Campagne de sensibilisation agricole dans le septentrion : L’AIC outille les cotonculteurs...

Campagne de sensibilisation agricole dans le septentrion : L’AIC outille les cotonculteurs de Bassila et Ouaké

0
PARTAGER

Les producteurs de coton des communes de Bassila et de Ouaké ont accueilli une délégation de sensibilisation agricole hier, mardi 31 mai 2016. Cette délégation composée des représentants de l’Association interprofessionnelle de coton (AIC), du Ministère de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche (Maep) et du CaderAtacora-Donga vise à donner un regain de confiance aux contonculteurs.

Cette campagne de sensibilisation est l’un des objectifs visés par le président Patrice Talon pour redonner vie à la filière coton. En effet, depuis la suspension de l’AIC, les contonculteurs sont confrontés à d’énormes difficultés, notamment le manque des intrants agricoles, de confiance et autres. Conscient que l’État ne peut tout faire lui seul, selon les explications du représentant de l’AIC Léon MafoyaAdabouko, le gouvernement a résolument décidé d’associer les agriculteurs à la prise de toute décision afférente. Pour ce faire, »le gouvernement rassure que tout ce dont vous aurez besoin pour faire la production du coton est déjà prêt » confie Léon B. Adaboko. En outre, c’est dans le but de donner une confiance certaine aux producteurs du coton, qui est le moteur du développement que l’AIC s’est activée pour enlever toute entrave à ce domaine. Par ailleurs, le Directeur du développement agricole Atacora-Donga, Moussa Rahimi explique qu’en agriculture la politique est loin d’avoir sa place. Il invite les cotonculteurs à accompagner le chef de l’Etat pour l’atteinte de sa mission faisante. Pour le représentant du Maire de Bassila, Marcellin Adam, la séance est d’une importance capitale car, déclare-t-il, l’agriculture est notre identité. Par ailleurs, les différentes préoccupations évoquées par les agriculteurs à Bassila comme à Ouaké sont entre autres, problème d’évacuation du coton après-vente, la destruction des cultures par les bœufs, le problème de confiance et bien d’autres. La délégation a donné des réponses à ces préoccupations et rassure les agriculteurs d’un soutien indéfectible durant les cinq ans à venir. Ces derniers sont aguerris à la sortie de la sensibilisation et sont conviés à partager avec leurs pairs absents les conseils reçus.

Joseph-Martin Hounkpè

aCotonou

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE