Chute du musée ‘’Avimadjessi’’ : L’espace met en vente ses pièces et...

Chute du musée ‘’Avimadjessi’’ : L’espace met en vente ses pièces et ferme ses portes

0
PARTAGER

(Le ministre de la culture doit faire quelque chose)
La commune de Ouidah a accueilli l’implantation de cet espace en 2012. Aujourd’hui, 4ans après, le Musée international "Avimadjessi  d’Ahozon", est réduit à sa plus simple expression. Cette vaste maison de promotion des arts et de la culture est mise en vente. Et ceci,  faute de moyens de fonctionnement et d’entretien. Approché, le promoteur, Dénis Avimadjessi revient sur les motivations de cette  décision radicale et avoue avoir désormais le dos au mur.

Le Musée international "Avimadjessi d’Ahozon" vient ainsi d’être mis en vente. Les précieuses pièces collectionnées de par le monde, sont proposées au public à vils prix. Et  pour cause, le promoteur, Dénis Avimadjessi, ne dispose plus de moyens pour entretenir ces précieux objets disposés dans un R+2 en plein cœur d’Ahozon, un arrondissement de la  commune de Ouidah. Ancien fonctionnaire de la Présidence, actuellement admis à la retraite, Dénis Avimadjessi, désormais fauché, dit vouloir conquérir sa liberté de vivre après tant d’investissements non productifs dans ce Musée qui, visiblement, n’intéresse pas les autorités actuelles en charge du  Ministère du tourisme et de la  culture. « Je suis fatigué. J’ai  investi pratiquement tout ce que j’ai réalisé dans ma vie dans ce Musée. Aujourd’hui, je veux conquérir ma liberté de vivre. Je ne veux plus me faire humilier par des gens qui sont aujourd’hui fonctionnaires bien après moi. Je suis actuellement à la retraite. Je veux maintenant liquider ces pièces pour mettre le local en vente pour vivre aisément de ma retraite », nous-a-t-il confié, ce dimanche 23 octobre 2016, joint au téléphone. Et ce n’est pas faute d’avoir essayé de sauver le Musée.

« Le bon ministre Paul Hounkpè s'est personnellement déplacé dans mon musée, l’année dernière et a dit que cette richesse exceptionnelle ne doit pas être perdue pour notre pays. Nous avons alors établi un plan de sauvetage sur trois ans à raison de cinq millions de francs par an. Il a écrit une instruction pour qu'on me paye cet argent. Sur les cinq millions de cette année, je n'ai reçu que trois millions après mille tracas et humiliations. Le reste, c'est à dire les deux millions, ils ont dit clairement qu'ils ne le payent pas. Et les raisons évoquées sont simplement insultantes pour le vieux fonctionnaire que j'ai été avant eux tous. En plus, je me suis déjà endetté pour préfinancer et relever le musée. Maintenant, voilà... », a confié Dénis Avimadjessi à Eskil Agbo, journaliste à w.w.w.dekartcom.com, un journal en ligne.

Pris entre le marteau et l’enclume

La nouvelle de la mise en vente du Musée a fait mouche dans l’opinion publique nationale et internationale. Et Dénis Avimadjessi en témoigne : « De partout dans le monde, lorsque les gens ont appris cette information, ils ne cessent de m’appeler. Ils ne veulent pas que je liquide le Musée », nous-a-t-il confessé. Mais le paradoxe, personne ne lui propose de l’aider à relever le défi du sauvetage  du Musée. « Je me sens désormais entre le marteau et l’enclume. Tout le monde refuse que je vende le Musée. Ils me proposent de le fermer provisoirement au lieu de le vendre. Mais moi,  j’ai besoin de me libérer. L’année prochaine, j’aurai 60 ans. Je veux maintenant mener une retraite paisible au lieu d’être  chaque fois méprisé par les autorités actuelles du Ministère du tourisme et de la culture », nous a confié Dénis Avimadjessi.
Somme toute, il garde l’espoir de voir la situation se rétablir d’ici le 1er novembre 2016  au  plus tard. Sinon, « dit-il, je vais procéder à la vente au premier qui me proposera les prix que j’ai indiqués dans mon communiqué ».

Le  communiqué qui liquide le Musée international Avimadjessi d’Ahozon

En vue de sa fermeture définitive, le Musée International Avimadjessi sis à Ahozon sur la route de Ouidah met en vente à des prix incroyables ses pièces d'art, d'histoire et de décoration venues du monde entier. Malgré la qualité des pièces, il est fait en sorte que les prix varient entre 1000 f et 10 000 f. L'immeuble R+2 ayant abrité le musée est aussi à louer. Les ventes et les visites des locaux se feront tous les jours de 09 h à 18 h à partir du 1er novembre 2016. Soyez parmi les premiers pour avoir les meilleures pièces. Merci. Pour tout renseignement: Contact: 97294499 Denis Avimadjessi

Source : Mémoires d’artistes


Matin Libre

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE