Accueil Culture Célébration de la fête des religions endogènes : La cité des ‘’Koburu’’...

Célébration de la fête des religions endogènes : La cité des ‘’Koburu’’ n’est pas restée en marge

0
PARTAGER

A l’instar des autres villes du Bénin, la municipalité de Parakou a sacrifiée à la tradition de la célébration de la fête des religions endogènes plus connue sous le nom de la fête du Vodoun. Déjà dans la nuit du lundi 09 Janvier 2017, c’était la veillée dans les différents couvents et autres lieux de culte des divinités. Une veillée assurée par les dignitaires et les adeptes. Hier, mardi dans la matinée, toutes les divinités étaient à l’honneur à travers libations, prières et cultes d’adoration divers pour marquer d’un cachet spécial, l’édition 2017 de la fête de Vodoun. Dans l’après-midi, la fête a été marquée par des animations folkloriques et de démonstrations de danses des différentes divinités dans tous les quartiers de la ville.  

En effet, la fête des religions endogènes est une occasion de célébration de la diversité des expressions culturelles et cultuelles dont regorge notre pays le Bénin.

Sous la présidence de Hounnongan Aïdo Pierre, les adeptes de la divinité ‘’Thron Kpéto Déka Alafia’’ de Parakou étaient au rendez-vous de la fête des religions endogènes.

Pour Hounnongan Aïdo Pierre la fête des religions endogènes célébrée chaque 10 janvier est une occasion pour les responsables de couvents de prier pour tous les citoyens du Bénin et surtout pour les membres du gouvernement afin que les mânes des ancêtres les accompagnent et les éclairent davantage pour la mise en œuvre des actions qui vont impulser le développement du Bénin.

Kandi a célébré la fête du Vodoun dans la sobriété
 
Les adeptes des religions endogènes de la ville de Kandi ont célébré mardi la fête du Vodoun sans tapage dans leurs différents couvents en raison de la non organisation par les autorités locales d’une manifestation officielle.

« Les autorités locales n’ont rien prévu pour cette fête dans la commune de Kandi mais cela ne nous a pas empêché de prier pour la Nation, pour nos familles et pour les dirigeants de ce pays », a confié Eugène Honfovon, Adepte de la divinité ‘’Thron Kpéto Déka Alafia’’.
Les dignitaires et adeptes des religions endogènes de Kandi appellent les autorités de la commune à revoir leur copie.Ils sollicitent aussi l’aide du gouvernement central pour la reconstitution du patrimoine culturel selon eux, en perte de vitesse.

Max Codjo (Br Borgou-Alibori)


Matin Libre

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here