Cotonou abrite la plateforme d’échanges sur la lutte contre le blanchiment de...

Cotonou abrite la plateforme d’échanges sur la lutte contre le blanchiment de capitaux

0
PARTAGER

Après Dakar, Abidjan et Lagos, le Groupe Intergouvernemental d’Action contre le Blanchiment d’Argent en Afrique de l’Ouest (GIABA) organise, du 2 au 4 novembre 2016, à Cotonou, au Bénin, un atelier régional de sensibilisation sur les exigences de la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme (LBC/FT) à l’intention des acteurs des Organisations de la société civile (OSC) des Etats membres de la CEDEAO.

Les objectifs de l’atelier sont de sensibiliser les Organisations de la société civile (OSC) sur les dangers et conséquences graves du BC/FT dans la sous-région ; de renforcer les capacités des acteurs des OSC dans la lutte contre le BC/FT ; de les sensibiliser de manière qu’elles puissent assurer des plaidoyers et influencer la mise en œuvre effective des régimes de LBC/FT au niveau national et régional ; de les sensibiliser aussi sur la pertinence de l’utilisation de leurs plateformes pour la diffusion d’informations, de publications et pour le partage de renseignements fiables en matière de LBC/FT ; et d’identifier enfin une stratégie efficace en vue d’ériger un réseau solide d’OSC ouest africaines engagées pour la cause de la LBC/FT.
Le Blanchiment de capitaux peut se définir comme le fait de donner une apparence légale à l’argent ou aux avoirs illégaux, afin de dissimuler leur vraie nature et leur origine réelle, en les intégrant frauduleusement dans le circuit financier légal sur le plan nationale ou international.
« Le financement du terrorisme, quant à lui, est l’acte qui consiste, pour une personne ou un groupe de personnes, à fournir et réunir des fonds dans le but de les voir utiliser ou en sachant qu’ils seront utilisés, en vue de commettre un acte destiné à tuer ou blesser grièvement un civil ou tout autre personne qui ne participe pas aux hostilités dans une situation de conflit armé, lorsque par sa nature ou son contexte, cet acte vise à intimider une population ou à contraindre un gouvernement ou une organisation internationale à accomplir ou s’abstenir d’accomplir un acte quelconque ». C’est par ce long exposé que le Secrétaire général du ministère de la Justice, André Sagbo, représentant le ministre Joseph Djogbénou, a ouvert les travaux de l’Atelier régional de sensibilisation sur les exigences de la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme au profit des organisations de la société civile d’Afrique de l’Ouest. Durant trois jours, les experts et spécialistes réunis au Novotel Orisha à Cotonou, se pencheront sur les mécanismes à mettre en place pour limiter à un niveau raisonnable, à défaut de les éradiquer, le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme. Puisque, ajoutera le représentant du ministre, « à l’évidence, aucun avantage ne peut être tiré par nos Etats, dans la perspective d’une situation où séviraient ces deux fléaux. Bien au contraire, toute complaisance dans la lutte contre ces fléaux ferait courir aux Etat de gros risques, puisqu’ils seraient menacés dans leurs fondements mêmes ». Pour sa part, le Colonel Adama Coulibaly , Directeur général du Giaba, a déclaré que la société civile et son engagement à travers des initiatives pertinentes, peut permettre l’atteinte d’une sécurité globale comme fondement de l’émergence économique des Etats membres de la Cedeao à l’horizon 2020. « Le Giaba rêve d’un grand réseau régional des Osc qui se pose en allié de la chaîne des acteurs nationaux et régionaux de lutte contre le crime transnational organisé et singulièrement le financement du terrorisme », a-t-il ajouté.
Le Groupe Intergouvernemental d’Action contre le Blanchiment d’Argent en Afrique de l’Ouest (GIABA) organise, du 2 au 4 novembre 2016, à Cotonou, au Bénin, un atelier régional de sensibilisation sur les exigences de la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme (LBC/FT) à l’intention des acteurs des Organisations de la société civile (OSC) des Etats membres de la CEDEAO.

aCotonou

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE