Baisse du Naïra et conséquences sur l’économie béninoise : Jean-Baptiste Satchivi échange...

Baisse du Naïra et conséquences sur l’économie béninoise : Jean-Baptiste Satchivi échange avec les responsables de banques

0
PARTAGER

Les réformes économiques mises en œuvre par le Nigéria et la baisse du Naïra mettent en mal les activités des opérateurs économiques béninois qui font désormais face à de nombreuses difficultés. Pour pallier la situation, le président de la Chambre de commerce et d’industrie du Bénin, Jean-Baptiste Satchivi, a initié une rencontre sectorielle d’échanges et de réflexions avec les opérateurs bancaires présents sur le marché béninois. C’était hier mardi 11 août 2016, au siège de la Ccib.

L’objectif de cette rencontre est de faire une analyse de la situation économique, d’apprécier les conséquences réelles de la conjoncture sur l’activité économique et sur la vie des entreprises béninoises. Ceci dans l’optique de dégager des solutions pratiques pour accompagner les banques et leurs clients opérateurs économiques, à juguler efficacement cette période de crise et de récession. C’était l’occasion pour les responsables des différentes banques et/ou leurs représentants d’exprimer des problématiques. Entre autres, la baisse considérable du chiffre d’affaires de nombreux opérateurs économiques et donc de leur volume d’affaires ; l’augmentation de la dette des entreprises béninoises avec de grandes difficultés de recouvrement par les banques ; les difficultés d’investissement dans les secteurs des commodities qui représentaient des secteurs viables dans un passé récent. A l’issue de la rencontre, des recommandations ont été faites. Il s’agit, d’un document de recommandations afin que la Ccib porte efficacement un plaidoyer pour appuyer et orienter le gouvernement dans ses décisions de réformes économiques. L’institution consulaire devra aussi organiser, avec les opérateurs du secteur bancaire, des séances d’informations et de sensibilisation pour aider les opérateurs économiques à comprendre véritablement les aléas de la conjoncture actuelle, les solutions ou opportunités accessibles auprès des banques, puis les efforts structurels et de gestion qui sont attendus de tous les acteurs à divers niveaux. Rappelons que ces recommandations doivent porter sur des solutions au niveau macro comme micro de l’économie, à court et à moyen terme.

C.K


Matin Libre

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE