Représentation du spectacle ‘’14, pas 11’’ : Les non-dits d’une vie de...

Représentation du spectacle ‘’14, pas 11’’ : Les non-dits d’une vie de couple, occasion de tant de drames

0
PARTAGER

(Une véritable  mise en garde aux jeunes couples)
Une  tragi-comédie  présentée en un acte,  avec en boucle, un couple sur scène le long de la trame. Battian et Henriette sont un jeune couple qui s’aime et ont formé ensemble un ménage. Ils ont partagé pendant de longs moments leur vie. Mais des secrets sont tapis dans l’ombre de cette vie de couple. Lesquels secrets ont constitué la moisissure qui rongera la morale de l’un et de l’autre et ouvrira la brèche des vices, du mépris et de l’assassinat.

Tout s’est déroulé dans un décor de ménage sous une lumière de nuit. Un canapé artisanal disposé en fond de scène et une petite table à boisson installé au côté cour  de la scène. Une chaise à l’entrée de deux contre-plaqués servant de chambre à coucher dans le côté jardin. Cette sobre scénographie transmet partiellement au spectateur le message de l’intrigue. Mais, ajouté aux jeux d’acteurs, la trame se révèle au grand complet. Le comédien Bienvenue Rolly Godjo dans la peau du personnage Battian développe entre deux dialogues le comique empreint du sadisme et de la mesquinerie. Puisqu’il en voulait à sa femme Henriette, qui n’était personne d’autre que la comédienne Nicole Wida, qu’il soupçonnait d’adultère avec Franck un personnage virtuel qui est ami sincère à Battian.Le soupçon a évolué à un stade où il a été substitué à des intentions volontaire d’accomplir le mal. Et à cet effet, Battian, par voie interposée n’a pas hésité à commanditer la mort de Franck et transformer sa femme en prestataire de spectacle dans le ménage. En ce moment, l’intrigue a navigué entre simulation d’amour et de haine à peine voilée.Cependant, Battian entretenait également une relation avec une amie à sa femme.

Le spectacle en lui-même est une dénonciation de toutes les scènes auxquelles l’on assiste lorsque de jeunes ménages se donnent le plaisir d’être philanthropes en accueillant à tout vent des amis dits sincères. A travers le décor installé, on peut comprendre que le metteur en scène à fait l’option de mettre en lumière la vie moyenne que mène le couple en scène. Et à cet égard, Donatien Sodégla, par le biais du texte de Marlène Douty, attire l’attention des uns et des autres sur les dispositions à prendre pour sauver ce qui est plus précieux dans un couple, l’amour. Il faut aussi remarquer que le personnage Battian est un estropié alcoolique.Ce qui lui ampute le droit de jouir de toute son élégance physique. C’est  probablement un choix du metteur en scène pour dire certainement aux hommes ‘’évitez surtout d’avoir des amis élégants et un peu nantis qui vous rendent visite à tout moment si vous, vous êtes un handicapé qui comble à peine les attentes de vos épouses’’. D’où le titre du spectacle « 14, pas 11 ». Parce qu’au détour d’un verre Battian et Henriette se disent des vérités. L’alcool étant la troisième conscience qui révèle tout dans une vérité absolue, le metteur en scène l’a utilisé comme un artifice pour bien sortir les effets poignants des différentes vérités. Henriette faisait comprendre à son mari que son pénis en érection n’atteint même pas, ou plutôt fait,  11 centimètres et au mari de crier en vain c’est 14 centimètres pas 11. « Sinon pourquoi depuis tu n’es pas partie, et tu jouis toujours à chaque fois ». Et à Henriette de répliquer dans un rire moqueur « pour ne pas te vexer ».Cette vérité et d’autres plus graves ont été dévoilées par Henriette sous l’effet de la colère. Puisqu’elle s’est rendue à l’évidence que c’est son cher mari qui a commandité la mort de son amant Franck.   Mais le pire est qu’elle a aussi  été confrontée à un choc lorsqu’elle fouillait le canapé. La découverte était une grande surprise pour elle lorsqu’elle voitdes photos de sa meilleure amie accompagnées des lettres cachées par son mari.

Ce spectacle présenté dans le cadre de l’initiative théâtrale ‘’Tache d’H8le’’ est encore en  création donc subit encore des touches. Ce qui explique son caractère inaccompli au plan technique notamment au niveau de la lumière et des jeux d’acteurs sur scène.

Teddy GANDIGBE


Matin Libre

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE