Le Togo veut mobilisr 96 milliards de FCFA pour la protection de...

Le Togo veut mobilisr 96 milliards de FCFA pour la protection de la côte Lomé-Cotonou

0
PARTAGER

Le Togo envisage de mobiliser plus de 96 milliards de FCFA auprès de ses partenaires pour la réhabilitation du tronçon de route Momé-Cotonou, avec la protection de la côte le long de la route.

Le Premier ministre togolais Selom Komi Klassou accompagné de la directrice Afrique de l'ouest et centrale à la Direction générale développement et coopération de la Commission européenne, Mme Carla Montesi et des représentants des principaux bailleurs de fonds du Togo ont effectué vendredi une visite de terrain sur le tronçon "Baguida-Avépozo", situé sur l'axe du projet de réhabilitation de la route Abidjan-Lagos, en vue de toucher du doigt les réalités surtout celles liées à l'ampleur de l'érosion côtière au Togo.

Cette visite de terrain vise à permettre aux partenaires en développement du Togo et aux représentants de bailleurs de fonds de constater de visu l'effectivité de l'érosion côtière et de susciter la mobilisation de fonds pour le démarrage de la phase 2 du projet estimé à 147,023 millions d'Euro soit 96,543 milliards de FCFA.
Selon le plan de financement, la Banque africaine de développement (BAD), l'Union européenne (UE), la Banque européenne pour l'investissement (BEI), la Banque ouest-africaine pour le développement (BOAD), la Banque d'investissement et de développement de la CEDEAO (BIDC), le Fonds mondial pour l'environnement (FEM), l'Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) et l'Etat togolais se sont répartis les 96,543 milliards de FCFA.

Cependant, pour consolider l'enveloppe destinée au financement du projet, le gouvernement togolais a adressé en novembre 2015, des requêtes à l'UE et à la BEI.

Le Premier ministre togolais qui accorde une importance à la composante environnementale du projet s'est demandé :" A quoi cela servirait-il de réhabiliter cette route si le problème de l'érosion côtière n'est pas résolu ? "

Il a indiqué que la protection des côtes préoccupe au plus haut degré les autorités togolaises qui en font un préalable afin d'assurer la survie de la nouvelle route tout en protégeant les populations riveraine de l'avancée de la mer.

Selon le Premier ministre, "la vision du chef de l'Etat n'est pas seulement de se concentrer sur la réhabilitation de la route, mais de prendre en compte la protection de la côte. Cette vision est partagée par tous les partenaires car l'actuelle voie est la 3e, deux étant déjà englouties dans la mer. Alors, il faut faire un investissement judicieux pour régler aussi le problème de l'érosion côtière, de soulager les populations riveraines et de réhabiliter la voie pour faciliter la fluidité et aller vers l'intégration réelle des peuples dans l'espace UEMOA et CEDEAO".

"C'est réjouissant de constater que tous les partenaires du projet ont pris la mesure et que, sous peu, les travaux pourront commencer pour régler le problème, du moins pour atténuer les problèmes de l'érosion côtière mais également pour voir la réhabilitation de la voie du Port à la frontière Sanvi Kondj", a confié le Premier ministre à l'issue de la visite.

L'engagement de l'Union européenne a été réaffirmé par Mme Carla Montesi. "Nous avons décidé d'utiliser une partie des fonds qui sont destinés à la coopération régionale pour soutenir ce projet de protection côtière ici au Togo, pour combler et assurer la protection côtière entre Lomé et Cotonou. C'est un engament régional des institutions de la CEDEAO et de l'UEMOA pour mettre à disposition des fonds pour compléter ceux qui sont destinés au financement de la réhabilitation des routes et des travaux qui nous amèneraient à la protection de l'érosion côtière", a-t-elle déclaré.

aCotonou

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE