Le Budget du Ministère des Affaires étrangères passe de 29 à 32...

Le Budget du Ministère des Affaires étrangères passe de 29 à 32 milliards

0
PARTAGER

Le vendredi 18 Novembre, le Ministre des Affaires Etrangères et de la coopération était devant la commission budgétaire de l’Assemblée Nationale. Au terme de cet exercice, on retient que le budget est passé de 29 milliards en 2016 à 32 milliards en 2017.

Votre journal publie ici la déclmaration du Ministre Aurelien Agbenonci devant la presse parlementaire
.

« …Il s’agit d’un budget qui reflète les nouvelles orientations de notre diplomatie et la vision qui transparait dans le programme d’action du gouvernement. Il est aussi en légère augmentation en ce qui concerne les dépenses en capital comme pour les dépenses de fonctionnement parce que le gouvernement veut mettre les moyens qu’il faut pour que notre diplomatie soit au service du développement de ce pays. Nous sommes à 32 milliards de Fcfa pour 2017 contre 29 milliards de Fcfa en 2016. Ce que nous voulons en faire, c’est d’assurer le rayonnement de notre pays, faire en sorte que notre pays puisse saisir toutes les opportunités qui peuvent être mises au service de son développement économique (…) Il faut financer aussi la formation parce que la diplomatie, c’est d’abord la qualité des hommes qui l’animent. J’ai été touché par le fait que les préoccupations des députés rejoignent celles qui sont le diagnostic que nous avons fait lorsque nous avons pris la maison en main ; c’est-à-dire lorsque le gouvernement du nouveau est arrivé aux affaires. Vous avez dans plusieurs de nos ambassades, une situation qui n’est pas acceptable et plusieurs députés ont relevé cela. Les députés ont souhaité que nous puissions avoir des chancelleries qui sont en bon état. Les députés ont soulevé la question des retards de transfert des ressources vers nos ambassades où nous sommes dans une situation dans laquelle la République envoie ses enfants au travail et met du retard à leur envoyer les ressources dont ils ont besoin (…) Nous avons un effort à faire pour le transfert des ressources pour le fonctionnement de nos ambassades. Ils ont aussi été préoccupés par la question du placement des Béninois dans les institutions internationales. Le rayonnement d’une diplomatie, c’est aussi entendre les organisations internationales, régionales et sous-régionales. Actuellement nous devons faire des efforts. Cette tendance commence par se renverser, mais elle est encore timide. Mon département ministériel en a donné l’assurance à la représentation nationale. Chaque fois que nous évoquons la question du placement d’un Béninois auprès du Chef de l’Etat, il demande seulement s’il a les qualités et si c’est le cas, il nous demande de faire le maximum. Ce gouvernement ne barrera jamais la route à un Béninois qui a la possibilité d’avoir une position dans une institution internationale (…) L’autre préoccupation de nous députés était de savoir ce que nous faisons pour valoriser l’apport de notre diaspora au développement du Bénin. Moi, j’appelle la diaspora, le 13ème département du pays. C’est le département le plus large et le plus peuplée. J’ai informé les députés d’un certain nombre d’actions. Je leur ai apporté le témoignage d’évènements concrets que nous organisons et que nous allons continuer par organiser pour que non seulement la diaspora soit fière de ce pays, mais également qu’elle soit encouragée à investir ici… »

aCotonou

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE