Echec du rachat de la Cidt par la Sodéco : Talon fait-il...

Echec du rachat de la Cidt par la Sodéco : Talon fait-il toujours les affaires ?

0
PARTAGER

En concurrence avec des sociétés ivoiriennes pour le rachat de la Compagnie ivoirienne de développement de textile (Cidt), la Société de développement du coton (Sodéco) dont l’actionnaire principal est Patrice Talon, le Chef de l’Etat béninois, s’est vu damer le pion. L’affaire a été révélée par La Lettre du Continent N° 740 du 02 novembre 2016. Sous le titre : « Côte d’Ivoire : Patrice Talon mange la poussière sur le dossier CIDT », le magazine panafricain a décrit les conditions dans lesquelles la Sodéco s’est vu ravir la vedette par une société ivoirienne malgré les entrées de Patrice Talon au Palais d’Abidjan. La société de Patrice Talon a été purement et simplement recalée le  31 octobre dernier pour n’avoir pas transmis à temps son offre financière. Le parallèle fait par le magazine de l’échec de la Sodéco dans ce dossier et l’amitié entre  Alassane Dramane Ouattara et Patrice Talon depuis l’élection de ce dernier, amène  une question : Patrice Talon continuerait-il de faire les affaires ?

7 mois déjà que le magnat du coton a fait son entrée au Palais de la Marina. Dès qu’il s’est lancé dans la course à la magistrature suprême, des personnalités et pas des moindres telles que l’ancien archevêque de Cotonou Monseigneur Antoine Ganyé et l’actuel président de l’Assemblée nationale Maître Adrien Houngbédji avaient exprimé leur inquiétude de voir un opérateur économique à la tête de l’Etat. Dans une lettre adressée aux deux opérateurs économiques candidats, Monseigneur Antoine Ganyé avait expressément dit ceci : « En effet, cette candidature pourrait être interprétée par les autres acteurs économiques comme une stratégie visant à s’approprier le pouvoir politique pour faire prospérer ses propres affaires et se faire droit, au détriment des autres opérateurs économiques ». Dans la même logique, Me Adrien Houngbédji s’était demandé quel agent de douane aurait le courage de contrôler les conteneurs de l’homme d’affaires devenu président de la République. Prenant la mesure de cette crainte au niveau de la classe politique et des autres opérateurs économiques, Patrice Talon, une fois élu, avait affirmé qu’il allait léguer ses parts dans ses différentes sociétés  à sa progéniture pour se consacrer exclusivement à sa nouvelle charge, l’exercice de la fonction présidentielle. 7 mois après, qu’en est-t-il ? A-t-il réellement légué ses parts ou continue-t-il d’être l’actionnaire principal de ses sociétés ? Personne ne saurait le dire.

D’un autre côté la Constitution du 11 décembre 1990 en son article 52 alinéa 2 fait obligation au Chef de l’Etat de faire sur l’honneur une déclaration écrite de tous ses biens et patrimoine adressée à la Chambre des Comptes de la Cour suprême. Cette obligation est reprise par l’article 3 de la loi n° 2011-20 du 12 octobre 2011 portant lutte contre la corruption et autres infractions connexes en République du Bénin. Dans son sixième rapport, rendu public en septembre dernier, l’Autorité nationale de lutte contre la corruption (Anlc) a indiqué que jusqu’au 17 mai 2016 inclu, le Chef de l’Etat, Patrice Talon, n’a pas procédé à la déclaration de son patrimoine à l’entrée en fonction. Est-ce qu’entre temps, il s’est plié à cette exigence ? Jusqu’à ce jour, aucune version officielle ne l’atteste. C’est dans cette circonstance qu’on apprend que, jusqu’au 31 octobre dernier, la Sodéco était dans un dossier d’appel d’offres en Côte d’Ivoire. Du coup, on peut se demander si la non déclaration de biens est liée au fait que le Chef de l’Etat serait toujours dans les affaires ? Le cas échéant, les inquiétudes alors exprimées par Mgr Antoine Ganyé et Me Adrien Houngbédji ne trouvent-elles pas un fondement ? Quel sera le sort des autres opérateurs économiques lorsqu’ils seront en concurrence avec les sociétés du Chef de l’Etat ?

Worou BORO


Matin Libre

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE