Gaston Eguédji au sujet de l’abattement du budget au Fonds d’aide...

Gaston Eguédji au sujet de l’abattement du budget au Fonds d’aide : « Au-delà de 25%, nous disons non…»

0
PARTAGER

Gaston Eguédji est un acteur culturel et précisément un Administrateur  au Fonds d’aide à la culture actuellement Fonds des arts et de la culture. Dans cette posture administrative, il s’occupe du volet ballet, théâtre au sein de l’institution. Il intervient dans cet entretien sur l’épineuse question de l’abattement du budget du Fonds.  

Matin Libre : Nous avions appris qu’au niveau des acteurs culturels du Bénin, l’abattage est allé au-delà du 25 % contrairement aux autres secteurs d’activité du pays, vous aviez initié des mouvements pour protester, dites-nous en réalité ce qui se passe ?

Gaston Eguédji : Ce qui se passe est très grave et il faut qu’on cesse de prendre les acteurs culturels pour des démunis qui n’ont pas leur mot à dire. Parce que ce qui s’est passé après l’abattement à l’Assemblée nationale de 25% du Budget du Fonds d’aide, normalement le ministère des finances, à la suite d’une telle opération,  envoie une notification. Souvent, c’est une notification globale. Le ministère des finances n’entre jamais dans des détails. Mais nous, on a constaté que le Fonds d’aide seul a eu un abattement de 52,63%

Au lieu de 25% ?

Oui, au lieu de 25%. Quand nous sommes allés dans les démarches  pour savoir  pourquoi, on nous a dit que c’est le ministère des finances qui l’a fait, le DC nous a clairement dit que les chiffres que nous avançons, qu’il ne les a jamais eus. Que c’est de nous qu’il est  en train d’apprendre ces chiffres.

Autrement dit, ce n’est pas fait au ministère des finances ?

Ce n’est pas fait au ministère des  finances. Donc la conclusion est que, ce sont les cadres du ministère de la culture qui ont été à la base de cette opération.

Pourquoi l’auraient-ils fait ?

Vous savez, le budget du Fonds d’aide  tape dans l’œil de tout le monde. Il est dit que les artistes sont les plus gâtés et les autres directions veulent en profiter. Et si vous voyez le découpage, la lettre de cadrage, c’est qu’on a constaté que ces fonds ont été utilisés pour d’autres directions.

Ils utilisent ces fonds destinés aux acteurs culturels pour d’autres directions, laquelle par exemple ?

Je ne saurais le dire mais la réalité est là dès que vous allez faire vos enquêtes, vous allez vous rendre compte que ce que c’est cela la réalité. C’est pourquoi on s’est dit qu’on doit se battre parce que pour avoir ces fonds, ça a été une lutte farouche. Donc on peut respecter la restriction  des 25%. Mais au-delà de 25%, nous disons non.  Parce qu’il faut quand même respecter les artistes,  même si aujourd’hui on déplore que le fonds est mal géré, mais ce n’est pas parce qu’il y a mauvaise gestion qu’il faut l’abattre dans le cadre des réformes. Surtout si nous considérons ce que le président Talon a dit. Il veut donner les moyens au fonds d’aide à la culture. Est-ce que c’est en  abattant qu’on va donner ces moyens ? Je ne crois pas et c’est pour cela qu’on s’est dit qu’on doit se battre jusqu’au bout pour que ce qui nous est destiné soit rétabli.

Est-ce que dans vos démarches, vous aviez tenté de rencontrer le Ministre de la culture pour savoir ce qui ne va pas ?

Oui mais moi je n’y étais pas.  Mais pour ce que les amis m’ont dit, le ministre de la culture n’était pas au courant parait-il. C’est notre mouvement qui a permis au ministre de la culture de savoir qu’on a eu un abattement de 52,63%.

Donc le ministre n’est même pas au courant ?

Non il ne sait même pas le pourcentage d’abattement qui a été fait. Donc on se demande, ce qui se passe au ministère de la culture. Et c’est le travail que nous faisons depuis quelques jours pour quand même assainir le milieu. On dit qu’il faut assainir le milieu des artistes mais si les cadres qui gèrent ce ministère aussi font du désordre, nous devons dire non. Que ça cesse maintenant pour qu’on respecte ceux qui font le travail même si on pense qu’être artiste, c’est un travail de fainéant. Encore qu’à l’extérieur quand tu dis que tu es artiste, on te respecte.

Avec tout ce qui se passe, on ne peut pas concevoir que les administrateurs actuels sont en train de perdre du terrain au profit de ces administrateurs du ministère?

Non heureusement que, les administrateurs ont été rétablis. C’est une chance, il faut remercier le ministre qui, à un moment donné, a eu cette clairvoyance. Oui, sinon vous voyez comment les fonds vont être dilapidés ? Vous voyez heureusement que le ministre a eu cette lucidité de ramener les artistes. Autrement, cela allait retarder les choses. Je vous assure qu’on aurait assisté à d’autres choses plus graves que ce qu’on vit actuellement.

Que réservez-vous aux cadres du ministère des finances et aux cadres du ministère de la culture si éventuellement votre cri d’alarme tombe dans des oreilles de sourd ?

Je n’ai rien à réserver à qui que ce soit.  Mais je sais qu’à l’heure de la Rupture et du Nouveau départ, il ne doit plus avoir de cachoterie. On devrait  dire tout ce qui est.

Propos recueillis : Teddy GANDIGBE


Matin Libre

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE