, les pieds en l’air. Tout était fait en l’envers. »

Dans un humour dévorant, Moudjaïdou SOUMANOU caricature ce qui s’est passé : « Un gouvernement composé de borgnes qui veut contrôler ceux qui ont leurs deux yeux et va prendre un aveugle pour aller les contrôler. Il y a un problème. » Selon lui, avec le retour de l’AIC, les choses vont se faire de façon beaucoup plus transparentes. « Je voudrais rassurer tous les Béninois que toutes les décisions prises et qui sont relatives à la filière coton depuis le gouvernement du Nouveau Départ et de la Rupture sont salutaires pour toute la Nation et pour tous les acteurs de la filière. Nous aurons l’occasion de le constater sur le terrain. »

Par : Justin AMOUSSOU

aCotonou

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE