Journée Internationale de la CAPOEIRA: Le brassage culturel célébré en liesse

Journée Internationale de la CAPOEIRA: Le brassage culturel célébré en liesse

0
PARTAGER

Ce dimanche 20 novembre 2016 à la place Lénine de Cotonou, l'association capoeira Bénin a choisi de marquer la journée internationale de la conscience noire célébrée tous les ans à cette date au Brésil. A travers des démonstrations de danses et de combats, cette formation présidée et dirigée par MamoudouFassassi a tenu en haleine un public constitué d'autorités, sympathisants et de parents d'apprenants.

Promouvoir la Capoeira et les cultures afro-brésiliennes en Afrique principalement au Bénin, favoriser une meilleure reconnaissance de l'héritage africain dans les cultures brésiliennes, rendre accessible cette pratique reconnue sur le plan international comme moyen de l'éducation physique, sportive et folklorique, tels sont les objectifs poursuivis par ces derniers. Entourés de Luis IvaldoVillafane Gomes Santos, ambassadeur du Brésil près le Bénin, qui soutient et accompagne ce groupe de la communauté brésilienne au Bénin, de la fraternité des Agoudas du Bénin et de bien d'autres personnalités, ces jeunes capoeiristes ont exécuté des mouvements d'expression, d'acrobatie avec des techniques de défense et d'attaque, le tout accompagné de rythmes et de chansons que l'on pourrait définir comme un combat ritualisé.

A entendre MamoudouFassassi, « c'est fondamental de célébrer cette journée en Afrique et au Bénin, quand on fait un retour sur l'histoire, pour préserver et transmettre aux générations futures cette part d'humanité que constitue leur patrimoine culturel, patrimoine que les systèmes d'esclavage et de colonisation se sont évertués à renier ». Le responsable capoeiriste explique que cette activité apprend la discipline et la sociabilité, stimule la sensibilité, développe la coordination motrice. A l'en croire la capoeira est un moyen de développement global de l'individu et on peut, grâce à elle, s'améliorer sur le plan émotionnel, social, moral et spirituel. MamoudouFassassi a également saisi cette occasion pour solliciter plus d'implication des différentes institutions en charge de la culture pour les fois à venir.

Murielle Cakpo (Stag.)


Matin Libre

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE