Pour un Bénin culturellement développé:Lettre de cadrage au futur président de la...

Pour un Bénin culturellement développé:Lettre de cadrage au futur président de la République

0
PARTAGER

Le président de l’Association des écrivains et critiques littéraires du Bénin (Asecl) tient à la promotion de la culture béninoise. Dans cette lettre de cadrage, Henri Dagbédji Hessou donne des orientations au futur président de la République pour un Bénin culturellement développé.

La culture n’est pas statistique ; elle est dynamique et dynamisante.
Il me reste à l’esprit que du 27 au 29 décembre 2007, le Ministre chargé de la Culture a organisé au palais des Congrès de Cotonou le premier Forum National sur la Culture dans la perspective occurrente de démarrer des réflexions intellectuelles pratiques en faveur de la promotion du développement culturel national.
Des actes de ce forum sur la Culture, des réflexions ont été menées sur les réponses nécessaires à apporter aux questions que voici :
- comment libérer la culture nationale de toutes les entraves qui freinent l’épanouissement de l’homme béninois ?
- comment élever le niveau de la création et de la production artistique et culturelle au Bénin ?
- comment développer la capacité de la culture à accroître la production de la plus-value nationale en vue d’un développement durable du Bénin ?
Le forum qui a réuni cent cinquante participants composés des professionnels de la culture, de hauts cadres scientifiques, de religieux ainsi que des têtes couronnées, poursuivait comme objectif d’approfondir la réflexion intellectuelle sur la culture nationale à travers ses sous-secteurs que sont le patrimoine culturel, la promotion artistique et culturelle, les industries culturelles, les langues, l’alphabétisation et l’éducation des adultes.
Compte tenu de l’importance des résultats de ce forum, il est recommandé au futur Président de la République de Bénin qui prêtera son serment devant Dieu et les mânes des ancêtres le 06 avril 2016 de tout mettre en œuvre pour intégrer à son projet de société les six points que voici :
1. promouvoir les arts et la culture au Bénin ;
2. mettre en place un programme de soutien aux industries culturelles ;
3. sauvegarder et valoriser le patrimoine culturel ;
4. rendre le livre accessible à tous ;
5. éliminer l’analphabétisme en vue de favoriser l’enracinement de la démocratie à travers la valorisation des langues nationales en tant que véhicules du savoir ;
6. promouvoir les arts et les industries de l’image.
Prenant appui sur les principales recommandations du Forum
National sur la Culture, l’Association des Ecrivains et Critiques Littéraires (Asecl) et la Fédération des associations d’écrivains et d’éditeurs Professionnels du Bénin (Faseeb) invitent le futur Président de la République du Bénin à prendre ou faire prendre dès avril 2016 les dispositions idoines en vue de :
- l’introduction de l’enseignement des disciplines artistiques dans les différents ordres d’enseignement conformément aux conclusions de la Conférence nationale des forces vives ;
- la création du conservatoire national d’art dramatique, du conservatoire des danses nationales et de la chorégraphie, de l’Ecole nationale des arts plastiques, du conservatoire national de musique, de l’ensemble national de théâtre, du ballet national, de l’ensemble national musique, du musée national d’arts plastiques, de l’école de la cinématographie et de l’audiovisuel, de centres culturels départementaux, de la Maison des Artistes et des Ecrivains, de l’Académie des langues nationales, de l’Ecole Nationale de Documentation, du Musée d’histoire nationale et traditionnelle, du Musée des arts vestimentaires et du textile, de Jardins botaniques dans toutes les Communes, des espaces communaux d’expression artistique et culturelle (Eceac), des Maisons de la Culture, du Centre national des jeux locaux, du Musée de la Discographie nationale, du Musée National du Timbre-poste ou de la philatélie, créer et parrainer le Festival des cultures du monde (Fescumonde) pour que le Bénin soit le cœur du Monde et au cœur de la planète terre pendant une semaine ;
- la construction effective du Théâtre national d’une capacité de cinq mille places ;
- l’institution de la biennale des arts plastiques couplée avec le Festival national des arts vivants ;
- le démarrage du Concours national des monuments urbains ;
- l’instauration de façon systématique et obligatoire de la décoration des bâtiments de l’Administration publique.
Sur le plan spécifique et relativement aux patrimoines culturels nationaux, qu’il plaise à votre autorité de procéder méthodiquement à :
- la création d’une liste nationale du patrimoine ;
- la prise d’une loi sur le mécénat d’entreprise ;
- la tenue d’une table ronde sur la question de la route de l’esclave ;
- la tenue d’une table ronde sur le retour des biens culturels illicitement exportés ;
- la mise en place d’un dispositif sécuritaire contre le trafic illicite des biens culturels aux frontières de notre pays ;
- l’adoption d’un statut réglementaire des musées, monuments et sites.
La place des monuments dans l’aménagement des grandes cités hier comme aujourd’hui, l’importance de l’art, des artistes et des artisans dans la vie religieuse et la nécessité de valoriser les produits des artistes béninois commandent l’urgence de faire retrouver et remettre à leur place initiale les statues d’inscription religieuse déboulonnées dans la ville de Cotonou et contribuaient à donner du charme aux espaces les abritant. La même démarche positive irait en faveur de la journée du 10 janvier qu’au nom de la laïcité de l’Etat le futur Président de la République doit célébrer par sa présence physique aux cérémonies nationales officielles qu’organiseront les différents corps des religions endogènes, en l’occurrence le vodoun.

Quant au statut de l’artiste et à la convention collective du travailleur culturel au Bénin, il faudra organiser dès le premier semestre de l’année 2016 une table ronde sur la validationdustatut de l’Artiste et de la convention collective du travailleur culturel au Benin.
Un projet de loi doit être initié par cette table pour reconnaitre le statut salarié à l’artiste (musicien, écrivain, dramaturge, comédien, cinéaste, plasticien, etc.).
Il faut que les bonnes mesures soient prises aux bons moments dans le cadre de la promotion des identités culturelles béninoises et africaines : lanouvelle corde doit être tissée sur l’ancienne. Tout en instaurant le français fondamental dans les villages, en créant un musée par village et des centres d’alphabétisation en langues nationalespar village, en instaurant le village des artistes paysans dans les Communes du pays, en renforçant l’unité nationale par la culture dynamique et dynamisante, il n’est pas superflu de porter la tenue traditionnelle pour prendre part aux travaux du Conseil des Ministres , d’instruire nos diplomates à adapter leurs tenues vestimentaires aux réalités béninoises ou africaines lorsqu’ils doivent présider des audiences. L’on doit aussi et surtout encourager Miss Bénin à circuler en ville en tenue traditionnelle de son choix notamment pour les voyages à l’extérieur du territoire national.
- On devra assurer la poursuite et le renforcement de l’aide de l’Etat béninois à la promotion de la culture béninoise et aux industries culturelles.
Dans le domaine des lettres, du livre et de la lecture, il faudra inéluctablement asseoir les bases et mettre en œuvre une politique du livre et de la lecture en milieu scolaire comme en milieu néo-alphabète ;renforcer les stratégies de soutien aux écrivains et aux éditeurs professionnels ;augmenter le Prix littéraire du Président de la République (5 millions par exemple ) ; favoriser la prise de mesures visant à honorer la mémoire des écrivains et artistes disparus en vue de consolider la culture de la référence et du modèle (baptême de rue, érections de statues ) ; démultiplier les maisons de culture en y créant des espaces de lecture et de débats sur le livre ; exonérer la production littéraire et artistique de taxes par l’adoption de la Convention de Florence ; utiliser les genres littéraires endogènes par la pratique des supports linguistiques locaux ; encourager les écrivains à traiter les sujets qui collent aux préoccupations du lectorat ; encourager les expériences de foire du livre au Benin.
• La filière du droit d’auteur et des droits voisins doit connaitre les perspectives suivantes :
- prise de mesures visant à obliger les utilisateurs des œuvres à des fins commerciales à se munir d’une autorisation conformément à la réglementation en vigueur ;
- mise en œuvre des mesures visant à combattre la contrefaçon des œuvres de l’esprit ;
- formation de l’artiste et autre intervenant dans les industries culturelles à la connaissance de leurs droits et devoirs.
Un accent aigu doit être mis sur le cinéma et l’audio-visuel à travers notamment :
- la poursuite et l’intensification du programme de formation des jeunes cinéastes ;
- la mise en place à l’université d’un programme de formation audio-visuelle ;
- l’inscription au budget national d’un fonds de production cinématographique d’une dotation initiale de cinquante milliards ;
- la mise en œuvre de mesures favorables au partenariat avec les opérateurs économiques et les banques commerciales ;
- la nécessité de la remise en état de toutes les salles de cinéma du Bénin ;
- la prise de mesures favorables à l’émergence de réseaux de distribution nationaux et sous-régionaux.
Un meilleur développement de l’action culturelle passe par la mise en œuvre de moyens financiers techniques et matériels. On devrait pour une réelle efficacité et une certaine efficience procéder en aval au Fonds d’Aide à la Culture,
à la création d’une Caisse autonome d’investissement des activités culturelles (Caiac) dont l’Etat ne détiendrait que 51% des parts et les 49 parts sur 100 seront ouvertes aux opérateurs privés.
Le futur Président de la République du Bénin (2016-2021) doit nommer des conseillers culturels dans les représentations diplomatiques béninoises et veiller à la création et à l’institutionnalisation d’un Haut-commissariat des Arts et de la culture.
En dernier ressort et sur le plan des objectifs et finalités de son projet de société, le futur Président du Bénin doit considérer l’importance de la dimension culturelle du développement le rôle prépondérant de la diversité culturelle dans le dialogue des cultures et le développement des peuples et les dispositions pertinentes de la Loi n°91-006 du 25 Février 1991 portant Charte culturelle en République du Bénin.
Comme vous le savez (ou vous le saurez),cher présidentiable, notre pays ne peut être sauvé que par la culture dans la juste mesure où l’homme de culture du Continent africain doit redresser calmement les déformations et remettre la vérité à sa place puisque le grand André Malraux reconnaissait déjà que notre problème n’est nullement dans l’opposition des cultures nationales mais dans l’esprit particulier que nos cultures nationales peuvent donner à la culture mondiale.
Ainsi se présente notre lettre de cadrage adressée au futur numéro un béninois, un quart de siècle après la réunion des états généraux de la culture pour cinq quinquennats présidentiels et surtout en attendant de nouveaux états généraux de la culture dans la perspective d’une réelle révision de la Constitution de notre pays programmée pour ce nouveau quinquennat en gestation.

Bonne chance culturelle à notre nouveau
Président de la
République du Bénin.

Henri Dagbédji Hessou
Président de
l’Association des
écrivains et
critiques littéraires du Bénin (Asecl)

Actu Bénin

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE