Ministère de l’économie et des finances : le trésor totalement paralysé depuis...

Ministère de l’économie et des finances : le trésor totalement paralysé depuis hier

10
PARTAGER

Les deux mandats de l’ancien Président de la République, Dr Thomas Boni YAYI, resteront gravés dans la mémoire des Béninois. Ce fut deux mandats au service des populations. Le volet social était au cœur de l’action publique. Santé, microcrédits aux plus pauvres, emploi des jeunes et des femmes… Les acquis des dix dernières années sont reluisants, l’ancien régime étant conscient que le progrès économique dans la dynamique de l’émergence ne peut se concevoir sans le progrès social.

Le point global des grandes réalisations dans le secteur de la santé révèle que de 2006 à 2015, le secteur a bénéficié des investissements de l’ordre de 36 milliards pour les infrastructures sanitaires et 40 milliards pour les équipements médico techniques. Il s’agit des investissements faits pour les divers projets de construction et d’équipement d’hôpitaux financés par le budget national et les partenaires techniques et financiers sur toute l’étendue du territoire national.

En termes de perspectives, l’ancien gouvernement a mis plusieurs projets sur les rails : construction et équipement de l’hôpital de zone d’Allada dont la source de financement est notre partenaire japonais pour un don de dix milliards de F Cfa; construction et équipement de l’hôpital de zone de Savè dont les études techniques et architecturales sont complètement achevées, il est financé par le fonds Saoudien à hauteur de 70% et par le budget national à hauteur de 30%; construction et équipement de l’hôpital de zone de Tchaourou et de six centres de santé environnants financé par le fonds Koweitien pour environ douze milliards de F Cfa, le démarrage des travaux se fera courant décembre 2016; construction et réhabilitation des formations sanitaires du Bénin sur financement de la BAIDC pour près de six milliards de F Cfa destinées à améliorer le plateau sanitaire (acquisition IRM et équipements divers). Les études techniques sont achevées et le lancement des appels d’offres est en cours. Et ce n’est pas tout. Il y a aussi le projet de construction et d’équipement de l’hôpital de la Mère et de l’Enfant de Porto-Novo (HOMEP).

La révolution de la micro finance comme facteur de réduction de la pauvreté surtout des femmes

La création en juin 2006 du ministère de la micro finance suivie de celle de deux importantes structures que sont le Fonds national de la micro finance (FNM) et le Fonds national de promotion de l’entreprise et de l’emploi des jeunes (FNPEEJ) ont permis de concentrer les actions de micro finance dans ce secteur. Ainsi, le point des réalisations de 2006 à 2016 fait ressortir plusieurs acquis : Microcrédits aux plus pauvres (MCPP) de 2007 au 31 décembre 2015, financement de 1.252.720 bénéficiaires et près de 2.031.131 microcrédits octroyés pour un montant total de 84.182.799.636 F Cfa; Programme Intermédiaire d’Appui au développement des AGR (PIAD-AGR) de 2007 au 31 décembre 2015, 47.472 bénéficiaires pour un montant total de 4.483.633.000 F Cfa; le renforcement des capacités financières des SFD (RCF-SFD) de 2010 au 31 décembre 2015 a impacté 103.571 bénéficiaires pour un montant total de 23.273.000.000 F Cfa et les crédits relais (CR) de 2010 au 31 décembre 2015 a permis d’impacter 16.181 bénéficiaires avec un montant total de 3.035.700.000 F Cfa.

Au nombre des initiatives prises dans le secteur de la micro finance, on peut également citer le crédit spécial d’appui aux producteurs de coton pour la gestion de la soudure (CSAC/GS) de 2012 au 31 décembre 2015, financement de 93.611 bénéficiaires pour un montant de 9.992.572.767 F Cfa injectés dans la production du coton; la mise en place du fonds de facilitation de 2009 au 30 septembre 2015 pour accompagner six SFD et seize entrepreneurs pour un montant global de 3.030.460.000 F Cfa; crédit aux usagers des marchés au 31 décembre 2015, 741 usagers de marchés ont été appuyés avec une enveloppe de 1.000.000.000 F Cfa; financement des micro et petites entreprises de 2013 au 31 décembre 2015, financement de 989 promoteurs pour 265 microprojets pour un montant de 1.149.770.638 F Cfa et le programme d’appui aux jeunes et PME. De 2008 à 2009, 574 promoteurs pour un montant de 4.754.356.411 F Cfa ont été appuyés. De 2014 à septembre 2015, 123 projets ont été financés pour un montant de 483.993.870 F Cfa.

S’agissant du programme de diversification agricole par la valorisation des vallées mis en œuvre en 2009, 398 projets ont été financés pour un montant de 946.345.730 F Cfa.

Le programme spécial de réinsertion professionnelle des ex-employés des sociétés Défi Emploi des Jeunes et SAED-Bénin GIE a financé 178 projets pour un montant de global de 394.095.962 F Cfa.

Avec les appuis de la BOAD, la BID et la BADEA, le Bénin a pu faciliter le financement des populations exclues du système financier classique pour un montant de 134.839.276.041 F Cfa de 2006 au 31 décembre 2015 et la facilitation de l’accès au financement des projets de jeunes, des petites et moyennes entreprises puis la promotion de l’emploi des jeunes pour un montant de 6.578.791.973 F Cfa au 31 décembre 2015.

Globalement, il a été injecté dans la micro finance de 2006 au 31 décembre 2015 un volume de crédits de 141.418.068.014 F Cfa.

Emploi des jeunes et problématique des pettes et moyennes entreprises

Dans ce domaine, trois défis ont été relevés : renforcement du capital humain; densification du tissu entrepreneurial et industriel et meilleure coordination des interventions pour l’emploi en réalisant une véritable synergie entre les acteurs (publics, privés, centres de formation, institutions, etc.).

De 2006 à 2015, le taux de création est passé de 2.476 à 14.206 soit un taux de 574%. Les interventions de l’Agence nationale pour l’emploi ont été renforcées à travers la programme d’appui à l’emploi salarié (PAES) pour faciliter la pré insertion et l’insertion des primo demandeurs d’emploi salarié dans l’administration publique et privée. A la date d’aujourd’hui, ce programme a enregistré 15.325 bénéficiaires; le programme d’emploi indépendant pour promouvoir l’esprit d’entreprise au sein de la population constituée des jeunes et femmes. 7787 personnes ont bénéficié de cet appui du programme; le renforcement des capacités des demandeurs d’emplois : 1016 demandeurs d’emploi ont vu leurs capacités renforcées grâce au programme au maraîchage, transformation des produits agricoles, élevage, Tic, etc.

Outre la mise en œuvre de ces programmes, l’ANPE a développé l’intermédiation entre l’offre et la demande d’emploi. A cet titre, 141.308 chercheurs d’emplois ont été accueillis, 73 448 ont été reçus et orientés, 25 206 ont été formés en technique de recherche d’emploi (TRE), 27 441 ont été mis en relation et 4 830 ont été directement insérés.

La création et l’opérationnalisation avec le soutien technique et financier du PNUD de neuf Business Promotion Center (BPC) à Cotonou, Porto-Novo, Parakou, Abomey-Calavi, Natitingou, Lokossa, Pobè, Kandi et Bohicon visent à promouvoir l’entreprenariat, les toutes petites entreprises et le développement local au Bénin.

La mise en place du Projet Emploi Jeunes doté d’un montant de 17,5 milliards de F Cfa cofinancé par la Banque Mondiale et le budget national a permis de développer les compétences par l’apprentissage, des compétences en micro entreprenariat et d’accompagner l’installation des jeunes. Il a été lancé en novembre 2014 et devrait à terme impacter 17.500 jeunes dont 50% de femmes.

Voilà quelques actions concrètes menées par l’ancien régime pour redonner espoir aux jeunes et sortir les femmes de la précarité.

Benn MICHODIGNI

aCotonou

Commentaires

commentaires

10 COMMENTAIRES

  1. meme un aveugle sait que le président boni yayi et son équipe ont travaillé n’en déplaise aux esprit mal intentionné

  2. nous femmes prions le gouvernement de la rupture de jeter un coup d’oeil sur nous comme son prédécesseur l’a fait car ça chauffe

LAISSER UN COMMENTAIRE