Pleins Feux Sur Hamid Onifade, Le Jeune Mannequin Qui Monte

Pleins Feux Sur Hamid Onifade, Le Jeune Mannequin Qui Monte

0
PARTAGER

Il est beau, grand, jeune et défile pour des créateurs de renom. Son nom: Hamid Onifade. Il a trouvé un petit moment entre deux séances de shooting pour nous parler de lui, de sa vie et de son métier.

Avantgardizm : Salut Hamid, j’espère que tu vas bien. Alors, raconte-nous un peu, qui es-tu et qu’est-ce que tu fais dans la vie ?
Hamid Onifade : Je m’appelle Hamid Onifade comme vous le savez. Je suis né en France mais j’ai passé la majorité de mon enfance à Cotonou, au Bénin. Je suis venu aux States il y a 7 ans, et en ce moment j’étudie en génie informatique à New York. Je fais également du mannequinat.

A: Par rapport au mannequinat, on t’a souvent entendu dire que cela t’était un peu tombé dessus de manière inattendue. Peux-tu nous dire comment tout cela a commencé ?
H.O: En réalité, on m’avait toujours dit que j’avais la taille pour faire du mannequinat, mais je n’y ai vraiment jamais prêté attention. C’est un ami que j’ai rencontré lors d’un cours à l’université qui était vraiment intéressé par ça qui m’a proposé de l’accompagner pour se faire signer dans une agence. Comme je n’avais rien de prévu, je me suis dit « pourquoi pas ». Ce jour-là nous sommes tous deux allés à l’agence RED et ils étaient prêts à nous signer. Et ce fut le début de ma carrière de mannequin ahah.

A: Comment s’est déroulé ton tout premier casting ?
H.O: Mon premier casting fut pour la marque Reebok. J’étais vraiment super excité mais un peu nerveux en même temps. Je m’imaginais déjà sur les panneaux publicitaires ! (spoiler alert: j’ai pas eu le job). Parce que j’étais nouveau dans tout ça, je ne voulais vraiment pas paraître nerveux. Je me suis donc mis à sourire un peu plus, en faisait tourner mon classeur sur un doigt, avec plein d’assurance. Une fois plus détendu, j’ai commencé à parler un peu plus aux gens qui prenaient nos noms. La plupart des personne dans l’industrie sont vraiment chill, ça aide beaucoup ! Même si je n’ai pas eu le job, ce fut un bon début pour moi.

AAEAAQAAAAAAAARbAAAAJDg0ZjczNGQ3LWU4ZGQtNDZiNy05OTBhLTE2ZjhhYTBhMGY0Ng
Pleins Feux Sur Hamid Onifade, Le Jeune Mannequin Qui Monte
Georgio et Dezef
avril 28, 2016
Mode

Il est beau, grand, jeune et défile pour des créateurs de renom. Son nom: Hamid Onifade. Il a trouvé un petit moment entre deux séances de shooting pour nous parler de lui, de sa vie et de son métier.

Avantgardizm : Salut Hamid, j’espère que tu vas bien. Alors, raconte-nous un peu, qui es-tu et qu’est-ce que tu fais dans la vie ?
Hamid Onifade : Je m’appelle Hamid Onifade comme vous le savez. Je suis né en France mais j’ai passé la majorité de mon enfance à Cotonou, au Bénin. Je suis venu aux States il y a 7 ans, et en ce moment j’étudie en génie informatique à New York. Je fais également du mannequinat.

A: Par rapport au mannequinat, on t’a souvent entendu dire que cela t’était un peu tombé dessus de manière inattendue. Peux-tu nous dire comment tout cela a commencé ?
H.O: En réalité, on m’avait toujours dit que j’avais la taille pour faire du mannequinat, mais je n’y ai vraiment jamais prêté attention. C’est un ami que j’ai rencontré lors d’un cours à l’université qui était vraiment intéressé par ça qui m’a proposé de l’accompagner pour se faire signer dans une agence. Comme je n’avais rien de prévu, je me suis dit « pourquoi pas ». Ce jour-là nous sommes tous deux allés à l’agence RED et ils étaient prêts à nous signer. Et ce fut le début de ma carrière de mannequin ahah.

A: Comment s’est déroulé ton tout premier casting ?
H.O: Mon premier casting fut pour la marque Reebok. J’étais vraiment super excité mais un peu nerveux en même temps. Je m’imaginais déjà sur les panneaux publicitaires ! (spoiler alert: j’ai pas eu le job). Parce que j’étais nouveau dans tout ça, je ne voulais vraiment pas paraître nerveux. Je me suis donc mis à sourire un peu plus, en faisait tourner mon classeur sur un doigt, avec plein d’assurance. Une fois plus détendu, j’ai commencé à parler un peu plus aux gens qui prenaient nos noms. La plupart des personne dans l’industrie sont vraiment chill, ça aide beaucoup ! Même si je n’ai pas eu le job, ce fut un bon début pour moi.

A: Est-ce que ta famille et tes proches t’ont encouragé ?
H.O: Mes proches étaient super excités ! Bien sûr, il y avait certaines blagues ignorantes de temps en temps, mais j’ai vraiment reçu de bonnes vibes venant de tous les côtés, et aussi beaucoup de conseils.

A: En tant que mannequin tu voyages beaucoup, quelles sont les villes que tu as préférées ?
H.O: Pour l’instant, il y a Playa de Carmen au Mexique à cause bien sûr des plages, le bon temps et la nourriture authentique. C’est un peu triste au final parce que j’arrive même plus à manger du mexicain au States maintenant, parce que tout a l’air dégueu.

J’ai aussi adoré Stockholm parce que je m’attendais à rencontrer des personnes vraiment renfermées, j’ai donc été surpris de rencontrer des gens pour la plupart vraiment sympas. Ils parlaient tous anglais donc il n’y avait pas de barrière par rapport à la langue, et les filles là-bas kiffent les ricains donc un gros bonus pour moi XD

AAEAAQAAAAAAAARbAAAAJDg0ZjczNGQ3LWU4ZGQtNDZiNy05OTBhLTE2ZjhhYTBhMGY0Ng
Pleins Feux Sur Hamid Onifade, Le Jeune Mannequin Qui Monte
Georgio et Dezef
avril 28, 2016
Mode

Il est beau, grand, jeune et défile pour des créateurs de renom. Son nom: Hamid Onifade. Il a trouvé un petit moment entre deux séances de shooting pour nous parler de lui, de sa vie et de son métier.

Avantgardizm : Salut Hamid, j’espère que tu vas bien. Alors, raconte-nous un peu, qui es-tu et qu’est-ce que tu fais dans la vie ?
Hamid Onifade : Je m’appelle Hamid Onifade comme vous le savez. Je suis né en France mais j’ai passé la majorité de mon enfance à Cotonou, au Bénin. Je suis venu aux States il y a 7 ans, et en ce moment j’étudie en génie informatique à New York. Je fais également du mannequinat.

A: Par rapport au mannequinat, on t’a souvent entendu dire que cela t’était un peu tombé dessus de manière inattendue. Peux-tu nous dire comment tout cela a commencé ?
H.O: En réalité, on m’avait toujours dit que j’avais la taille pour faire du mannequinat, mais je n’y ai vraiment jamais prêté attention. C’est un ami que j’ai rencontré lors d’un cours à l’université qui était vraiment intéressé par ça qui m’a proposé de l’accompagner pour se faire signer dans une agence. Comme je n’avais rien de prévu, je me suis dit « pourquoi pas ». Ce jour-là nous sommes tous deux allés à l’agence RED et ils étaient prêts à nous signer. Et ce fut le début de ma carrière de mannequin ahah.

A: Comment s’est déroulé ton tout premier casting ?
H.O: Mon premier casting fut pour la marque Reebok. J’étais vraiment super excité mais un peu nerveux en même temps. Je m’imaginais déjà sur les panneaux publicitaires ! (spoiler alert: j’ai pas eu le job). Parce que j’étais nouveau dans tout ça, je ne voulais vraiment pas paraître nerveux. Je me suis donc mis à sourire un peu plus, en faisait tourner mon classeur sur un doigt, avec plein d’assurance. Une fois plus détendu, j’ai commencé à parler un peu plus aux gens qui prenaient nos noms. La plupart des personne dans l’industrie sont vraiment chill, ça aide beaucoup ! Même si je n’ai pas eu le job, ce fut un bon début pour moi.

A: Est-ce que ta famille et tes proches t’ont encouragé ?
H.O: Mes proches étaient super excités ! Bien sûr, il y avait certaines blagues ignorantes de temps en temps, mais j’ai vraiment reçu de bonnes vibes venant de tous les côtés, et aussi beaucoup de conseils.

A: En tant que mannequin tu voyages beaucoup, quelles sont les villes que tu as préférées ?
H.O: Pour l’instant, il y a Playa de Carmen au Mexique à cause bien sûr des plages, le bon temps et la nourriture authentique. C’est un peu triste au final parce que j’arrive même plus à manger du mexicain au States maintenant, parce que tout a l’air dégueu.

J’ai aussi adoré Stockholm parce que je m’attendais à rencontrer des personnes vraiment renfermées, j’ai donc été surpris de rencontrer des gens pour la plupart vraiment sympas. Ils parlaient tous anglais donc il n’y avait pas de barrière par rapport à la langue, et les filles là-bas kiffent les ricains donc un gros bonus pour moi XD

A: Cela fait combien de temps que tu as commencé? À quoi ressemble ta journée type ?
H.O: J’ai commencé il y a près d’un an et demi. Ma journée type lorsque j’ai un job :

J’arrive au temps d’appel (j’ai environ toujours 15 mins de retard et en tant qu’Africain, je me félicite pour mon exploit XD)
6 h – 9 h. : Petit Déjeuner et l’équipe me donne une idée du thème/ vibe du shoot
Essayages
Test de photo et début du shoot
Déjeuner vers midi/13h
On continue le shoot jusqu’à 17h

Tous les photoshoots ne se déroulent pas exactement comme ça mais c’est vraiment pour donner une idée brève.

A: Que fais-tu pour rester en bonne condition physique ?
H.O: J’ai eu la chance d’être vraiment mince depuis mon enfance et ça m’aide beaucoup. Qui aurait cru que le fait de ressembler à un poteau m’aiderait autant ahah. Sinon je fais juste du cardio et c’est bien assez, surtout pour moi qui suis déjà mince. Je n’ai pas besoin de trop de muscles parce qu’ils ressortent déjà et ma forme me permet de pouvoir « fitter » dans la majorité des vêtements que j’essaie (pour les castings c’est un grand plus).

AAEAAQAAAAAAAARbAAAAJDg0ZjczNGQ3LWU4ZGQtNDZiNy05OTBhLTE2ZjhhYTBhMGY0Ng
Pleins Feux Sur Hamid Onifade, Le Jeune Mannequin Qui Monte
Georgio et Dezef
avril 28, 2016
Mode

Il est beau, grand, jeune et défile pour des créateurs de renom. Son nom: Hamid Onifade. Il a trouvé un petit moment entre deux séances de shooting pour nous parler de lui, de sa vie et de son métier.

Avantgardizm : Salut Hamid, j’espère que tu vas bien. Alors, raconte-nous un peu, qui es-tu et qu’est-ce que tu fais dans la vie ?
Hamid Onifade : Je m’appelle Hamid Onifade comme vous le savez. Je suis né en France mais j’ai passé la majorité de mon enfance à Cotonou, au Bénin. Je suis venu aux States il y a 7 ans, et en ce moment j’étudie en génie informatique à New York. Je fais également du mannequinat.

A: Par rapport au mannequinat, on t’a souvent entendu dire que cela t’était un peu tombé dessus de manière inattendue. Peux-tu nous dire comment tout cela a commencé ?
H.O: En réalité, on m’avait toujours dit que j’avais la taille pour faire du mannequinat, mais je n’y ai vraiment jamais prêté attention. C’est un ami que j’ai rencontré lors d’un cours à l’université qui était vraiment intéressé par ça qui m’a proposé de l’accompagner pour se faire signer dans une agence. Comme je n’avais rien de prévu, je me suis dit « pourquoi pas ». Ce jour-là nous sommes tous deux allés à l’agence RED et ils étaient prêts à nous signer. Et ce fut le début de ma carrière de mannequin ahah.

A: Comment s’est déroulé ton tout premier casting ?
H.O: Mon premier casting fut pour la marque Reebok. J’étais vraiment super excité mais un peu nerveux en même temps. Je m’imaginais déjà sur les panneaux publicitaires ! (spoiler alert: j’ai pas eu le job). Parce que j’étais nouveau dans tout ça, je ne voulais vraiment pas paraître nerveux. Je me suis donc mis à sourire un peu plus, en faisait tourner mon classeur sur un doigt, avec plein d’assurance. Une fois plus détendu, j’ai commencé à parler un peu plus aux gens qui prenaient nos noms. La plupart des personne dans l’industrie sont vraiment chill, ça aide beaucoup ! Même si je n’ai pas eu le job, ce fut un bon début pour moi.

A: Est-ce que ta famille et tes proches t’ont encouragé ?
H.O: Mes proches étaient super excités ! Bien sûr, il y avait certaines blagues ignorantes de temps en temps, mais j’ai vraiment reçu de bonnes vibes venant de tous les côtés, et aussi beaucoup de conseils.

A: En tant que mannequin tu voyages beaucoup, quelles sont les villes que tu as préférées ?
H.O: Pour l’instant, il y a Playa de Carmen au Mexique à cause bien sûr des plages, le bon temps et la nourriture authentique. C’est un peu triste au final parce que j’arrive même plus à manger du mexicain au States maintenant, parce que tout a l’air dégueu.

J’ai aussi adoré Stockholm parce que je m’attendais à rencontrer des personnes vraiment renfermées, j’ai donc été surpris de rencontrer des gens pour la plupart vraiment sympas. Ils parlaient tous anglais donc il n’y avait pas de barrière par rapport à la langue, et les filles là-bas kiffent les ricains donc un gros bonus pour moi XD

A: Cela fait combien de temps que tu as commencé? À quoi ressemble ta journée type ?
H.O: J’ai commencé il y a près d’un an et demi. Ma journée type lorsque j’ai un job :

J’arrive au temps d’appel (j’ai environ toujours 15 mins de retard et en tant qu’Africain, je me félicite pour mon exploit XD)
6 h – 9 h. : Petit Déjeuner et l’équipe me donne une idée du thème/ vibe du shoot
Essayages
Test de photo et début du shoot
Déjeuner vers midi/13h
On continue le shoot jusqu’à 17h

Tous les photoshoots ne se déroulent pas exactement comme ça mais c’est vraiment pour donner une idée brève.

A: Que fais-tu pour rester en bonne condition physique ?
H.O: J’ai eu la chance d’être vraiment mince depuis mon enfance et ça m’aide beaucoup. Qui aurait cru que le fait de ressembler à un poteau m’aiderait autant ahah. Sinon je fais juste du cardio et c’est bien assez, surtout pour moi qui suis déjà mince. Je n’ai pas besoin de trop de muscles parce qu’ils ressortent déjà et ma forme me permet de pouvoir « fitter » dans la majorité des vêtements que j’essaie (pour les castings c’est un grand plus).

Capture d’écran 2016-04-27 à 21.43.04

A: Quels sont les avantages et inconvénients de mener une vie de mannequin ?
H.O: Les avantages dépendent vraiment du genre de travail que tu fais. Pas que je prends avantage de tout ceci parce que en réalité y’a plein de choses qui ne m’intéressent pas ou que je ne cherche pas particulièrement : les entrées et place VIP gratuites en club par exemple. Certains se font même payer pour apparaître aux fêtes ! Aussi, la popularité et tout ce qui va avec. En ce qui me concerne, les avantages que je préfère sont les voyages, le fait de pouvoir rencontrer des personnes tout autour du monde et également le fait que c’est un des jobs les plus « stress free » qu’il peut y avoir.
En termes d’inconvénients, j’en connais beaucoup : les personnes qui essaient de rentrer en contact avec toi juste par intérêt, les “amis” qui ont un préjugé sur ce que tu fais… Il est quasi impossible de se faire prendre au sérieux par une fille. (« all male models are fuckbois » XD)! Aussi, il est dur d’équilibrer le mannequinat et ma vie estudiantine.

A: As-tu un souvenir d’une séance shooting mémorable ?
H.O: Oui, mais malheureusement je ne peux pas vraiment aller en détails. L’atmosphère dans laquelle je travaille est presque toujours cordiale et j’ai la chance de travailler avec des clients super sympas, ce qui me facilite la tâche et qui me permet de bouger et de m’exprimer sur les photos un peu plus librement.

A: Quelle est ta définition du style ? Comment décrirais-tu le tien ?
H.O: Ma définition de style est de pouvoir s’habiller d’une manière qui identifie chacun de manière unique. Mon style a évolué au fil des deux dernières années parce que j’essaie idéalement d’être le plus confortable possible tout en étant présentable. En ce moment, j’essaie de trouver un style qui me va parfaitement. Sinon je flotte entre le streetwear et le style semi preppy (deux styles qui sont vraiment opposés).

AAEAAQAAAAAAAARbAAAAJDg0ZjczNGQ3LWU4ZGQtNDZiNy05OTBhLTE2ZjhhYTBhMGY0Ng
Pleins Feux Sur Hamid Onifade, Le Jeune Mannequin Qui Monte
Georgio et Dezef
avril 28, 2016
Mode

Il est beau, grand, jeune et défile pour des créateurs de renom. Son nom: Hamid Onifade. Il a trouvé un petit moment entre deux séances de shooting pour nous parler de lui, de sa vie et de son métier.

Avantgardizm : Salut Hamid, j’espère que tu vas bien. Alors, raconte-nous un peu, qui es-tu et qu’est-ce que tu fais dans la vie ?
Hamid Onifade : Je m’appelle Hamid Onifade comme vous le savez. Je suis né en France mais j’ai passé la majorité de mon enfance à Cotonou, au Bénin. Je suis venu aux States il y a 7 ans, et en ce moment j’étudie en génie informatique à New York. Je fais également du mannequinat.

A: Par rapport au mannequinat, on t’a souvent entendu dire que cela t’était un peu tombé dessus de manière inattendue. Peux-tu nous dire comment tout cela a commencé ?
H.O: En réalité, on m’avait toujours dit que j’avais la taille pour faire du mannequinat, mais je n’y ai vraiment jamais prêté attention. C’est un ami que j’ai rencontré lors d’un cours à l’université qui était vraiment intéressé par ça qui m’a proposé de l’accompagner pour se faire signer dans une agence. Comme je n’avais rien de prévu, je me suis dit « pourquoi pas ». Ce jour-là nous sommes tous deux allés à l’agence RED et ils étaient prêts à nous signer. Et ce fut le début de ma carrière de mannequin ahah.

A: Comment s’est déroulé ton tout premier casting ?
H.O: Mon premier casting fut pour la marque Reebok. J’étais vraiment super excité mais un peu nerveux en même temps. Je m’imaginais déjà sur les panneaux publicitaires ! (spoiler alert: j’ai pas eu le job). Parce que j’étais nouveau dans tout ça, je ne voulais vraiment pas paraître nerveux. Je me suis donc mis à sourire un peu plus, en faisait tourner mon classeur sur un doigt, avec plein d’assurance. Une fois plus détendu, j’ai commencé à parler un peu plus aux gens qui prenaient nos noms. La plupart des personne dans l’industrie sont vraiment chill, ça aide beaucoup ! Même si je n’ai pas eu le job, ce fut un bon début pour moi.

A: Est-ce que ta famille et tes proches t’ont encouragé ?
H.O: Mes proches étaient super excités ! Bien sûr, il y avait certaines blagues ignorantes de temps en temps, mais j’ai vraiment reçu de bonnes vibes venant de tous les côtés, et aussi beaucoup de conseils.

A: En tant que mannequin tu voyages beaucoup, quelles sont les villes que tu as préférées ?
H.O: Pour l’instant, il y a Playa de Carmen au Mexique à cause bien sûr des plages, le bon temps et la nourriture authentique. C’est un peu triste au final parce que j’arrive même plus à manger du mexicain au States maintenant, parce que tout a l’air dégueu.

J’ai aussi adoré Stockholm parce que je m’attendais à rencontrer des personnes vraiment renfermées, j’ai donc été surpris de rencontrer des gens pour la plupart vraiment sympas. Ils parlaient tous anglais donc il n’y avait pas de barrière par rapport à la langue, et les filles là-bas kiffent les ricains donc un gros bonus pour moi XD

A: Cela fait combien de temps que tu as commencé? À quoi ressemble ta journée type ?
H.O: J’ai commencé il y a près d’un an et demi. Ma journée type lorsque j’ai un job :

J’arrive au temps d’appel (j’ai environ toujours 15 mins de retard et en tant qu’Africain, je me félicite pour mon exploit XD)
6 h – 9 h. : Petit Déjeuner et l’équipe me donne une idée du thème/ vibe du shoot
Essayages
Test de photo et début du shoot
Déjeuner vers midi/13h
On continue le shoot jusqu’à 17h

Tous les photoshoots ne se déroulent pas exactement comme ça mais c’est vraiment pour donner une idée brève.

A: Que fais-tu pour rester en bonne condition physique ?
H.O: J’ai eu la chance d’être vraiment mince depuis mon enfance et ça m’aide beaucoup. Qui aurait cru que le fait de ressembler à un poteau m’aiderait autant ahah. Sinon je fais juste du cardio et c’est bien assez, surtout pour moi qui suis déjà mince. Je n’ai pas besoin de trop de muscles parce qu’ils ressortent déjà et ma forme me permet de pouvoir « fitter » dans la majorité des vêtements que j’essaie (pour les castings c’est un grand plus).

Capture d’écran 2016-04-27 à 21.43.04

A: Quels sont les avantages et inconvénients de mener une vie de mannequin ?
H.O: Les avantages dépendent vraiment du genre de travail que tu fais. Pas que je prends avantage de tout ceci parce que en réalité y’a plein de choses qui ne m’intéressent pas ou que je ne cherche pas particulièrement : les entrées et place VIP gratuites en club par exemple. Certains se font même payer pour apparaître aux fêtes ! Aussi, la popularité et tout ce qui va avec. En ce qui me concerne, les avantages que je préfère sont les voyages, le fait de pouvoir rencontrer des personnes tout autour du monde et également le fait que c’est un des jobs les plus « stress free » qu’il peut y avoir.

En termes d’inconvénients, j’en connais beaucoup : les personnes qui essaient de rentrer en contact avec toi juste par intérêt, les “amis” qui ont un préjugé sur ce que tu fais… Il est quasi impossible de se faire prendre au sérieux par une fille. (« all male models are fuckbois » XD)! Aussi, il est dur d’équilibrer le mannequinat et ma vie estudiantine.

A: As-tu un souvenir d’une séance shooting mémorable ?
H.O: Oui, mais malheureusement je ne peux pas vraiment aller en détails. L’atmosphère dans laquelle je travaille est presque toujours cordiale et j’ai la chance de travailler avec des clients super sympas, ce qui me facilite la tâche et qui me permet de bouger et de m’exprimer sur les photos un peu plus librement.

A: Quelle est ta définition du style ? Comment décrirais-tu le tien ?
H.O: Ma définition de style est de pouvoir s’habiller d’une manière qui identifie chacun de manière unique. Mon style a évolué au fil des deux dernières années parce que j’essaie idéalement d’être le plus confortable possible tout en étant présentable. En ce moment, j’essaie de trouver un style qui me va parfaitement. Sinon je flotte entre le streetwear et le style semi preppy (deux styles qui sont vraiment opposés).

A: Si tu ne devais conserver que quatre vêtements dans ton armoire, ce serait lesquels ?
H.O: Mon hoodie OVO noir, mon bomber Gris-vert, mon trenchcoat noir-gris et mon jean noir.

A: Que peut-on te souhaiter pour la prochaine année ?
H.O: Honnêtement, j’espère avoir autant de bons clients que j’ai en ce moment. C’est un business vraiment volatile et je veux pouvoir en profiter aussi longtemps que possible.

A: Aurais-tu un conseil à donner pour ceux qui considère l’idée de se lancer dans le mannequinat ?
H.O: Je crois que tout est une question de recherche et qu’il faut dès le début savoir quel genre de mannequin tu veux être. Personnellement, je fais plus du fashion/commercial modeling en ce moment. C’est important de chercher les bonnes agences (réputées de préférence) pour ne pas se faire arnaquer. Mon expérience m’a montré que si une agence te veut vraiment, ils prendront leur chance avec toi. Ils ne prendront pas des risques inutiles parce que c’est après tout un business. Finalement, je crois la clé de mon succès jusque-là repose dans le fait que je suis très à l’aise lorsque je travaille, ce qui rend la tâche plus facile aux stylistes, photographes et tout. Après, c’est beaucoup plus facile de pouvoir partager les idées quand on est à l’aise entre nous.

A: Encore bravo pour ce que tu as pu déjà accomplir, Hamid ! Et merci de nous avoir consacré du temps pour cette interview.
H.O: Merci beaucoup pour cette interview, it was fun. Can’t wait for what’s to come

aCotonou

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE