1ère édition de « Festitor » : Un envol prometteur, la détermination...

1ère édition de « Festitor » : Un envol prometteur, la détermination du promoteur saluée

0
PARTAGER

Tel que annoncé, et pour la première fois de son histoire, la commune de Tori-Bossito a abrité la samedi 13 février 2016, un festival de valorisation des valeurs culturelles de la commune. Intitulé « Festitor », l’événement a mobilisé des centaines de fils et filles de la commune qui ont applaudi l’initiative.

Pari gagné pour le promoteur du festival, Symphorien Adossou alias « Sègan Gbènonvi ». C’est du moins, l’évidence qu’on peut établir, au regard de l’engouement qui a prévalu le samedi 13 février 2016, devant le commissariat de Tori-Bossito. Pour la circonstance, cet événement culturel de grande envergure, a drainé du monde, pour applaudir les valeurs artistiques et culturelles d’origine de la commune. Démarré par un géant carnaval, les festivaliers ont annoncé les belles couleurs à travers les principaux hameaux pendant la matinée, avant le déroulement proprement ditdu spectacle. Et c’est alors que commencent les impressionnants tableaux concoctés pour la circonstance. A tour de rôle, les différents artistes ont égaillé les spectateurs venus de plusieurs contrées. De la prestation live du ballet fédéral du Bénin à celle assurée par l’artiste rappeur ‘’Jean Gankpin’’, en passant par Witè, Gantchého et plusieurs autres, les centaines d’autochtones et quelques autorités avec la représentation du conseil communal de Tori-bossito ont applaudi l’événement. « Aucun pays ne peut se développer sans la culture. C’est pourquoi il urge donc de la valoriser et de la promouvoir afin de ressortir les vrais talents cachés », a expliqué le promoteur de l’événement, Symphorien Adossou, pour insinuer les raisons qui l’ont poussé à concrétiser ce rêve. Véritable bête de scènes, le promoteur lui aussi, artiste chanteur, danseur et comédien a émerveillé les spectateurs à travers plusieurs tableaux de danse sur des rythmes tels que le « gbon », « le tchingounmè », « le zinli », etc. L’événement a été soutenu par le président de l’Ancctb, Jean-Pierre Hountin Kiki et le maire de la commune représenté par son premier adjoint Serge Ayao. Les regards sont donc tournés vers une deuxième édition du « Festitor » qui visiblement, a déjà intéressé plus d’un.

Loth HOUSSOU

Matin Libre

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE