Budget de l’Etat exercice 2017 : Le gouvernement fait du « copier-coller...

Budget de l’Etat exercice 2017 : Le gouvernement fait du « copier-coller »

0
PARTAGER

Sur bien des points, le projet de budget de l’Etat exercice 2017 ressemble au projet de budget 2016 du régime défunt. Un paradoxe de la part d’un gouvernement qui prône la rupture et qui a passé tout le temps à peindre en noir les actions de Boni Yayi. Mais, très tôt il s’est rendu à l’évidence qu’il ne peut réinventer la roue. L’Etat n’est-il pas une continuité ? Des anciens ministres de la République ont passé le budget à la loupe et ont constaté que dans le domaine de l’éducation notamment celui des enseignements maternel et primaire, le gouvernement de la Rupture compte utiliser les financements mobilisés dans le cadre de la Table ronde de Paris. De même, les projets 2017 sont littéralement la suite reformulée ou renforcée des projets PIP initiés par le régime du Changement et de la Refondation. Lire l’étude comparative faite par d’anciens ministres

Projet de budget 2017 : PIP enseignements maternel et primaireLe régime de la Rupture utilise les financements Mobilisés à la Table Ronde de Paris

I.SITUATION ANTERIEURE A 2016

Le portefeuille des investissements publics comportait en 2015 dix (10) projets/programmes selon les désignations, consistance et l’exécution suivantes :

1. INITIATIVE ECOLE ET LANGUES NATIONALES EN AFRIQUE :
Dotation : BN : 95.860.500 FCFA
Engagement : 95.860.500 FCFA

2.PROJET DE RESTRUCTURATION DU CENTRE DE PRODUCTION DES MANUELS SCOLAIRES :
Dotation BN : 28.351.500 FCFA;
Engagement : 22.566.125 FCFA

3. Programme spécial de construction, de réhabilitation et d'équipement des écoles primaires publiques des zones frontalières et lacustres  (ZOFROLA):
Dotation BN : 824.439.800 FCFA
Engagement : 769.960.408 FCFA

4. Programme de construction et d'équipement d'écoles primaires au Bénin (JAPON  phase 4) :

Dotation BN : 48.019.487 FCFA
Engagement : 46.054.552 FCFA

5.PROGRAMME DE CONSTRUCTION DE SALLES DE CLASSES DANS LES ECOLES A DISCONTINUITE EDUCATIVE(PROCEDE) :
Dotation BN : 1.001.531.841 FCFA
Engagement : 920.313.807 FCFA

6. PROGRAMME ''UN ELEVE SOUS UN TOIT UNE CLASSE ET UN MAITRE POUR L'ENSEIGNEMENT PRIMAIRE'' (Projet de développement de l'éducation :
Dotation BN : 118.747.100 FCFA ;
Engagement : 99.994.188 FCFA

7. PROGRAMME DE CONSTRUCTION, DE REHABILITATION ET D'EQUIP. DE SALLES DE CLASSE DANS LES ECOLES PRIMAIRES PUBLIQUES (PCRESC-EPP) :
Dotation BN : 1.988.540.739 FCFA
Engagement : 1.987.884.484 FCFA

8. PROGRAMME DE CONSTRUCTION, DE REHABILITATION ET D'EQUIP. DES INFRASTRUCTURES ADMIN. ET SPORTIVES (PCREIAS):
Dotation BN : 710.569.223 FCFA
Engagement : 671.184.818 FCFA

9. PROGRAMME D'APPUI AU DEVELOPPEMENT DU MEMP (PAD-MEMP):
Dotation BN : 149.702.800 FCFA
Engagement : 124.465.523 FCFA

10. PROGRAMME DE CONSTRUCTION, D’EQUIPEMENT ET DE VIABILISATION DES ECOLES NORMALES D'INSTITUTEURS (PCEV-ENI):
Dotation BN : 481.995.900 FCFA
Engagement : 469.408.120 FCFA

11.FADEC-INVESTISSEMENTS ;
Dotation BN : 2.996.487.626 FCFA
Engagement : 2.996.487.626 FCFA soit 100%
Il ressort que le budget national a inscrit un cout total remanié de 8.444.246.516 FCFAà ces 10 projets y compris FADEC Investissements transférés aux communes.

Les engagements en fin décembre 2015 étaient de 8.203.700.151 FCFA soit env. 97,2%

II.ANALYSE DU PIP 2017

Au total six projets ont été inscrits ainsi que les fonds FADEC Investissements selon les dotations et informations antérieures suivantes :
1) Programme de construction et d’équipements d’écoles primaires au BENIN (JAPON phase VI) :
Coût actualisé: 3.797.000.000 FCFA avec BN : 180.000.000 et Japon : 3.617.000.000 FCFA
Réalisé avant 2016 : 0

2) Programme «un élève sous un toit, une classe, un Maitre pour l’enseignement primaire» : BID IV
Coût actualisé : 6.940.000.000 FCFA ; BN : 940.000.000 et BID ; 6.000.000.000
Réalisé avant 2016 : 155.000.000 FCFA

3) INITIATIVE ECOLE ET LANGUES NATIONALES EN AFRIQUE BENIN (ELAN BENIN deuxième phase)
Coût actualisé : 1.252.000.000 FCFA ; BN : 792.000.000 et OIF : 460.000.000 FCFA
Réalisé avant 2016 : BN : 265.000.000 FCFA ;

4) Programme spécial de construction, de réhabilitation et d’équipements des infrastructures scolaires des zones à besoins spécifiques (PSCREIS-ZOBS) :
Coût actualisé : 53.197.000.000 FCFA
Exécuté avant 2016 : 19.479.000.000 FCFA

5) Programme de construction, de réhabilitation, d’équipements et de viabilisation des infrastructures administratives et sportives (PCREVIAS) :
Coût actualisé :11.650.000.000 FCFA ; BN : 8.179.000.000 et Japon ; 3.471.000.000
Exécuté avant 2016 : BN : 2.862.000.000

6) Programme d’appui institutionnel et de renforcement de capacités du MEMP (PAIRCA-MEMP) :
Coût actualisé : 3.070.000.000 FCFA
Réalisé avant 2016 : 681.000.000 FCFA

7) FADEC-Investissements :
Coût actualisé : 5.531.000.000 FCFA
Réalisé avant 2016 : 0

III.ANALYSE PROPREMENT DITE

Une analyse rapide et croisée des informations sur les PIP 2017 et antérieurs amène aux commentaires suivants :

-Les Projets 2017 sont littéralement la suite reformulée ou renforcée des projets PIP initiés par le régime du changement. En effet le projet/programme (PSCREIS-ZOBS) est le reformulé du projet ZOFROLA ; Il en est de même des projets (PAIRCA-MEMP) et (PCREVIAS) qui sont la reformulation ou fusion des projets PAD-MEMP et PCREIAS et PCEV-ENI respectivement.

-Les Fonds FADEC investissements ont été réalisé à un taux d’engagement de 100% pour un montant de 2.996.487.626 FCFA en fin 2015. Rappelons qu’il s’agit de transferts de fonds vers les communes qui elles relèvent du Ministère de la décentralisation. Le MEMP affiche 100 % de transfert de fonds et la réalisation se trouve affectée au Ministère de la décentralisation. Il est tout de même bizarre que ce ministère n’exécute aucune activité dans ce cadre et qu’en 2016 on demande à tous les ministères de revoir à la hausse les transferts opérés dans le cadre de la décentralisation.

-Il serait également difficile de comprendre les bases de détermination des réalisations faites avant 2016 au niveau des projets résultant de fusion ou de reformulation de plusieurs anciens projets. Il est certes opportun de remettre ensemble les projets à finalité commune, mais il serait imprudent de ne pas évaluer les faiblesses des MOD  et de certains gestionnaires de crédits avant de se lancer dans une nouvelle aventure. Il est aussi important de revoir les bases techniques des missions des acteurs impliqués dans les transferts de fonds FADEC.

IV.    CONCLUSION

Un effort est constaté, celui de fusion de certains anciens projets. Il reste à renforcer les acteurs et les structures d’exécution des projets refondés.
Le financement de tous ces projets découle des engagements de la Table Ronde de Paris de nos partenaires techniques et Financiers.

Comité des Ministres (Ancien Régime)
Pour l’évaluation du bilan avril 2006- avril 2016


Matin Libre

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE