Coton: Premier scandale sous le régime Talon

Coton: Premier scandale sous le régime Talon

11
PARTAGER

En plus des milliards frauduleusement soutirés du trésor public, depuis le 06 avril 2016, le gouvernement de la rupture a déjà créé son premier scandale dans le secteur cotonnier. Toujours dans sa dynamique de faire couler ses produits au titre de la campagne 2016-2017, Patrice Talon fait feu de tout bois pour annuler des commandes déjà passées. Il tient à modifier le programme de traitement phytosanitaire.

En effet, après l’échec de la tentative de rendre caduque les contrats de marché pour la fourniture des intrants coton au titre de la campagne 2016-2017, les nouvelles autorités gouvernementales veulent modifier ledit programme pour sortir les produits distribués par des concurrents jugés gênants. Le comité technique paritaire transitoire et le comité technique intrants agricoles, deux structures créées pour gérer la campagne cotonnière 2016-2017, ont tenu une réunion conjointe les mercredi 18 et jeudi 19 mai 2016 dans la salle de conférence du MAEP aux fins de procéder à la relecture du programme de traitement phytosanitaire en vigueur. Plusieurs recommandations ont été formulées à l’issue des travaux : les produits à base d’Emamectine-acetamipride trop longtemps utilisés (depuis cinq campagnes) dans le programme devront être remplacés par d’autres molécules; le profenofos ne sera plus utilisé en première fenêtre dans la zone 3 (centre et sud Bénin) et enfin le binaire acaricide utilisé dans le programme ne sera pas fait à base de la cyperméthrine à cause de la forte résistance acquise par hélicoverpa armigera vis-à-vis de cette molécule.

Les «nouvelles» molécules à commander en remplacement de ces produits sont Spinetoram-acetamiprid, Chlorantranliprole, Cyantraniliprole et Flubendiamide-Thiaclopride. Il en résulte que de nouvelles commandes de produits insecticides sont nécessaires pour couvrir environ 230.000 ha principalement dans les zones Borgou-Alibori-Atacora-Donga.
En réalité, Patrice Talon cherche par tous les moyens à annuler les commandes déjà passées et gagnées par ses concurrents avant son arrivée au pouvoir. Il s’agira donc de les remplacer par ses propres produits commandés en Russie et au Maroc.

Ces produits qualifiés de «nouvelles» molécules ne sont rien d’autres que les produits initialement distribués par la société SDI du Président de la République du Bénin, Patrice Talon. En outre, deux de ces produits (Belt Expert 480 SC et Cobra 120 EC) sont sous brevets donc du domaine exclusif des firmes qui les fabriquent avec un représentant exclusif au Bénin et dans la sous région. Ils sont plus chers que les produits pour lesquels ils veulent les substituer. Enfin, il faut signaler que le Flubendiamide-Thiaclopride n’est rien d’autre que l’insecticide Tihan rejeté par les cotonculteurs qui revient sous une autre forme.

Voilà ce que Patrice Talon avec ses complices tapis dans l’ombre du ministère de l’agriculture organisent actuellement dans le seul dessein de renforcer leur monopole sur le marché des intrants. Les autres sociétés vont-elles se laisser faire ? Les producteurs de coton vont-ils accepter utiliser le Tihan qu’ils avaient tous décrié ? Autant de questions qui méritent d’être posées. Les producteurs doivent ouvrir leurs yeux pour éviter le naufrage.

N.R

aCotonou

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

11 COMMENTAIRES

  1. et pourquoi changer ce qui tait ? si tel est que c’est les producteurs qui l’avaient choisi, il vaut mieux laisser aller ce qui tait sous entendu par tout le monde. L’administration tant une continuit, qu’on respecte ce qui est bien fait, moins qu’on dmontre le contraire.

  2. Commenter : vive la rupture , le gouvernement de pa rupture est en désert de compétence, si comment se fait il que un produit refusé par les cotonculteurs est transformé sous d otr forme vraiment c,est un gaïmann que vs avez amené o pouvoir, mais attender bcp de scandales

  3. Mon ami peux tu nous citer les matières actives des produits phytosanitaires utilisé pour les campagnes 2012-2013, 2013-2014, 2014-2015, 2015-2016?.Si oui, tu retrouvera la même manière active dont tu veux intoxiquer les producteurs. Jusqu’à présent tu n’as pas digéré ton échec. C’est fini pour toi à moins que tu change de veste. Si tu me parlais des difficultés pour avoir les semences de qualité, là je te comprendrai. Et la encore c’est l’improvisation du gouvernement défunt qui a conduit à cette situation.

  4. Il n’y a pas d’autres solutions pour les pauvres paysans contonculteurs que de résister aux gloutons au pouvoir en boycottant la campagne 2016-2017 afin de se faire entendre.

LAISSER UN COMMENTAIRE