Lutte pour la bonne gouvernance dans l’Administration : Urgence d’éviter des abus...

Lutte pour la bonne gouvernance dans l’Administration : Urgence d’éviter des abus au Cenagref

0
PARTAGER

L’actuelle Directrice générale du Centre national de gestion des Réserves de Faune (CENAGREF) pourrait passer outre les recommandations du Conseil d’Administration (Ca) de ladite structure et se faire payer à elle seule des arriérés de moins perçus. Malgré l’opposition de ses collaborateurs, elle tient à le faire.

Une grave crise couve depuis peu au CENAGREF. Malgré la vigilance de certains agents de ce centre, la Directrice générale semble vouloir engager le service dans un tourbillon indescriptible.

De quoi retourne la situation?

Le Lieutenant-Colonel des Eaux, Forêts et Chasse, Charlotte O. Djegui épouse Okoundé a été nommée Directrice générale du Cenagref en avril 2014. A sa prise de service, M. Pamphile Didier FAGLA, agent conventionné du Centre était Responsable de la Cellule des Ressources par intérim. Entre 2014 et 2015, la confiance entre ces deux responsables s’est altérée, ce dernier n’étant plus prêt à faire passer facilement certains dossiers qui ne respectent pas les procédures. Exaspérée, la Directrice générale l’a remplacé par l’Agent comptable en la personne de sieur Félicien Cossi Gabriel ADJAHOUTONON en janvier 2016 sous prétexte qu’il y avait incompatibilité de fonction au niveau de Monsieur FAGLA qui cumulait le poste des achats et que le descriptif du poste du Responsable de la Cellule des Ressources était conforme avec celui de l’Agent comptable. Le nouveau Responsable de la Cellule des Ressources très attaché à son image, a évité de tomber dans certaines dérives. Comme, il ne cédait pas non plus aux caprices de sa patronne, il a été enlevé de son poste trois mois plus tard, soit en avril dernier. M. Arsène Ayaï BAGLO sera nommé cumulativement avec ses fonctions de Chef Service Ressources Humaines, Responsable de la Cellule des Ressources par intérim du CENAGREF. Et depuis, tous les travailleurs craignent que le pire n’arrive et avec raison puisque la Directrice générale entend bien se faire payer de façon solitaire, des moins perçus en dépit de la décision contraire du Conseil d’Administration du CENAGREF. Dans une correspondance en date du 1er avril 2016, elle a saisi le Ministre de l’Environnement Chargé de la Gestion des Changements Climatiques, du Reboisement et de la Protection des Ressources Naturelles et Forestières pour demander le paiement de complément de salaire au titre de 2014 ; une somme estimée à plus de 5 millions F Cfa.  Dans la même lettre, elle a souligné que le Conseil d’Administration des sessions des 12 et 13 novembre 2014 à Bohicon a décidé de la mise en application de la convention collective de janvier 2011 qui n’a jamais été pris en compte depuis sa date de signature alors qu’elle abroge toute disposition antérieure. Les salaires des conventionnés et les compléments de salaire des Agents Permanents de l’Etat devront être payés selon la grille salariale de cette convention à partir de janvier 2015. Le ministre d’alors avait accepté sa demande. Mais, il a précisé qu’il soit donné suite à sa demande conformément à la décision du Conseil d’Administration. Or, le point six, alinéa trois du relevé du Conseil d’Administration sus évoqué a clairement mentionné que l’incidence  financière qui découlerait de l’application  de la convention collective fera l’objet d’un paiement progressif selon les disponibilités financières du Centre. Autrement dit, le paiement se fera dans un cadre général à tous les agents du CENAGREF en tenant compte de la disponibilité de la trésorerie.  Une réponse logique que l’Agent Comptable du CENAGREF, Félicien C. Gabriel ADJAHOUTONON qui avait été fait Responsable de la Cellule des Ressources avait servie à la Directrice générale le 11 avril 2016. Cet acte a été analysé par la Directrice générale comme un affront et qui aurait eu pour conséquence, selon certaines indiscrétions, son remplacement au cours de la même semaine. Elle voulait se faire payer alors que matériellement, le CENAGREF ne dispose pas d’assez de fonds pour satisfaire tous ses travailleurs comme le veut le Conseil d’Administration.

L’autre réponse du sieur Félicien C. Gabriel ADJAHOUTONON non appréciée par le Lieutenant-Colonel, est celle portant sur le dossier Sodexca. Il s’agit d’une société, un des prestataires du CENAGREF, qui devrait rentrer en possession de ses fonds après une consultation. La Directrice a fait pression sur le comptable afin qu’il paie à cette société ses supposés dus. « Il n’est pas conseillé de faire pression sur le comptable ; mieux quand il s’agit d’un comptable public, agent assermenté… En étudiant le dossier de ce consultant, il s’avérait que sans validation du travail réalisé, on passe directement au rapport définitif suivi d’un procès-verbal signé par vous et votre ancien RCR. La validation d’une étude réalisée ne se fait pas seulement par deux personnes de la direction générale, alors que nous sommes dans un centre qui, en plus  de la Direction Générale, dispose de deux directions opérationnelles. Une validation de cette forme ne saurait être acceptée par les juges de la Chambre des Comptes de la Cour suprême chargés de valider les pièces comptables, conséquence, le comptable publique que je suis sera sommé au remboursement de la somme payée au prestataire dans ce cadre», avait rétorqué Félicien C. Gabriel ADJAHOUTONON dans un courrier adressé à la Directrice générale. Toutes choses qui laissent supposer une mauvaise gouvernance au sein de cette structure par  la Directrice générale.

Des situations que le nouveau Ministre en charge du Cadre de Vie et du Développement Durable devra prendre à cœur. Mais il devra aussi régler définitivement au sein du CENAGREF, le problème lié à la tenue des caisses. En effet, la loi 94-009 du 28 juillet 1994 portant création, organisation et fonctionnement des officiers à caractères social, culturel et scientifique en son article 15 stipule : « Le Ministre des Finances sur requête du Ministre de tutelle nomme un agent comptable. Ce dernier est seul habilité à tenir les comptes et les caisses de l’office… ». Mais au CENAGREF, à part l’agent comptable qui gère les subventions de l’Etat, il existe les recettes propres du CENAGREF dont la gestion est confiée au Responsable de la Cellule des Ressources et qui pourraient faire l’objet de dépenses fantaisistes, comme le paiement des arriérés de moins perçus abordé plus haut. Il faudra bien que le nouveau Ministre mette fin à cette confusion puisque cela fragilise la gestion financière du Centre. Le Responsable de la Cellule des Ressources reste à n’en point douter l’acteur que pourrait bien manipuler tout haut responsable du CENAGREF. Et, l’actuelle Directrice générale pourrait mal s’illustrer dans l’exercice de ses fonctions. Le nouveau Responsable de ladite Cellule semble suffisamment averti pour ne pas prendre le risque de tomber dans le laxisme dans la gestion de la chose publique, mais il est plus que nécessaire que l’autorité de tutelle s’en saisisse pour garantir la sécurité et la transparence.

Mike MAHOUNA

Matin Libre

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE