Décaissement de 40 milliards au profit de Sodéco, SDI et DFA :...

Décaissement de 40 milliards au profit de Sodéco, SDI et DFA : Des prétextes de réquisition pour faire saigner le trésor public

0
PARTAGER

Des milliards sortent du trésor public au profit des sociétés proches du Chef de l’Etat. 40 au total après 4 mois de gestion du régime de la Rupture. Trois arrêtés pris par le ministre des Finances Romuald Wadagni servent de base à ce qu’il convient d’appeler l’opération renflouement des caisses des sociétés proches du président Patrice Talon. Deux prétextes justifieraient ces décaissement selon les explications d’abord du ministre Wadagni, puis du Chef de l’Etat lui-même : l’urgence que constitue la campagne cotonnière 2016-2017, puis la réparation des préjudices causés par l’Etat dans le cadre de la réquisition en 2012 de la Sodéco, des intrants appartenant à la Société de distribution internationale (SDI) puis à la société

Denrées et fournitures agricoles (DFA).

Le 19 avril 2016, le ministre de l’Economie et des finances, Romuald Wadagni, a pris un arrêté ministériel pour autoriser, au titre du budget de l’Etat, gestion 2016, l’engagement en dépassement de crédits sur la rubrique budgétaire 39482068006319 intitulée «Subvention à d’autres établissements publics» du chapitre «Appui à la campagne cotonnière» pour un montant de 12 490 280 980 F Cfa. Lesdits crédits, précise le ministre Wadagni, permettront de faire face d’une part, aux opérations d’égrenage du coton graine au titre de la campagne 2015-2016 et d’autre part, à l’apurement de la dette de la Sonapra vis-à-vis de la Sodéco.Le 22 juillet de la même année, le même ministre prend un autre arrêté pour autoriser le paiement de 4 304 492 416 F Cfa pour faire face, selon lui, au règlement des créances de la Société de Distribution Internationale (SDI) sur l’Etat béninois suite à la réquisition par l’Etat en 2012, des intrants coton appartenant à ladite société. Le 30 mai 2016, un autre arrêté du même ministre autorise le paiement de 1 174 913 263 F Cfa à la société Denrées et Fournitures Agricoles (DFA) en règlement des créances sur l’Etat suite à la réquisition en 2012 de ses intrants coton. Soit au total près de 18 milliards décaissés au profit des sociétés proches de Patrice Talon (Sodéco et Sdi) et d’Olivier Boko (Dfa). Sans oublier les 19,5 milliards décaissés au profit des producteurs pour de prétendues dettes.Soit au total près de 40 milliards, en trois mois.

Or, tous les béninois savent que lorsqu’on parle de réquisition d’usines, on fait allusion à la Sodéco. Cette société qui refuse tout audit alors même que l’Etat a une part de 49%. Et malgré que le dossier soit pendant devant la justice, cela n’a pas empêché le gouvernement de la Rupture de prendre 29 milliards au trésor (12 + 17).

Contrairement aux arrêtés de Romuald Wadagni, l’Etat ne doit rien à la SDI et à la DFA. A aucun moment, en 2012, l’Etat n’a réquisitionné leurs usines. Les deux sociétés n’ont qu’à sortir les preuves. Et tout ceci se fait sans que la société civile ne lève le petit doigt. Curieusement, les organisations de veille citoyenne qui, sous le régime défunt, ne rataient aucune opportunité pour vouer aux gémonies le régime Yayi, gardent le silence à l’ère du Nouveau départ. Où sont passés Martin Assogba, Jean-Baptiste Elias, Transparency International alors que des décaissements opaques se font ? Les députés à l’Assemblée nationale doivent jouer leur rôle de contrôle de l’action gouvernementale en interpelant le gouvernement. Le ministre des Finances doit expliquer les bases qui ont servi à fixer les milliards décaissés.

M.M


Matin Libre

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE