Profil d’artiste : Makef, l’autre talent atypique des arts visuels au Bénin

Profil d’artiste : Makef, l’autre talent atypique des arts visuels au Bénin

0
PARTAGER

L’univers de la peinture, de la sculpture, et de la photographie l’a révélé au public béninois sous plusieurs angles. Fulbert EnagnonMakoutodé que le couvent des arts visuels béninois connait sous le pseudonyme de Makef a entamé les marches de son arts il y a bientôt une trentaine d’année. Aujourd’hui, ses œuvres l’indiquent mieux que tout. La qualité et la technicité appliquées à travers les productions identifient l’artiste dont les matières de prédilection sont : le bois, la toile, le papier, et bien d’autres supports capables de recevoir les couleurs et les pigments.Au moyen de ses outils, l’artiste s’exprime sur le paysage, l’amour, la condition humaine et autres thématiques inhérentes à l’existence. Le sérieux qu’il accorde à son art l’amène actuellement à dire avec une fierté presque enviable que l’art nourrit bien son homme. « C’est mon art qui me permet de nourrir ma petite famille, je veux dire mes deux filles et ma seule femme. Je paie l’électricité, le loyer et la scolarité de mes enfants grâce à mon travail d’artiste. Je ne fais que cela », martèle le peintre pour qui, l’engagement sérieux, reste le maître mot de tout succès sans faille. Actuellement, son abnégation le conduit à travailler sur une centaine de papiers qui, selon ses dires, feront l’objet d’une œuvre complète qui sera installée au cours d’un vernissage. « Un artiste, c’est un éveilleur de conscience. Si on ne peut pas te suivre comme exemple dans ce que tu fais alors ça ne vaut pas la peine. Ça fait qu’il y a des choses que je ne fais pas », mentionne l’artiste pour marquer sa conviction.

A son compteur…

Plusieurs trophées tutoient déjà son talent. L’un des plus récents est celui décroché lors d’un challenge d’atelier de résidence organisé par une Ong de la place où l’artiste a été classé deuxième au milieu de Charly d’Almeida et Donatien Alihonou. Dans les années 1994, à l’ère du renouveau démocratique, selon les confidences du peintre sculpteur, quelques compétitions ont fait de lui la révélation de l’année. Ainsi son imagination fertile a été également récompensée par d’autres prix d’encouragement. « Je suis un artiste de récupération et je fais la sculpture à ma manière », a laissé entendre l’artiste pour indexer sa particularité.

La polyvalence

En dehors de la peinture et de la sculpture, l’artiste s’adonne également au métier de prise d’image, la photographie. Et pour avoir récupéré et travaillé des photographies de ses parents, qui aujourd’hui ne vivent plus, l’artiste a réussi à décrocher un sésame qui était le premier prix d’un concours organisé par le ministère de la culture en collaboration avec une promotrice culturelle d’origine italienne.Même si le créateur estime n’être véritablement connu de son public que parla peinture et la sculpture, son talent n’est quand même plus à démontrer dans le paysage artistique béninois.

Une aventure sans grande difficulté

« Mon père avait voulu que je devienne architecte, mais ma passion et mon destin ont été contre son désir. A l’époque je lui faisais comprendre que je voudrais aller à une école où je vais pouvoir un jour le dessiner lui-même. Quant à ma mère, elle m’a supporté », souligne l’artiste pour faire savoir que le début de l’exercice de sa passion a été tout sauf une entreprise de croisade avec les parents. Sans grande contrainte, l’artiste a réussi à éclore le germe qui est en lui. « Un jour quand j’ai réussi à décrocher le prix d’un concours auquel j’ai participé et où ledit prix m’a été remis en liquidité, mon père a cru en moi depuis ce temps », témoigne le peintre pour indiquer la manière par laquelle il a bénéficié de l’adhésion de ses parents. « C’est vrai que ce qu’ils craignaient était arrivé. La passion a pris le pas sur les études. Je n’ai jamais eu le Bepc mais je me suis arrêté en terminale et je n’ai pas honte de le dire. Au contraire ce niveau me permet de bien me défendre aujourd’hui », martèle le créateur d’œuvre de l’esprit.

Et plusieurs galeries promeuvent ses œuvres.La galerie ‘’le louvre’’, la galerie ‘’Doss’Art’’, la galerie de l’espace artisttik africa ont des œuvres de l’artiste. Mais en dehors du Bénin le peintre fait la fierté sous d’autres cieux. Des galeries de Dakar au Sénégal, de Ouaga au Burkina Faso, de la France, des Etats Unis et autres brillent à l’installation des œuvres de Makef.

Teddy GANDIGBE

Matin Libre

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE