Implication des acteurs culturels dans la campagne électorale : La poche prend...

Implication des acteurs culturels dans la campagne électorale : La poche prend le pas sur la clairvoyance

0
PARTAGER

(Le volet culturel, l’enfant pauvre des projets de société)
Depuis une dizaine de jours la campagne électorale bat son plein sur toute l’étendue du territoire national. Chaque candidat utilise toutes les cartes à sa portée pour la conquête de l’électorat. Pour faire passer leur message, le monde artistique et culturel est le plus sollicité. Les acteurs culturels apportent leur partition et animent cette campagne chacun avec ses manières parfois innovantes qui brisent les traditions dans le pays. C’est un secret de polichinelle que les acteurs du monde culturel, comme tout autre citoyen béninois, participent vivement à la campagne électorale. Ecrivains, chanteurs, éditeurs, promoteurs culturels, comédiens, metteurs en scène, bref, personne ne se fait conter l’événement. Chacun d’eux y va à sa manière avec les armes artistiques dont il dispose et qu’il met au profit d’un candidat. A titre illustratif, il y a l’écrivain Olympe Bhêly Quenum qui, peu après l’annonce de la candidature du premier ministre Lionel Zinsou, a publié un texte pour vanter les qualités et mérites de cet homme. En plus, l’essayiste Florent Eustache Hessou a publié un livre intitulé «Lionel : Messie?». Une œuvre qui explique tout sur Lionel Zinsou. Les jeunes David Atchawé, Essénam Zossou et Valère Vignigbé, quant à eux, ont écrit l’ouvrage intitulé « Patrice Talon, le Bénin revit ». L’éditeur Koffi Attédé brise le silence et invite ses amis à voter pour le candidat Pascal Irenée Koupaki. Dans le rang des comédiens et des metteurs en scène, on assiste pendant cette campagne à des représentations propagandistes lors des meetings en faveur de tel ou tel candidat. C’est le cas du comédien de la compagnie Sèmako Wobaho, reconnu sous le nom de Sisitô ou Pipi wobaho qui, lors des meetings de son candidat Pascal Irenée Koupaki, saisit toutes les opportunités pour faire la promotion de ce dernier. Les promoteurs culturels ne sont pas restés aussi en marge. Mais certains d’entre eux sont beaucoup plus dans les messages d’exhortation du peuple à la sérénité. C’est l’exemple d’Ousmane Alédji, dramaturge et promoteur du centre culturel Artisttik africa qui envoie des messages à la population béninoise pour l’inviter au calme, à la prudence et à la vigilance durant cette période. D’autres, par contre, sont carrément des coordonnateurs départementaux pour leur candidat.

La clairvoyance déserte le forum

Dans le déchainement des passions, la grosse interrogation qui se pose avec acuité est de savoir si ses acteurs qui se mêlent fortement à ces campagnes électorales ont l’esprit à l’après campagne. Puisque la tradition est faite de sorte que le secteur culturel dans toutes les agitations reste et demeure le domaine orphelin dans l’animation de la vie sociopolitique notamment au Bénin. Pour preuve, dans les projets de société que présentent les différents candidats jusqu’ici, le volet culture, est souvent abordé de façon laconique après que des minutes se soient égrenées sur tous les autres aspects du projet.Toute chose qui montre le peu d’intérêt accordé à la culture alors qu’elle est tout le temps chantée comme étant l’unique axe qui peut conduire inexorablement au développement. Ce contraste qui se répète tout le temps dans le cours de l’histoire semble ne guère inquiéter et attirer l’attention les acteurs culturels. Et chacun passe de baume à sa naïveté pour contribuer avec une passion déconcertante à l’élection de gens qui sont presque sans vision pour le secteur dans lequel ils évoluent. Chanter, danser, faire la comédie ou pondre de belles opinions pour soutenir tel ou tel candidat c’est beau. Mais le mieux serait que chaque acteur s’active à s’intéresser de façon minutieuse au volet culturel dans chacun des projets de société, au lieu de …

Mettre le paquet pour le ‘’gombo’’

Les artistes chanteurs sont, quant à eux, visiblement très inspirés sur l’animation du showbiz électoral cette fois-ci. Certains ont affiché clairement leur choix pour un candidat. C’est le cas du roi de Zinli, Michel Loukou alias Alèkpéhanhou qui a mis sur le marché un album consacré à Patrice Talon. GG Lapino a aussi révélé au grand jour son candidat favori, Lionel Zinsou, avec un morceau qui invite les Béninois à accorder leur suffrage à ce dernier. On n’oublie pas Fanicko et Jolidon Lafia qui ont respectivement chanté pour les candidats Sébastien Ajavon et Pascal Irenée Koupaki en vue d’appeler la population à voter pour eux. Par ailleurs, d’autres ont décidé de prêter leur voix pour faire l’éloge de plusieurs candidats à la fois. L’exemple le plus palpable est celui de l’artiste Stan Tohon qui a chanté à la fois pour Robert Gbian, Patrice Talon et pour Aké Natondé. Et il ne se cache pas pour dire que c’est selon ses expériences électorales passées. Le roi du Tchink system se dit déçu chaque fois qu’il soutient un seul candidat. Alors sa stratégie est, visiblement, de faire un ‘’bon chiffre d’affaires’’ déjà dans la campagne.

Matin Libre source La Nouvelle Tribune

Matin Libre

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE