Sit-in au ministère du tourisme et de la culture : Ange N’koué...

Sit-in au ministère du tourisme et de la culture : Ange N’koué dégonfle les manifestants par le langage de vérité

0
PARTAGER

(Les réformes en droite ligne de concrétisation)
Les artistes étaient de nouveau aux portes du Ministère du tourisme et de la culture, hier mercredi 15 juin 2016. L’objectif est de crier leur ras le bol à l’autorité ministérielle au sujet des reformes en cours au dans le secteur culturel au Bénin.

Ils ont très tôt vu leur vigueur se heurter à la détermination du Ministre Ange N’koué. Les créateurs d’œuvres de l’esprit ont assiégé la cour du ministère comme ils l’ont prévu. De rouge vêtu, avec des branchages, bâtons, percussions et autres objets en main, ils ont, dans un vacarme inqualifiable, donné lecture de leur motion. « Nous constatons avec désolation que notre autorité préfère gérer nos problèmes par les réseaux sociaux », mentionne le représentant des artistes, Patrice Adandédjan pour ainsi indexer la gestion supposée opaque, univoque et unilatérale dont fait preuve le Ministre Ange N’koué. Et là, le langage de vérité a jailli de l’autorité ministérielle, contre toute attente, lorsqu’elle a offert l’opportunité à ces derniers d’accéder à son cabinet. Ange N’koué met à nu la gestion qui est faite du monde culturel avant son arrivée. « Je pense qu’il faut même supprimer les Idm si c’est nécessaire.  C’est bien de réclamer. Mais lorsqu’on est malhonnête dans la justification des factures et autres… si on doit poursuivre, c’est le tribunal direct. (Exhibant un gros dossier), j’ai ici en main un dossier dans lequel il a été enregistré des cas de faux et d’usage de faux. Et je parie que, parmi vous qui manifestez, si on va loin,  il y en a qui sont impliqués », fulmine le ministre Ange N’koué pour calmer la rébellion qui était venue à sa porte.  «…du reste je pense que ce ne sont pas des artistes qui ont glandé aujourd’hui dans la cour du ministère de la culture », dira le musicologue Marcel Padey joint via les réseaux sociaux pour se démarquer de la cohorte qui a envahi le ministère et indiquer par la même occasion l’indélicatesse qui prend de plus en plus d’ampleur.

Teddy GANDIGBE

Matin Libre

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE