Mise en œuvre des microcrédits aux plus pauvres: Mission d’audit au Fnm

Mise en œuvre des microcrédits aux plus pauvres: Mission d’audit au Fnm

0
PARTAGER

Les auditeurs ont pris siège au Fonds national de la microfinance depuis un moment. Selon des sources proches de la Direction générale, la gestion de cette institution financière est en cours de vérification, certainement dans le but d’une relance. C’est la substance des informations reçues de sources indiquées.

Au Fonds national de la microfinance (Fnm), l’ambiance de travail a changé. Ce n’est plus la recherche de financement auprès des bailleurs et le suivi de la gestion des crédits entre les services financiers décentralisés ( Sfd) et les bénéficiaires sur le terrain. Chacun des cadres se bat plutôt pour justifier la gestion faite de son portefeuille. D’après nos sources, contrairement à ce qui concerne le secteur des véhicules d’occasion où le travail des auditeurs n’a pris en compte que 04 ans, le Gouvernement a commandité un audit qui va couvrir toute la période d’existence de l’Institution (2006 à 2016). Les auditeurs vont donc vérifier et fouiller dans la gestion administrative et financière de cette institution depuis dix 10 ans. Il s’agira, certainement de voir si l’orthodoxie financière a été respectée au sein de cette structure et si les recrutements et le fonctionnement du Fnm sont conformes à ce que cela devrait être. Aucune idée encore de ce que vise le Gouvernement. Mais, ce serait sans doute, pour faire l’état des lieux et voir comment relancer les activités de cette structure plantée depuis quelques mois.

Koutché, Panti et Madougou…

Quand on parle du Fnm au Bénin, les premiers noms qui viennent en tête ce sont ceux des directeurs généraux qui se sont succédé à savoir Komi Koutché, Jean Panti et ReckyaMadougou. Les résultats de l’audit en cours ne peuvent rien conclure sans citer les noms de ces trois personnalités. En bien ou en mal ? On ne saurait le dire à cette étape des choses. Seulement, il y a des précisions qu’il importe d’apporter. Le Fonds national de la Microfinance (Fnm) a été créé en 2006. Son premier Directeur général s’appelle Abdou Aboubakari, nommé par la Ministre Sakinatou Alfa Orou Sidi. Toutes les deux personnalités sont parties en 2008 pour laisser place, l’une à RékyaMadougou (Ministre) et l’autre, à Komi Koutché (Dg). D’après des cadres de l’institution, pendant la période de 2006 à 2008, les crédits étaient gérés directement par le Fnm, lui-même. C’est-à-dire qu’il n’y avait pas d’intermédiaire entre les bénéficiaires et le Fnm. Mais à partir de fin 2008, le système a changé. Le Fnm a opté pour le faire-faire. Ainsi donc, des institutions de microfinance ont été identifiées pour opérer selon des zones définies. Ces Sfd servent d’intermédiaires entre le Fnm et les bénéficiaires. Le Fnm se met effectivement dans son rôle d’appui à la microfinance. Il remet les fonds aux Sfd qui se chargent de les distribuer aux bénéficiaires et en assurent aussi le recouvrement. Aucun impayé ne l’engage. C’est pour cela que le montant d’environ deux milliards de Fcfa non recouvré et qui constitue une perte pour le Fnm a été enregistré avant l’option du faire-faire. Selon nos sources, depuis fin 2008, au moment où la structure a changé de main, ainsi que le ministère, il n’y a pas eu de dettes liées à des impayés et qui engagent le Fnm. Les auditeurs devront vraiment fouiller, en ce qui concerne la gestion du Mcpp et de beaucoup d’autres, pour retrouver les traces des différents responsables qui ont géré cette structure de 2008 à ce jour. De toutes les façons, seuls les résultats des audits pourront édifier. Car, en dehors de la gestion des crédits, il y a eu le fonctionnement de la structure et même la construction de son nouveau siège. Le Fonds national de la microfinance est créé par décret N° 2006-301 du 27 juin 2006 pour contribuer à résoudre significativement et dans la durée, les problèmes liés au développement du secteur de la microfinance au Bénin. Il est régi par les dispositions de la loi n° 94-009 du 28 juillet 1994 portant création, organisation et fonctionnement des offices à caractère social, culturel et scientifique ainsi que celles du Décret N° 2010-264 du 11 juin 2010. Le Fnm est administré par une Commission nationale de coordination, d’orientation et de suivi qui regroupe tous les acteurs du secteur de la microfinance. Il est doté d’une autonomie de gestion.

Félicien Fangnon

aCotonou

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE