Borderless 2016/ 5ème édition : Pour une meilleure fluidité sur les corridors...

Borderless 2016/ 5ème édition : Pour une meilleure fluidité sur les corridors de l’Afrique de l’Ouest

0
PARTAGER

La cérémonie consacrant l’ouverture de la 5ème conférence annuelle de l’Alliance Borderless s’est tenue hier, mercredi 18 mai 2016 à l’hôtel Azalaï à Cotonou. Axée sur le thème «l’intégration régionale à travers le développement du commerce et des transports», l’édition 2016 de Borderless durera trois jours. Elle sera entre autres,l’occasion de formuler des politiques favorables à la promotion des échanges commerciaux, à travers une libre circulation effective des personnes et des marchandises.Trois panels meubleront les travaux: promouvoir l’efficience des ports en Afrique de l’ouest; éliminer les barrières au commerce intra régional; et financer le commerce et les transports.

Le rêve d’une Afrique de l’Ouest sans frontière, où le trafic entre Etats sera fluide, semble ne plus être un mirage. C’est à tout point de vu, ce qu’ont laissé transparaître les diverses personnalités qui ont fait le déplacement hier, de l’hôtel Azalaï. Une dizaine d’allocutions d’éminentes personnalités, venues d’horizons différents,mais toutes concordantes. En effet, de façon unanime, les différents intervenants, ont reconnu que la facilitation des échanges, constitue un enjeu majeur pour l’Afrique de l’Ouest. L’intégration donc, une priorité.Si, en 2014, l’Afrique de l’Ouest a connu un taux de croissance de son Pib de 6,1%, il n’en demeure pas moins que son potentiel de croissance reste limité. Il urge, aux dires des ‘’décideurs’’, d’assainir l’espace afin de le rendre compétitif.Le mauvais état des infrastructures physiques et les inefficiences procédurales, le manque de fiabilité des opérations portuaires, les difficultés liées à la traversée des frontières, seraient des contraintes qui entravent le commerce intra régional. Conclusion, un «énorme» effort reste à faire pour la fluidité du trafic. Présent à la cérémonie d’ouverture de la conférence, le président de l’Alliance Borderless, Ziad Hamoui, va dire tout sa satisfaction. Tout en saluant les efforts consentis par l’actuel gouvernement pour la fluidité du trafic au Bénin, et en lui réaffirmant son soutien, il a réitéré ses espérances de voir ces assises fructueuses. En tout cas, tout le mérite lui revient d’avoir mis sur pied cette initiative. Aux dires du 1er vice-président de la Chambre de commerce et d’industrie du Bénin, (Ccib),Souley Yacoubou, représentant le président de laCcib, Jean-Baptiste Satchivi, le rôle de l’Alliance Borderless n’est plus à démontrer. «Si elle n’existait pas, il fallait la créer», a-t-il estimé. Pour lui,cette conférence permettra aux différents Etats de réfléchir sur les goulots d’étranglementliés aux échanges intercommunautaires afin d’y apporter des solutions. Abondant dans le même sens, le ministre béninois en charge du Commerce, Lazare Séhouéto, va laisser entendre que l’Alliance Borderless a une vision qui s’accorde avec celle du gouvernement.Par la suite, il va insister sur l’importance des frontières. «Nos frontières nous font-elles plus de bien ou de mal?», va-t-il demander. Pour le ministre, il faut certes, accompagner les populations dans leur intégration, mais en ôtant tous les cadres rigides qui n’accompagnent pas la fluidité. Entres autres cadres rigides, Lazare Séhouéto, va déclarer que les Etats ont beau construit des infrastructures, l’épineuse question de la monnaie reste un obstacle. Voilà qui relance de plus bel les débats.

aCotonou

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE