Abdoulaye Bio Tchané au sujet de l’emprunt obligataire: «Nous sommes certains que...

Abdoulaye Bio Tchané au sujet de l’emprunt obligataire: «Nous sommes certains que notre dette publique est encore soutenable»

0
PARTAGER

Le Bénin vient de souscrire à un emprunt obligataire pour faire face à des besoins urgents relatifs à la gouvernance du pays. Il pourrait encore solliciter avant la fin de l’année, d’autres emprunts en lien avec les urgences qu’impose la situation financière actuelle du pays. Mais ce n’est pas pour autant que le pays sera accablé. Face à la presse lundi 4 juillet, le ministre d’Etat en charge du développement a rassuré.

Pour une sollicitation de 150 milliards de francs Cfa auprès des acteurs du marché financier, le Bénin a récolté au terme de l’emprunt obligataire lancé dernièrement par le gouvernement, un montant de 202 milliards. Soit 52 milliards de plus et donc un surplus du tiers du montant sollicité, a déclaré au cours d’une conférence de presse à son cabinet, lundi 4 juillet, Abdoulaye Bio Tchané, ministre d’Etat chargé du Plan et du Développement. Les souscripteurs sont pour l’essentiel, selon ses explications, des institutions, des entreprises et des épargnants béninois. Ce qui témoigne, approuve le ministre d’Etat, d’un retour de confiance en l’économie béninoise. Les ressources, précise-t-il, seront utilisées pour apurer les arriérés dus aux Petites et moyennes entreprises (Pme). Une partie ira également soutenir la dette publique intérieure, puis celle extérieure. Des investissements seront aussi faits avec cette mobilisation pour dynamiser le secteur privé, annonce Abdoulaye Bio Tchané.

Le gouvernement ne s’arrêtera pas en si bon chemin. «Nous allons émettre d’autres emprunts dans les mois à venir, en toute responsabilité», indique le ministre d’Etat. Ces sollicitations supplémentaires permettront, en fonction du contenu du programme d’investissement du régime en place, d’investir dans les secteurs privé et public. Le gouvernement entrevoit aussi des emprunts dédiés, et avance avec assurance, au regard de l’espoir engendré par son premier emprunt obligataire dont le franc succès fait objet de satisfaction de la part du ministre d’Etat en charge du Développement. Dans tous les cas, priorité sera donnée à l’apurement des engagements de l’Etat envers les privés. « Nous allons payer tous les arriérés avérés», certifie Abdoulaye Bio Tchané qui insiste sur la vérification dont fera l’objet chacune des dettes actuelles de l’Etat dont certaines dateraient même de 2013. Quel que soit le cas le Bénin est en mesure de soutenir sa dette», apaise-t-il pour finir. Pour preuve, pour s’en tenir à ses prévisions le gouvernement, selon ses dires, n’a ponctionné que les 150 milliards qu’il a sollicités bien qu’il y en a eu 52 de plus.

«Il n’a jamais été question de taxer le Kpayo»

L’essence de contrebande communément appelée Kpayo s’est invitée dans les échanges que le ministre d’Etat Abdoulaye Bio Tchané a eus avec les médias à son cabinet, lundi 4 juillet. Sans ambages, il a laissé entendre qu’«il n’a jamais été question de taxer le Kpayo». Beaucoup d’explications ont été déjà données à ce propos, observe le ministre. N’empêche, il s’est livré à des précisions supplémentaires. Lesquelles révèlent que le gouvernement n’a jamais été dans une telle logique. L’option de l’exécutif, c’est de réduire la fiscalité sur les produits à la pompe afin de permettre aux citoyens, en raison de la faible différence entre l’essence vendue dans la rue et celle livrée dans les stations-services, de préférer ce dernier. «Il n’est pas question de mettre des impôts sur le Kpayo», réfute le ministre qui indique que des discussions sont aussi en cours avec le secteur privé afin qu’il vienne en appui pour juguler l’indisponibilité des stations-services dans plusieurs localités du pays. JFM

Josué F. MEHOUENOU

aCotonou

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE