La BCEAO salue l’atténuation du déficit budgétaire des Etats de l’UEMOA au...

La BCEAO salue l’atténuation du déficit budgétaire des Etats de l’UEMOA au 1er trimestre 2016

0
PARTAGER

Le Comité de politique monétaire (CPM) de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) s’est félicité mercredi à Dakar de l’atténuation du déficit budgétaire des Etats de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) au premier trimestre 2016.

« L’exécution des budgets des Etats de l’UEMOA s’est soldée par un déficit global, base engagement dons compris, de 251,7 milliards FCFA contre 355,1 milliards FCFA un an plus tôt », a laissé entendre M. Issa Djibo directeur de la conjoncture économique et des analyses monétaires de la BCEAO.

S’exprimant à l’issue de la deuxième réunion ordinaire ce mercredi du CPM, il a expliqué cette situation par l’accroissement des recettes des Etats plus important que celui des dépenses.

« Le CPM a encouragé les Etats à poursuivre les efforts de mobilisation des recettes fiscales et de rationalisation des dépenses publiques afin d’imprimer au déficit budgétaire une orientation lui permettant de s’inscrire dans le respect de la norme communautaire de 3% du produit intérieur brut (PIB) à l’horizon 2019 », a souligné M. Djibo.

Concernant les conditions monétaires dans l’UEMOA, le CPM a relevé leur caractère tendu au cours du premier trimestre 2016. Ainsi, sur le compartiment à une semaine du marché interbancaire, le taux moyen pondéré s’est établi à 3,82% contre 3,49% au 4ème trimestre 2015.

Quant au taux moyen pondéré des opérations hebdomadaires d’injection de liquidités, il s’est situé à 3,13% contre 2,59% un trimestre plus tôt.

Le CPM a décidé de maintenir inchangés les taux directeurs de la BCEAO. Le taux d’intérêt minimum de soumission aux appels d’offres d’injection de liquidités et le taux d’intérêt du guichet de prêt marginal demeurent respectivement fixé à 2,50% et 3,50%.

Quant au coefficient de réserves obligatoires applicables aux banques de l’UEMOA, il est toujours fixé à 5%.

aCotonou

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE