Face aux accusations de « falsification d’attestation » dont son entreprise fait...

Face aux accusations de « falsification d’attestation » dont son entreprise fait l’objet Les clarifications de Razaki Babatundé Olofindji

3
PARTAGER

Depuis quelques jours, l’imprimerie Tundé est citée à tort dans une affaire de « falsification d’attestation fiscale ». Lors d’une sortie médiatique de son PDG, Razaki Babatundé Olofindji, hier dimanche sur Golfe Télévision dans l’émission « Ma part de vérité » en réponse aux accusations dont son entreprise fait l’objet, il a donné sa part de vérité sur la question. Dans ce dossier, il soupçonne des concurrents mal intentionnés à l’origine de l’acharnement dont il est l’objet. Et pour plus d’éclaircissement dans ce dossier, il demande aux organisations de lutte contre la corruption notamment le Fonac, Alcreer et l’Anlc de descendre au service des impôts d’Akpakpa pour des informations.

Le groupe Tundé est un groupe qui fait honneur au Bénin à l’intérieur et à l’extérieur du pays. Invité de l’émission « Ma Part de Vérité » de Golfe Tv Africa ce dimanche 8 mai, son PDG a, pendant plus de deux heures d’horloges apporté des clarifications au sujet de l’affaire dite de « falsification d’attestation fiscale » dont on accuse à tort son groupe. « L’attestation a été bel et bien émise par le service des impôts », explique le Pdg Razack Babatundé Olofindji. A travers ses explications, le Pdg du groupe Tundé souligne que la démarche pour obtenir le précieux document suit fidèlement des étapes. D’abord, ce sont les services des impôts basés à Akpakapa qui délivrent le premier papier : « la patente ». La patente, poursuit le PDG du groupe Tundé est un document signé et contresigné par cinq personnes et sans lequel les autres services de la direction générale des impôts ne peuvent rien faire.

Pour prouver sa bonne foi et rabattre le caquet à ses détracteurs et faire taire les rumeurs, le Pdg Razack Babatundé Olofindji demande avec humilité aux organisations de lutte contre la corruption, à savoir le FONAC, ALCREER et l’ANLC de faire une descente au service des impôts d’Akpakpa à Cotonou pour s’imprégner de la réalité et recueillir des informations. Ce sera une occasion pour ces organisations de rencontrer les responsables du service d’Akpakpa afin de vérifier s’il s’agit ou non de leur signature.
En ce qui concerne les affabulations relayées dans certains médias contre sa société, le patron du groupe Tundé y voit les mains de concurrents mal intentionnés. Selon lui, ce sont eux qui seraient à l’origine de l’acharnement dont son groupe fait l’objet. Sans ambages, il a même cité le nom d’une imprimerie de la place. Les responsables de cette imprimerie seraient à l’origine de ses malheurs.

Supposée dette vis-à-vis des impôts

C’est avec honnêteté que le Pdg du groupe Tundé a reconnu sa dette vis-à-vis des impôts. Toutefois, il trouve malsain que ses concurrents avides d’arguments, prennent ce prétexte pour l’abattre.
En effet, explique le Pdg du groupe Tundé, au même moment, « l’Etat lui devait plus de deux milliards », regrette-t-il. Ce qui étonne, le Pdg du groupe Tundé se demande comment un individu a pu pénétrer la base des données des impôts pour avoir des informations concernant un client de ses services. A travers cet exemple, il se demande si les clients des impôts peuvent-ils encore faire confiance au service des impôts. A quel jeu joue réellement le service des impôts ? « Depuis que j’ai commencé les affaires, je n’ai jamais cherché à passer par des raccourcis pour gagner un marché ». Preuve à l’appui, il évoque les cas d’appel d’offres lancé par les Nations-Unies qu’il a gagnés.
Le Pdg du groupe Tundé a été on ne peut plus clair parlant du régime défunt que ses détracteurs lui collent. « J’ai contribué énormément à l’avènement du président Boni Yayi. Mais j’ai rien gagné », indique-t-il.
Il regrette alors la chute de ses affaires occasionnée par ce même régime, selon ses propos. Il cite des marchés qu’il a gagnés légalement mais bloqués et le service des impôts lancés à ses trousses et comme cerise sur le gâteau, des prestations non payées.

Les conséquences de cette situation sont claires. Le Pdg du groupe Tundé explique que l’entreprise a été contrainte de licencier plus de cinquante agents. Toutefois, il pense que l’avenir s’annonce rose. Avec des marchés qu’il gagne désormais en Centrafrique, Côte d’Ivoire, Togo…
Le souhait du Pdg du groupe Tundé est que le nouveau gouvernement noue un partenariat sincère avec le secteur privé. Il souhaite aussi que l’Etat solde ses dettes vis-à-vis des opérateurs économiques comme l’a annoncé le chef de l’Etat Patrice Talon.

Par Jean-Louis KOGBEDJI,

aCotonou

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

3 COMMENTAIRES

  1. vraiment le monde des affaires au Bénin, bon courage au PDG TUNDE ainsi va la vie dans le monde des affaires….. Fofo bon courage JL

  2. Vraiment courage grand frre Tund,la vie est faite de haut et de bas.Il existe quelque chose de pire ds la vie que de n’avoir pas russi, c’est de n’avoir pas tent, vs avez montr bos preuves ds plsieurs domaines,vs tes un grand homme, ns sommes fiers de vous,tenez bon pas de dcouragement, relevez vs vite et bien,ve n’est qu’une chute. Le meilleur reste venir, gardez votre foi et soyez plus fort que vos dtracteurs. Vs avez donn bcp pr le Bnin et seul le Ciel saura vs le rendre.Courage digne fils du Bnin

  3. Les investigations vont reveler la vrit des faits. Tout reste a croire que notre pays le Benin opte toujours pour une politique sociale alors que vu la situation il nous faut une politique librale. Je peux aussi comprendre que cette affaire peut etre qualifi comme etant une strategie de destruction- creatrice qui est utilis dans les entreprises pour innover mais qui a t mal exploit. Je ne peux que souhaiter beacoupnde courage a notre grand frre. Le meilleur reste a venir

LAISSER UN COMMENTAIRE