Vedette à la loupe : Richard Flash, une légende du Zouk-love !

Vedette à la loupe : Richard Flash, une légende du Zouk-love !

0
PARTAGER

Voix suave, élégance digne d’un mannequin, les dons et talents naturels de Richard Flash, l’ancien animateur de la ‘’Radio Star’’, sorti des entrailles d’un père « pêcheur » et d’une mère commerçante, sont d’une densité indéniable. De son vrai nom Richard Cakpo, il est devenu célèbre après son entrée dans le showbiz, à travers lequel il réussit à se hisser dans le rang des meilleurs zouk-lover de l’Afrique et du monde, quatorze années après. Partagé entre l’Afrique et l’Europe, le digne fils originaire de « Gbéhoué-houéda », réussit une brillante carrière grâce à quatre (04) opus qui le font planer sans doute, dans les grandes discothèques, boîtes de nuits et podiums d’ici et d’ailleurs.
Plein feu sur la vie d’un séducteur aux talents naturels, accrocs des mélodies qui véhiculent les messages codés des sentiments et de l’amour.

De la passion à une destinée bien comblée

Contrairement à ce qu’on pense de lui, Richard Flash n’est pas parti d’une carrière d’animateur radio, pour atterrir dans le showbiz. Plutôt, il nourrissait ce rêve, celui de faire la musique, depuis bien longtemps, avant son passage à la radio. Alors qu’il était encore très jeune, il s’est révélé au public par son talent de vocaliste hors pairs qui lui permet très tôt, d’intégrer « Master Stars », un groupe musical où évoluaient aussi, Zeynab et Don Métok. Avec ce groupe, il assure avec succès des prestations live lors des journées culturelles du Collège de l’Espoir, et participe plusieurs fois à des concours inter-collèges. Très déterminé, il intègre la chorale de l’église catholique de Zogbo. De nouvelles expériences seront acquises, et Richard se forge à travers des interprétations des chansons des vedettes dont Koffi Olomidé, Aurlius Mambélé, etc.

Chemin faisant, il se découvre un autre talent, celui de l’animation. C’était en 1997. Ce métier, il l’exerce pendant quatre années dans une radiodiffusion très connue de la place (Radio Star), et se fait très tôt, un nom. Mais bien avant, il a été Disque Joker (Dj) dans une boîte de nuit de Cotonou.Très adulé par son talent artistique, il décide de revenir à ses premières amours, et se révèle au monde, avec son entrée dans le showbiz. (Lors de notre entretien, l’artiste confie vouloir faire encore de la radio, mais de préférence, dans une nouvelle radio qui serait sa propriété privée).

14 ans : 04 albums et plusieurs singles…

D’une manière impressionnante, la Star béninoise du zouk-love a surpris et emballé les mélomanes d’ici et d’ailleurs avec « Kissto », son tout premier livre sonore. C’était en 2002. Avec cet opus riche de sept (07) titres, il réalise une entrée fracassante dans le showbiz et ravit la vedette à plusieurs autres « zouk-lover » béninois déjà connus. Doté d’une inspiration naturelle et facile, Richard puise de sa cargaison des chansons,et met le turbo, deux (02) ans seulement après. « Zé-kèmi » (Pardonne-moi), son deuxième album composé de 11 titres sort alors en 2004.Plus que la première, l’œuvre fait le tour du monde et hisse l’artiste en peloton dans la sous-région. « Je veux », son 3è opus riche de 10 titres lancé en 2010, viendra confirmer sa place de prestige dans le rang des artistes du zouk-love de toute l’Afrique. Tout récemment en 2016, il sort son 4è album intitulé « Kpatagnon » (Tout est bon). Riche de huit (08) morceaux, l’œuvre est un véritable mélange entre le zouk qu’on connait de lui et d’autres sonorités qui ont fait révéler d’autres dimensions de la vedette. C’est justement ce qui a émerveillé les mélomanes et accros du zouk à travers plusieurs singles. Entre autres, « Trova » et « E-marché » qui tournent en boucle sur les chaînes de télévision d’Afrique, d’Europe et d’Amérique.

Le succès, déjà un acquis

Au regard de son savoir-faire et talent, la vedette a, en 14 ans, côtoyé de grandes Stars de la musique, soit à travers des featuring en studio, soit à l’occasion de géants spectacles. Entre autres, Harry Diboula, Jacky Rapon (avec qui il a travaillé sur son 1er album), Keysha, Magic System, Yèmi Aladé, etc. Déjà, la Star du Zouk-love a fait remplir lui seul, de grandes salles de spectacles en Allemagne, en France et dans d’autres pays d’Europe. A la veille de son tout dernier spectacle déroulé le 06 septembre 2015 à Chicago, les milliers de tickets d’entrée ont déjà été épuisés. Une semaine après à Montréal (Canada) en tant qu’artiste invité, il a fait déborder de monde un spectacle organisé par des équato-guinéens. Des indicateurs qui, sans doute, confirment que Richard Flash est lui aussi, une légende du zouk-love dans le monde entier, même s’il n’a pas encore atteint la notoriété des autres vieux de la routine tels que Jacky Rapon, Thierry Cham, Harry Diboula, Jocelyne Labylle. Cependant, de sources concordantes, Richard Flash reste le numéro 1 du zouk en Afrique, depuis le décès de Olivier N’Goma. Mais le guinéen Fodé Baro tente bien de rivaliser avec lui.

Richard Flash, le dense…

Très vivace sur scène, Richard est doté d’une finesse artistique qui ne dit pas son nom. Malgré que les mélomanes le classent dans la catégorie des « musiques soft », Richard Flash est une véritable bête de scènes. Il suffit de le vivre en live, pour se rendre compte de l’énergie de haute portée que dégage le protégé de Cédric Melky Pédro, son Manager.

En dehors de son rythme de prédilection qu’est le zouk, Richard Flash aborde depuis peu, d’autres styles et rythmes qui font de lui, un artiste averti, un véritable talent complet. Ce qui, sans doute, fait déjà élargir son fan club à travers beaucoup d’autres nations africaines, européennes et américaines. « Trova », son featuring avec l’autre icône de la musique béninoise, Kinzah, plante le décor. Sur son tout dernier opus intitulé « Kpatagnon », l’artiste chante de la world music, la salsa, et même « Agbadja », le principal rythme pratiqué dans son village d’origine. De quoi démontrer qu’il n’est pas limité dans ses créations qui, déjà, 14 ans après, connaissent déjà un succès éclatant.

En perspective

Une tournée nationale dans les douze départements du Bénin, et une autre dans plusieurs capitales de l’Afrique. C’est le cadeau auquel doivent s’attendre les semaines et mois à venir, les fans et mélomanes de Richard Flash. A l’en croire, ce sera pour permettre à ses milliers de fans qui n’ont jamais eu le privilège de le vivre sur scène, d’en avoir l’opportunité.Ceci, pour conquérir de nouveaux marchés.

Loth HOUSSOU

Matin Libre

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE