Gestion du Fonds d'aide à la culture : Les propositions du professeur...

Gestion du Fonds d'aide à la culture : Les propositions du professeur Bienvenu Akoha

0
PARTAGER

Albert Bienvenu Akoha est un professeur d’université à la retraite. Très passionné par les arts et la culture, il en est devenu un grand acteur. Aujourd’hui, il livre ses propositions pour une meilleure gestion du Fonds d’aide à la culture.

Selon le diagnostic fait par le professeur Albert Bienvenu Akoha, il y a une sorte de « saupoudrage » dans la gestion du Fonds d’aide à la culture. Selon ses dires, il en est ainsi parce qu’au regard de la multiplicité des associations culturelles, les fonds alloués pour la concrétisation des projets à impacts  réels ne sont pas conséquents. Il donne l’exemple de son Conservatoire des danses royales d’Abomey dont l’un de ses importants projets a été purement et simplement rejeté. Et pourtant, le même projet soumis au Programme société civile et culture (PSCC) de l’Union Européenne a été financé à hauteur de 63 millions de francs CFA et exécuté avec des impacts bien probants. Pour des projets du Conservatoire financés  par le Fonds, selon les témoignages du professeur, ce sont des miettes qui y ont été affectées. « Sur un projet de 6 millions pour la stabilisation de l’énergie dans le Conservatoire, par exemple, c’est seulement 2 millions qui m’ont été affectés. Que pourrons-nous réellement faire avec ce montant? », s’est interrogé le professeur avant de faire quelques propositions pour une meilleure gestion du FAC. En premier, le directeur du Conservatoire des danses royales d’Abomey propose la résurrection du Conseil  national des arts et de la culture (CNAC). Une structure consultative, de réflexion et d’orientation du Ministère de la culture, de l’artisanat et du tourisme installée depuis 2002. Cette institution constituée des experts avertis et créée par décret en 2002 est restée inopérante au regard de la forte implication des administratifs au niveau du bureau qui était d’ailleurs présidé par le représentant du ministre de la culture. Il faut donc reformater cette structure et lui redonner vie afin qu’elle travaille  désormais  en synergie avec les administrateurs du Fonds d’Aide à la Culture.En 2ème point, le professeur propose le toilettage des textes régissant le fonctionnement et le mode de gestion du Fonds d’aide à la Culture, ceci à la lumière des institutions coercitives proposées par la loi N-91-006 du 25 février 1991, dont le Conseil national des arts et de la culture (CNAC). En un 3ème point, le professeur Albert Bienvenu Akoha propose « l’exécution de la charte culturelle, rien que la charte culturelle et toute la charte culturelle du Bénin ». Et enfin, il a invité le Ministère de la culture à se doter d’un Centre de recherche pour la dynamique culturelle.

Blog: Mémoiresdartistes

Matin Libre

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE