Le dossier perdu du port négrier de Ouidah pour le patrimoine mondial...

Le dossier perdu du port négrier de Ouidah pour le patrimoine mondial de l’Unesco

0
PARTAGER

Pour le Bénin, obtenir le classement au Patrimoine mondial de l’Unesco de l’ancien port négrier de Ouidah, situé à 40 kilomètres à l’ouest de Cotonou, est un enjeu essentiel. Ce site, qui a vu pendant trois siècles partir pour les Amériques plus d’un million d’esclaves, est aujourd’hui l’un des atouts du pays pour son développement touristique, et notamment le « tourisme mémoriel », en plein essor au sein de la communauté afro-américaine à la recherche de ses racines.

Oui mais voilà, le dossier demandant le classement a disparu. Le Bénin aurait mieux fait de commencer par bien le ranger – il a en effet nécessité dix ans de travail. Notre enquête obstinée n’en a trouvé trace dans aucun placard de l’administration du pays.
L’Arbre de l’oubli

Le site de Ouidah est pourtant inscrit sur la liste indicative de l’Unesco depuis 1996. Non seulement la cité, mais aussi la route de quatre kilomètres qui mène à la plage. Un petit rappel historique et géographique s’impose sur les étapes, à Ouidah, de cette traite des Noirs, considérée aujourd’hui comme l’un des plus graves crimes contre l’humanité.
Les esclaves étaient d’abord amenés place Chacha et proposés aux enchères aux négriers blancs. Tous avaient un fort à Ouidah, les Portugais, les Français, les Britanniques et les Danois.
Enchaînés, les esclaves étaient ensuite « invités » à faire le tour de l’Arbre de l’oubli, neuf fois pour les hommes, sept fois pour les femmes, afin d’oublier leur pays et leur culture.
Pendant des semaines, voire plusieurs mois, les esclaves attendaient le départ dans la case de Zomai (constituée de plusieurs cases). Il arrivait souvent qu’ils y meurent.
Un ultime rituel pour s’assurer que l’âme des esclaves pourrait revenir sur leur terre natale se déroulait auprès de l’Arbre du retour, toujours visible.
Enfin, la Porte du non-retour, sur la plage, symbolise l’étape la plus désespérante pour les esclaves. Nombre d’entre eux, persuadés qu’ils allaient être dévorés par les Blancs, ingurgitaient du sable ou avalaient leur langue pour s’étouffer, quand ils ne se jetaient pas à la mer pour se noyer ou être dévorés par les requins. C’est en 1995, à l’initiative de l’Unesco, que ce mémorial fut érigé à l’endroit d’où les bateaux partaient pour le nouveau monde.
Travaux de cartographie

Ouidah, de par ce patrimoine, est un site bien plus important que celui de l’île de Gorée, au Sénégal, dont le rôle dans la traite des esclaves n’a été que marginal. Et pourtant, l’île de Gorée est inscrite au Patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1978 et même le président américain Barack Obama est allé s’y recueillir en 2009. Alors que Ouidah, elle, végète à l’écart des flux touristiques, avec ses routes ensablées et ses maisons qui s’effritent.

Les dossiers de candidature au classement de l’Unesco sont très complexes à élaborer et représentent souvent plusieurs années de travail. Le pays candidat doit démontrer que tout est en place pour la sauvegarde et la conservation, avec un plan de gestion opérationnel pour l’accueil du public. Au Bénin, après l’inscription sur la liste indicative en 1996, rien ne se passe…
« Les tentatives pour finaliser le projet ont toutes échoué malgré les subventions de l’Unesco. L’inscription de Ouidah au Patrimoine mondial n’a jamais fait partie des priorités du ministère de la culture », dénonce Didier Houénoudé, professeur d’histoire à l’université d’Abomey-Calavi. Lui-même rejoint le ministère de la culture en avril 2013 en tant que conseiller technique, et remet l’ouvrage sur le métier.

4968020_7_d0af_celebration-vaudou-le-10-janvier-2015-a_531a17057707d09c5aa2bef168cef477

Didier Houénoudé et quelques cadres du ministère de la culture et du tourisme se donnent alors pour objectif de finaliser le dossier intitulé « Etude marquante de la route des esclaves ». En janvier 2015, il est presque bouclé et fait une trentaine de pages avec plusieurs documents annexés. « Il ne manquait plus que des travaux de cartographie, lâche l’ancien conseiller technique, revenu entre-temps à l’université. Depuis, je n’en ai plus aucune nouvelle. Les moyens de l’Etat n’ont pas suivi. Nous avions même réussi à décrocher un budget de 5 000 euros de l’association France Unesco pour les questions d’édition et d’impression. Un financement qui n’a jamais été utilisé. Quel dommage ! »

Calixte Biah, un ancien cadre de la direction du patrimoine culturel, actuellement conservateur du Musée de Ouidah logé dans l’ancien fort portugais, a aussi travaillé sur le dossier. « Jusqu’en janvier 2015 », précise-t-il, lui aussi très amer. Et après ? « Je ne peux pas vous dire ce qu’est devenu ce dossier, poursuit le conservateur. Nous avons envoyé à l’époque une première mouture au ministère. Ce ne sont pas les compétences intellectuelles et techniques qui ont manqué. Mais les ressources matérielles et financières. »

Retour à la source

Le dossier du professeur Houénoudé est d’autant plus précieux qu’il avait une ambition plus large que le brouillon trouvé au ministère de la culture en 2011, lequel ne concernait que la ville de Ouidah et les quatre kilomètres de route vers la plage. « Nous avons intégré plusieurs villes ayant un rapport historique direct avec l’esclavage, comme Savé, Dassa ou Abomey », explique-t-il.

Cela a du sens : au Bénin, ce sont les rois locaux (royaume de Xwéda au XVIIe siècle puis du Dahomey à partir du XVIIIe siècle) qui ont organisé le commerce lucratif de la traite, allant jusqu’à s’en octroyer le monopole. Les filières d’approvisionnement allaient ainsi bien au-delà des villes côtières. Par ailleurs, à Abomey, l’ancienne capitale, 47 hectares autour des palais royaux sont déjà classés par l’Unesco depuis 1985. Ces monuments sont malgré tout en piètre état et leur inclusion dans un nouveau classement ne ferait pas de mal.

Mais où est donc ce dossier ? Frapper à la porte du ministère de la culture, qui partage le même immeuble que celui du commerce, ne sert à rien. « Allez voir la direction du patrimoine culturel », ordonne un fonctionnaire.

Cette démarche requiert certaines formalités administratives, comme la rédaction d’une lettre manuscrite. Quelques jours plus tard, le rendez-vous est fixé avec Jules Agani, directeur du patrimoine culturel nommé, cela tombe bien, en janvier 2015, c’est-à-dire au moment où le professeur Houénoudé et ses collègues rendent leur copie.

Nous sommes à l’heure, jeudi 27 juin à 16 heures, pour ce rendez-vous très attendu. Jules Agani, cependant, se dérobe rapidement. « Je suis vraiment désolé, mais je ne pourrai pas discuter avec vous. Je suis sollicité pour un documentaire. Des journalistes brésiliens sont venus à Cotonou et veulent faire un tournage sur le patrimoine afro-brésilien de la ville de Ouidah. Il faut que je file.

Justement, avez-vous connaissance du dossier concernant l’inscription de Ouidah au Patrimoine mondial de l’Unesco ? Demandons-nous, pleins d’espoir.

Jamais entendu parler. Aucune idée sur ce dossier », lâche le directeur en nous invitant à quitter son bureau. Malgré notre insistance, Jules Agani n’a pas rappelé après son interview avec nos confrères brésiliens.

4968019_6_4dbd_pratique-vaudou-ici-en-janvier-2007-ouidah_34671b45fb213d6cbffc1c288ccfae4b

Allons donc voir à la source. Mercredi 29 juin, à 11 heures, nous sommes reçus, après avoir sérieusement insisté, par la Commission nationale béninoise pour l’Unesco (CNBU) sise à Porto Novo, dans un vieux bâtiment.

Destination touristique

Ici non plus, personne n’est au courant du dossier de Ouidah. « Je n’ai jamais été informé d’un tel dossier », répond, agacé, Marcel N’dah, secrétaire général de la CNBU. Comment l’explique-t-il ? « La commission nationale du Bénin pour l’Unesco est sous la tutelle du ministère des enseignements maternel et primaire. Nous gérons aussi des projets ayant trait au développement durable. Certains projets culturels ne sont gérés que par le ministère de la culture, se débarrasse Marcel N’dah. Allez voir Richard Sogan. »

Richard Sogan est l’ex-directeur du patrimoine culturel, actuellement secrétaire général du ministère de la culture et du tourisme. Mais il n’a pas été possible de le joindre. En 2014, lors d’un entretien accordé à la chaîne Africa24, ce dernier reconnaissait que le dossier avait été bel et bien rédigé par des cadres béninois et qu’il ne restait plus qu’à faire la fameuse « cartographie des sites choisis ».

Ouidah, dont est originaire l’actuel président Patrice Talon, de passage à Paris et qui doit rencontrer François Hollande mardi 12 juillet, est déjà une destination touristique. En 2014, plus de la moitié des quelque 200 000 touristes ayant visité le Bénin s’y sont arrêtés.

La ville recèle notamment le Musée de la Fondation Zinsou, dédiée à l’art contemporain africain. Un classement par l’Unesco serait ainsi un formidable accélérateur. La Banque mondiale l’a bien compris, qui a accordé au Bénin un crédit de 50 millions de dollars (45 millions d’euros) pour développer un tourisme mémoriel autour de la ville de Ouidah.

Ce crédit vient d’être refusé par le gouvernement, qui veut une somme quatre fois plus importante et a créé, pour cela, une agence de promotion des patrimoines et de développement du tourisme. Elle aura pour rôle de dynamiser ce secteur qui ne contribue aujourd’hui qu’à 2 % du produit intérieur brut du pays. Cette agence aura-t-elle plus de chance que nous pour remettre la main sur le dossier Ouidah ?

« Il n’y a qu’une forte volonté politique qui pourra aider à en finir avec ce dossier, absolument essentiel pour le tourisme béninois », conclut Didier Houénoudé.

Le Monde

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE