‘’Le bal des loups cannibales’’ : La satire des pilleurs de la...

‘’Le bal des loups cannibales’’ : La satire des pilleurs de la République

0
PARTAGER

« Le bal des loups cannibales est une écriture du dramaturge camerounais Guy Marc Tony Mèfé. Pour ce qu’il faut retenir, ce texte traite de ces vampires de nos sociétés, notamment africaines. Il s’agit des budgétivores, des corrompus, des personnalités qu’on respecte à tort, alors qu’ils sont les plus grands voleurs. Des gens qui génèrent la frustration au quotidien au sein de la paisible population. «Ce sont eux  qui mettent le pays à genou », explique le metteur en scène Arsène KocouYèmadjè, qui a eu l’ingénieuse idée de peindre en noir ce tableau par le biais de quatre comédiens. Il s’agit d’une pièce déroulée dans le cadre du Festival international de théâtre du Bénin et qui distribuait quatre acteurs dont: monsieur M’bam, un homme d’affaires illicitement riche, le commissaire, le policier gardien de paix et l’épouse de M’bam. Dans la trame le sort a voulu  que monsieur M’bam paye pour tous ses crimes. Par dichotomie sur une  peine d’emprisonnement réservée à un autre hors la loi qui porte le même nom de famille que lui, le policier gardien de paix le coince par inattention. Ainsi se déroule le tapis du bal de ce loup, que le sort a piqué parmi tant d’autres, au sein d’un commissariat du quartier. Au rendez-vous, c’était l’humiliation et le rabaissement total avec la contribution de madame M’bam. Détournement de denier publique, adultère, assassinat sont, entre autres, les tissus de la représentation. La trame a fait ressortir également quelques vices régulièrement développés dans les commissariats censés être un lieu exemplaire, le vol,le zèle et la consommation du tabac et d’autres excitants par les agents de police eux même.Bref ‘’Le bal des loups cannibales’’ sonne comme le son de cloche contre ces désordres sociaux qui enlisent le développement des peuples africains.

Teddy GANDIGBE

Matin Libre

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE